dimanche 26 février 2017

Le plus bel endroit de l'univers






« L'univers est une machine à faire de la conscience. »
Hubert Reeves















L'aventurier pacifique de l'espace, aux yeux emplis de lumière, lance chaque jour à travers le cosmos ses enchantements photogéniques. Je suis éblouie par notre terre. Vraiment, c'est d'une beauté indicible... Chaque plan est un tableau abstrait, une géométrie subtile, presque une question métaphysique. En tous cas une émotion muette qui me serre la gorge... Peut-être parce que, contrairement aux photos satellite habituelles, celles-ci ont été prises par un être de chair et de sang. Un être sensible, qui s'émerveille devant l'univers, cette oeuvre d'art aux formes et aux couleurs tellement infinies...
Fabuleux clichés. Juste contempler. Méditer. Se faire petits. Goûter la pleine conscience que nous habitons le plus bel endroit de l'univers. Et que nous devons tout à la mince pellicule opalescente qui l'entoure,  notre planète plus que jamais bleue comme une orange. Une grosse orange fragile.



***






Barrage d'Assouan




Baie d'Alger prête à avaler les bateaux




Brousse Australienne




Effets d'hiver au Canada




Champs irrigués dans le désert jordanien




Colombie Britannique versus Alberta




 Ô Corse, ô île d'amour...




Antibes, Nice, Monaco perles méditerranéennes




Vagues de sable dans l'erg saoudien




Desert de sable ou biscuit ?




Dunes sur une plage au Brésil




Sahara algérien




Mer Rouge




Fleuve Amérique du Sud et nuages en boules




Koweit City et sa folie architecturale




Lacs australiens




Lac chilien




Lacs gelés dans les Andes




Atoll aux Seychelles et son lagon




La barre des Montagnes Rocheuses




Montagne couronnée de son chapeau de nuages




Où est-ce ? Même Thomas ne le sait pas...




Naissance d'un futur paléo-méandre en Moldavie




Paris ville lumière




Minuscule île déserte dans le pacifique




Le Piton de la fournaise




Formations rocheuses au Tchad




Venise et sa lagune




Et enfin, le magistral Vésuve et son habit de lumière

***




Pour suivre Thomas Pesquet :
Sur facebook, également ici
Sur FlickR 
Et pour voir en direct avec la webcam de l'ISS, quand ça veut bien fonctionner ou que l'ISS n'est pas dans une zone d'ombre...

Musique: Chet baker




vendredi 24 février 2017

Vedi Napoli e poi muori...

 Sous-titre: incontournable.







Emmène-moi dans un endroit spécial, un endroit beau, subtil,  bleu et vert et doux et multicolore que tu auras choisi pour moi. Un endroit que tu aimes et que tu voudrais me faire connaître.
Peu importe le lieu pourvu que l'on y trouve des gens qui sourient, des délices à déguster. Des odeurs entêtantes. Une vue imprenable. Des sons agréables.
Un peu de pluie mais pas forcément.  Un grand soleil mais aussi quelques beaux nuages. 
Quelque site splendide devant lequel je me pâmerais comme Stendhal.
Un endroit où l'on puisse flâner, danser, rêver.
Et laisser l'empreinte de nos pas pour toujours dans l'air du soir.
Je suis prête. 
On va où ?



Musique: Pink Martini

mardi 21 février 2017

La cabane du poète









Loisobleu est un enchanteur.
De Merlin, il a la barbe blanche et le petit éclair joyeux au fond de l’œil. Intact comme une poussière d’étoile égarée dans son regard depuis l’enfance. Il repeint le monde en bleu à la plume et au pinceau, avec des mots forts et caressants, pleins de fièvre de corps serrés, de cheveux fous de mer, de vent, de mouettes. Des mots luxuriants comme une femme, profonds comme ses tableaux. Et tout plein d’amour, oui. De l'amour dans tout, du grain de sable aux pointes d'essaims, en passant par les roues des charrettes sur les pierres herbues des chemins. 
Il aime se réfugier dans sa cabane de pêcheur, à l’estran, pour respirer l’air de la mer et mieux emplir son âme et la nôtre de ses mélanges de couleurs. Pour peindre le parfum des choses. Et tricoter les mots entre eux pour de fabuleux et foisonnants songes éveillés. 

Et puis hier matin au goût de cendre, les gendarmes sont venus lui dire que des butors, des pignoufs, des malappris,  des gougnafiers de la pire espèce de paltoquets, avaient violé sa cabane et saccagé les rêves qu’elle porte. 
Mais enfin,  bande de cercopithèques à poil dur, et vous, tous les autres, les destructeurs fanatiques et barjots de la planète, les dégommeurs de vestiges antiques, les autodafeurs de bibliothèques, les profanateurs de temples et de tombeaux, dites-moi, au bout du fond de l'espèce de morceau de haricot sec qui vous sert de cerveau, vous ne voyez pas que c’est vous-mêmes que vous détruisez en vous en prenant à l'art ou aux poètes ? Non, bien sûr, vous ne voyez pas...votre encéphalogramme de bas-du-front est plat comme une limande...
J’ai mal pour toi, loisobleu. J’ai mal à Neruda, à Cézanne, à Rodin. J’ai mal à la terre qu'on déchire et au ciel qu'on obscurcit. Et à Mozart qu'on assassine en corps et à cris.



¸¸.•*¨*• ☆




Musique Almost Blue, Chet baker