mardi 3 novembre 2015

Hyperesthésie

-Ça sent l'essence, non ?
-Mais non, tu rêves !
-Je t'assure, je sens une odeur, là...

BOUM !!!

-Ah, tu vois, je savais bien que ça sentait l'essence...

***
Afficher l'image d'origineC’est une caractéristique qui m’a empoisonné la vie depuis l’auguste jour d’avril où j’ai décidé de quitter des limbes utérins chauds et douillets, protégée des agressions de toutes sortes par un cocon isolateur, pour me lancer dans la vie mystérieuse et trépidante que l’on sait.
Que s’est-il passé ce jour-là ? Est-ce que des circonstances extérieures particulières ont influencé mon premier contact avec ce bas monde ? La sage-femme m’a-t-elle attrapée avec des fers rouges ? Voire des pincettes à crustacés ? Y a-t-il eu un Tchernobyl non divulgué dans les médias de l’époque ? Suis-je passée par une faille spatio-temporelle avant de débarquer sur terre ?
Toujours est-il que ma mère a mis au monde une jolie petite boule de sens bien exacerbés comme il faut, et que, pour cela au moins,  je ne lui dis pas merci. Heureusement, dans le kit, j'ai eu droit à l'auto-dérision, c'est bien utile ! 
Parce que je ne sais pas si vous imaginez:

Une longue existence à sentir des odeurs improbables que personne d’autre ne sent,  à entendre chaque son émis avec l’intensité d’un marteau sur une enclume, à essayer de protéger des yeux fragiles ultra-sensibles à la lumière, avec ça une peau d’écorchée vive, réagissant au moindre contact et un palais ultra délicat à qui on ne fera pas avaler n'importe quoi,  et donc forcément devenu difficile par réflexe d’auto-protection. Mais pas par caprice, c’est là qu’est l’os.
Ce défaut physiologique m’a fait passer bien souvent pour la fille extra-chiante. Emmerdeuse, emmerdante, emmerderesse itou.
Ou, au mieux, pour la « princesse au petit pois ».

Et bien entendu, n'oublions pas un sixième sens que l'on lorgne de manière suspicieuse et une hyper-sensibilité affective passant le plus souvent pour de la susceptibilité, voire pour l’égotisme forcené d’une gamine insupportable. Un vrai boulet !
Alors que ça me demande juste un effort surhumain pour avoir l’air normale…
Là, par exemple, je travaille à plein temps sur la faculté de me distancer des mots qui me blessent. (Oui désolée, c'est mon marronnier du moment) C'est pas encore génial mais ça avance bien. 
J'utilise pour cela la formule magique n° 312 : « Même pas mal ! »

Quand je vous dis que ma vie est palpitante !

¸¸.•*¨*• ☆

111 commentaires:

  1. Il y a longtemps j'ai connu quelqu'un qui n'avait pas d'odorat..
    Il ne bénéficiait pas des merveilles des odeurs des fleurs, des sous-bois, d'un gâteau en train de cuire..
    Il ne sentait pas ses propres odeurs corporelles... C'est embêtant quand même ne pas savoir l'odeur que tu émanes, ne pas savoir si c'est supportable pour ton entourage ou pas... De quoi te remplir de TOC et te laver 10 fois par jour.

    Le mieux c'est le juste milieu... le monde ordinaire... mais aimerais tu faire partie du monde ordinaire Célestine ?

    Bises de Bretagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, Suzame. Tu as raison. Et involontairement, ton commentaire illustre parfaitement ce que j'exprime dans mon billet.
      Là par exemple, tu vois, il y a quelque temps, il m'aurait fallu un gros effort pour ne pas culpabiliser d'avoir écrit ce billet qui parle de mon vécu, en n'ayant pas pensé que ça allait forcément choquer les gens qui souffre d'être privés du goût et de l'odorat.
      Mais je progresse, et je me dis que rien n'empêche cette personne dont tu parles d'écrire un billet sur un blog pour raconter sa difficulté. Ordinaire, ou pas ordinaire, chacun a sa souffrance et elle est éminemment respectable.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Si je comprends bien, faut pas trop te chatouiller !!
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça dépend...il y a des chatouilles fort agréables, quand elles sont consenties..
      C'est tout le problème. J'espère quand même que tu auras noté une amélioration dans ma résistance à la chatouille...parce que pour moi, c'est net: j'ai moins mal à la peau.Et qu'est-ce que c'est agréable !
      Bises Célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. On peut donc dire Célestine que tu as les sens à fleur de peau comme ceux ou celles qui ont les nerfs à fleur de peau. Mais à la différence donc, toi Célestine tu quintuples les ressentis physiques, physiologiques, ce qui est quand même désagréable à vivre, quand nous même avec une peau de rhinocéros, on se sent constamment agressé avec les odeurs désagréables, les bruits de tous les jours. Et si encore il faut ajouter l'hypersensibilité affective, j'imagine la situation. Je pense Célestine et je t'admire pour cela, que le fait d'en parler, démontre que tu as su te prendre à bras le corps, et malgré tous ces aléas "innés" tu insuffles le bonheur, l'amour, l'espoir, l'amitié. T'occuper de tes parents, gérer l'école, les enfants, les blogueurs invétérés et parfois désespérants, et ben ma foi je te tire mon chapeau.
    Chère amie, si je t'admirais avant, maintenant je dois dire en plus que je suis émerveillé du sens que tu donnes de la vie, et de l'espoir que tu fais naître chez d'autres et quel courage d'avoir su mener ton bateau à bon port. Finalement je ne suis pas étonné de tout l'engouement pour la vie, pour tes enfants, tes parents que tu emmagasines et que tu nous inocules dans nos veines et pour cela nous t'aimons encore plus. Et ben, mon amie c'est pas moi qui vais te lâcher....si bien sûr...enfin Jdirien, comme a dit l'autre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors comme ça, tu as une peau de rhinocéros, toi , rhôô !
      Que veux-tu que je réponde à ce panégyrique? Sinon que je suis rouge comme une demi-douzaine de tomates bien mûres au soleil du sud...
      Bises cher prince du désert
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Depuis que j'ai arrêté de fumer il y a longtemps, je me suis aperçu que non seulement j'avais retrouvé toutes les odeurs dont m'avaient privé mes volutes à tout va, mais aussi les odeurs des personnes que je voyais à la télévision...Si si, c'est comme ça, et les parfums des présentateurs télé n'ont plus de secret pour moi, malheureusement ^^
    Sinon j'ai bien lu ton billet, j'ai eu quelques pensées secrètes mais bon : Non, tu n'est pas une casse-c...mais une personne aux sens très développés, voilà tout !
    Besos Célestine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noooon, je suis pas casse-c... juste presbyte.
      Je connais le phénomène dont tu parles : mon père, ancien fumeur invétéré, n'a plus supporté l'odeur du tabac au point de devenir irascible par moment avec les fumeurs...
      Quoi, tu fréquentes les présentateurs télé ? tu es un pipole, alors ?
      Besos cher captain
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Presbyte ? Tu as le charme des femmes à lunettes, alors...^^

      Non, je sens les odeurs des gens qui passent à la télé et ceux qui cocotent le plus sont les présentateurs, canaille ;) ♥

      Supprimer
    3. Tu les sens à travers l'écran ? Balèze le gars !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. T'aurais dû faire nez chez un parfumeur ma parole !
    (J'ai pas osé Impératrice de sens) :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zut, le s de des est resté dans le clavier !

      Supprimer
    2. Faut oser, mon ami...
      Tu sais qu'on me le dit souvent ?(d'autant que j'ai un grand nez ...)
      Enfin je parle de travailler chez un parfumeur, ou alors sommelier aussi, c'est pas mal.
      Parfois je sens des goûts particuliers dans le vin,
      et tout le monde me regarde d'un air bovin...
      hi hi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Heureux les hyper-sensibles, ils ont des yeux curieux au bout de chaque neurone et ils voient, sentent, pressentent ce que les autres de discernent pas.

    b♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'accepte le plus souvent ce petit désagrément parce que je fais comme toi : je positive.
      Et il est vrai que c'est une chance d'avoir "des yeux curieux au bout de chaque neurone"
      Bisous ma douce Jak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. @ la Princesse petit pois: Coucou Princesse, tes mots me parlent trop ;) Je reviendrai déposer un mot mais là, j'arrête l'ordi car j'ai trop mal aux yeux. Bisous de la princesse Mart

    RépondreSupprimer
  8. Je me demande quel genre de personnes ont pu te trouver chiante, emmerdeuse, susceptible et égotiste ! À mon avis tu ne perdrais rien à ne plus les fréquenter…

    Et si je comprends bien que l'hyperesthésie peut être parfois pénible dans ses excès, je crois qu'elle te dote aussi d'une capacité à percevoir bien des sensations que le commun des mortels ne connaîtra jamais. C'est peut-être une chance !

    Bises sensibles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une grande chance, Pierre. Elle me permet de mieux connaître les gens en profondeur, en me mettant à leur écoute de tous mes sens.
      Pour la catégorie de gens que tu cites dans ta première phrase, il y en a eu un certain nombre dans ma vie, mais bizarrement, plus j'avance et moins il y en a... Est-ce que je les ferais fuir ?
      Bises tardives
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. 312 formules magiques ? Mais alors, tu es une vraie fée ? Elles tombent de ta baguette, les étoiles ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ben ça y est tu t'en es aperçu ...c'est pas faute de l'avoir dit et rebattu !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ben moi je persiste à dire que c'était du trichloréthylène, la flamme était plus bleue.

    Il vaut mieux avoir un marronnier que ramasser des châtaignes...

    Molto baci

    RépondreSupprimer
  11. Je connaissais pas du tout ce syndrome...c'est de l'extrasensorialité , pas mal non ? Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Mind, je réalise que ce n'est pas mal du tout, après avoir lu l' extraordinaire article de Marie Madeleine ci-dessous. C'est plus que pas mal, en fait, c'est un don.
      Bisous belle journée à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. On m'a dit toute ma jeunesse " tu es trop sensible" mais j'en ai fait un don. Lis cet article : http://nospensees.com/4-dons-personnes-hypersensibles/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie Madeleine, lire cet article ce matin a été une grande joie.
      Je sais que tu comprendras à quel point c'est une révélation pour moi. Mieux vaut tard que jamais tu me diras. mais vraiment je ne te remercierai jamais assez. :-)
      Gros bisous enluminés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et ben dis-donc, si je pensais me retrouver dans deux au moins de ces quatre moules et dont un particulièrement me va comme un gant , je comprends pourquoi , c'est "compliqué" et pas simple du tout !
      Merci Marie-Madeleine

      Supprimer
    3. Peut-être que justement, il ne faut pas voir cela comme un "moule"...
      Mais je répète ce que j'ai dit : cet article est extraordinaire , parce que je réalise que ce que je prenais pour une pathologie n'en es pas une.
      Il y a des jours où je me suis sentie au bord de l'anormalité, tellement ce que je ressentais etait incompréhensible pour mon entourage...
      Eh bien, c'est tellement une bonne nouvelle de se sentir normale. Ce qui ne veut pas forcément dire ordinaire, pour rebondir sur le commentaire de Suzame...
      Bises à tous deux !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ce qui veut dire donc forcément "extra-ordinaire", et ce qui est encore mieux ! En tout cas tu n'es pas extra-terrestre ! Marie-Madeleine en témoigne.

      Supprimer
    5. C'est amusant que tu parles de normalité; Il y a queques années seulement je disais à mon chéri de l'époque que j'aimerais être normale. Lui tentait de me persuader que ma sensiblité extrème qui pouvait être un démon parfois était une bénédiction la plupart du temps!

      Supprimer
    6. Quand on se sent en décalage, je pense qu'il est naturel d'aspirer à une certaine normalité, parce qu'on a avant tout besoin d'être aimé(e) en étant reconnu par les autres. C'est ce qui se passe avec les ados pour qui les codes vestimentaires et lexicaux sont une manière de s'identifier à un groupe. Mais je suis peut-être restée un peu ado dans mes façons d'être, quelque part...
      En tous cas, le soleil que tu m'as apporté hier prolonge sa douce chaleur en moi ce matin.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Rrrôôô... voici que je découvre mon intuition confirmée... Et que du coup, je me sens moins décalée. Merci, infiniment... Merci.

      Supprimer
    8. Tant mieux alors, j'en suis ravie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Mais ce sont des super-pouvoirs ça ! Encore d'autres ... lol. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont des pouvoirs super !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Réponses
    1. je ne crois pas qu'il s'agisse de se soigner mais plutôt d'extraire "la substantifique moelle" comme dit si bien monsieur Rabelais!

      Supprimer
    2. Je ne suis pas certaine que Flipperine ait vraiment saisi la substantifique moelle de l'événement déclenché pour moi par ton article, marie-Madeleine...
      Car ce n'est pas une maladie, bonne nouvelle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Et les phéromones, tu captes avec la même sensibilté ? Because peut être un rien gênant, ça... :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de lire "sensibilité"...

      Supprimer
    2. Oui, les phéromones aussi, je t'accorde que parfois...dans le métro...c'est plus que gênant !
      Jolie remarque d'homme, l'homme, si je puis me permettre ! Mais tu as raison, il faut y penser, c'est important.
      Bises sensibles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. C'est plus handicapant pour un homme d'avoir l'odorat envahi de phéromones... Mais ça reste très agréable tout de même :-)
      Ti bacio

      Supprimer
    4. Ah bon, et en quoi c'est plus handicapant ? Tu veux dire que c'est plus...visible ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Ben tiens! Tu me diras qu'avec un bon imper c'est ni vu ni connu, mais en short sur un front de mer, ça ferait désordre...

      Supprimer
    6. Comme dirait l'autre : "vos désirs font désordre"...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je ne suis pas surpris. Je sais depuis toujours que vous êtes comme l'oiseau sur la branche. C'est votre fragilité qui émeut et votre liberté qui fait votre force.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup votre définition, je la trouve très juste. Merci beaucoup.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien la formule 312 ! et 213 elle donne quoi ?

      Supprimer
    3. La formule 213 ? euh...Un mal pour un bien ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'aime bien la formule "un mâle pour un bien"
      Baci

      Supprimer
  17. Et moi je pleure au cinéma ou même en écoutant une musique. Ça compte ?
    Mon mari me dit qu'une mouche qui pète me réveille. J'entends tout.
    Et la peau qui gratouille, un vrai bonheur, aucun produit " G@rnier", surtout pas les shampoings, pas de gel-douche, ni de savon liquide. Le savon d'Alep est mon sauveur.
    J'ai une perception des couleurs très personnelle. Pas daltonienne, le contraire.
    Bref la liste de mes petits maux est longue aussi.
    Alors, viens dans mes bras qu'on se console.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le contraire de daltonienne, je vois très bien !
      Et je me reconnais à cent pour cent. Les petits mouchoirs ne sont jamais loin quand je regarde un film ou que j'écoute une musique.
      Tout pareil. on est des grandes incomprises, mouarf !
      Bisous consolateurs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Tout ça... ! ma pauv' Cocotine
    Bon, ce ne sont que des petits malheurs, rien de bien grave, et depuis le temps que tu vis avec tu aurais dû t'y faire !
    C'est vrai que dans la vie, on vit mieux si on n'a pas toutes ces qualités, car je pense sincèrement que ce sont des qualités, tout ça, Célestine.
    Et on n'y peut rien !
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui...tu résumes bien ce que j'ai "enduré" (évidemment entre guillemets) : les paroles que j'ai le plus entendu dans ma vie:
      c'est pas bien grave ! de quoi tu te plains ? Arrête ton cinéma ! Tu en fais des caisses... quelle chochotte... tout ça pour ça ? T'es une grande fille, tu es trop sensible, tu devrais avoir honte etc etc...
      Alors oui, je me suis construite en pensant que je n'avais pas le droit de me plaindre, parce qu'à côté de moi il y avait des gens qui avaient TELLEMENT plus de vrais problèmes que moi.
      Je me suis construite en indécrottable optimiste et j'ai nié mes ressentis bien souvent...
      Et puis un jour, j'ai ouvert un blog, j'ai trouvé des gens bienveillants qui m'ont écoutée, respectée, et qui n'ont pas minimisé ou rabaissé ce que je ressentais...
      Et ma vie a changé.
      Gros Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Très juste, cette remarque sur les lecteurs majoritairement bienveillants : effet bienfaisant et rassurant garanti ! Du coup on remarque encore plus à quel point les remarques désagréables sont nuisibles, déplacées, stupides… et n'apportent rien de bon (sauf l'envie de les envoyer ch…)

      Supprimer
    3. Il y en a quand même très peu sur ce blog, où je trouve les échanges toujours extrêmement riches et courtois en même temps. La contradiction est intéressante sur les débats d'idées. Elle l'est moins quend on met à nu ses faiblesses ou ses sentiments.
      Merci Pierre
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Hyper sensibilité... tien tien, n'en aurai-je pas un peu dans mes chromosomes aussi?
    Serait-ce mon côté pile qui ressort, un côté féminin en quelque sorte que je ne sais réprimer, comprimer, effacer ?
    En tous cas, te lire me rassure je t’assure !
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les poètes sont par nature des gens hyper sensibles, non ?
      Que cela te rassure, ça me fait plaisir.
      On se sent moins seul...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. L'hyper sensibilité, le fardeau qui écrase le scorpion...Je vais aller prendre un médicament, té, Celle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est gentil ce scorpion, il pique pas beaucoup, je trouve !
      mais les médicaments...je m'en méfie. Je préfère écouter Francis.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Fille d'avril, connaissant tes liens avec l'éducation je peux te conseiller ce site aussi : http://www.irles-aquitaine.fr/les-enfants-surdoues/l-hypersensibilite-de-l-enfant-precoce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton lien extrêmement intéressant.
      Je pense avoir été une enfant légèrement précoce, (je ne dis pas surdouée, je pense que c'est encore tabou) à l'époque évidemment on n'en tenait pas compte à l'école.
      D'où mon rapport un peu spécial au monde et aux choses de l'univers sensible.
      Et la sensation d'être en perpétuel décalage avec les autres...
      Merci beaucoup pour ce lien qui éclaire bien des choses de mon enfance et de mon dévelppememnt personnel.

      Supprimer
  22. Je pense que nous sommes plusieurs à être hypersensibles mais que la vie nous a appris, pour nous protéger, plus ou moins consciemment ou pas, à cacher cette hypersensibilité. Certains en profitent ou en ont profité. Et puis on nous apprend tellement à être dans un moule, à être comme les autres, surtout pas sortir de la "normalité" que l'on a bien souvent du mal à avouer et à montrer cette hypersensibilité car on passe pour une nana chiante, comme tu le dis. C'est bien que tu en parles, Célestine. Je suis allée lire le billet sur "Nos pensées", et je dois dire que je me reconnais assez bien dans cette description également. Pendant longtemps, je me suis armée d'une cuirasse pour ne rien ressentir, chez moi on ne montrait pas ses émotions, ses sentiments, on ne disait rien. J'ai évolué de ce côté-là, mais il y a encore du travail je le sais. Je pense que l'hypersensibilité est une richesse. D'ailleurs, sur l'en-tête de mon tout premier blog, "un coeur qui bat", j'avais mis cette citation de Baudelaire : "Ne méprisez la sensibilité de personne. La sensibilité de chacun, c'est son génie."
    Une très belle journée à toi, Célestine. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce n'est pas un hasard, non plus, si mes amis blogueurs correspondent (grosso modo) à ces deux tendances contradictoires: des gens extrêmement sensibles, comme moi, et des gens qui semblent posséder cette cuirasse qui nous fait défaut, dans l'idée qu'ils peuvent m'apprendre à me faire "un cuir" sur ma peau de papier. Une sorte d'équilibration de mes deux pôles. J'admire tellement les gens qui parviennent à sortir indemnes de chaque situation...
      Ça te le fait aussi ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Cette cuirasse qui nous fait défaut" est un rien encombrante, elle protège, mais elle empêche aussi, elle empêche de ressentir, et je ne pense pas que ce soit une bonne chose, à moins de trouver la juste mesure, la juste épaisseur, légère, pas trop épaisse, juste ce qu'il faut pour éviter que les autres nous fassent du mal, mais il ne faut pas qu'elles empêchent les émotions de passer, de circuler. Certaines personnes nous semblent insensibles, mais en fait c'est que peut-être, à force de ramasser, leur cuirasse s'est tellement épaissie, que plus aucune émotion ne passe. Les gens qui sortent indemnes de chaque situation n'ont peut-être pas tous une cuirasse, mais ont sûrement une aptitude à la résilience, je ne sais pas.
      Tu connais la MLC ? http://www.mlcfrance.asso.fr/

      Supprimer
    3. Ah oui, c'est intéressant, Françoise !
      Mais il me semble que je n'ai pas besoin de me "libérer " de ma cuirasse...
      En fait, tu as sans doute raison pour la résilience.
      Ce vers quoi j'ai envie de tendre, c'est une espèce de juste milieu...
      Merci beaucoup pour ta participation active au débat.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Non, je ne pense pas que tu aies besoin de t'en libérer mais je t'ai envoyée vers ce lien car il me semblait que tu ne saisissais pas le sens que je donnais à ce mot. :-)
      Bonne nuit Celestine.

      Supprimer
    5. Il est vrai qu'il faut toujours définir les mots pour éviter les malentendus. je te remercie, maintenant j'ai compris
      Bonne nuit à toi ma belle¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Pas facile de retenir ses émotions et ses réactions quand on a d'une hyper sensibilité. Heureusement qu'il y a eu un peu d'auto-dérision dans le kit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien résumé, François.
      Bienvenue sur mon totem. J'ai vérifié, car j'avais l'impression de t'avoir déjà vu. Tu n'y étais pas.
      Au plaisir de te revoir.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Je me dis finalement que "communiquer" est la véritable clef pour mettre nos "maux" sur la table si j'ose dire et en même temps permettre que la solution soit dégagée d'elle même. L'avènement d'internet, je crois a fait beaucoup avancé les choses. Grace aux blog et autres réseaux sociaux, on met le problème à discuter sur la table et au cours du débat une réponse peut émerger (dans le cas de Célestine par ex. Marie-madeleine qui recommande un site sur la question) on découvre alors que le problème n'est plus vraiment un problème mais un phénomène naturel "hors norme" si je puis dire. Dans la foulée je me disais que finalement il fallait une Célestine dotée d'un si gracieux stimuli hors norme pour pouvoir gérer comme elle le fait: et son blog très riche avec des centaines de com;et la musique, et le sport etc.C'est à dire qu'en fait tout le plein d’énergie, de stimuli, d'hypersensibilité, dont elle disposait a pu être déchargé au bénéfice de son moral et de son corps grâce à Internet , ce formidable joujou qui joue le rôle"Catharsis". Vive la communication..par internet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait vrai, en ce qui me concerne en tous cas.
      Ce blog a été une véritable révélation pour moi, bien davantage que "face de bouc", qui reste un outil intéressant mais beaucoup trop impersonnel pour y traiter de sujets intimes comme je le fais ici.
      Ici, les gens m'aident véritablement par leurs participations, leur humour, leur personnalité, et c'est comme une sorte de lieu d'étude très sérieux, entrecoupé de grandes récréations (car il ne faut point être sérieux trop longtemps !) et sans doute ce système convient-il parfaitement à mes côtés multiples...
      Bon je ne savai pas que j'étais dotée de si gracieux stimuli...j'en suis fort aise, cher Bizak.
      Oui vive internet, n'en déplaise aux grincheux qui râlent dessus, le jour où on perd cet outil, je ne donne pas cher de notre liberté.
      Bisous nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je songe parfois, non sans effroi, à la perte de saveur qu'aurait ma vie si je devenais privé de ce fantastique outil de libre communication et de rencontre…
      Sans internet ma vie aurait été tout autre, n'aurait sans doute pas bifurqué, ne m'aurait pas permis d'accéder à autant d'ouverture et je me demande bien où j'en serais aujourd'hui.

      Supprimer
    3. Vivre intensément en se disant que cet outil est merveilleux par ce qu'il permet.
      Et fragile car un rien pourrait le faire disparaître.
      Et à ce moment-là, i faudrait retrouver des réflexes ancestraux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tout en restant dans l'idée que j'avais avancée comment se décharger et véhiculer tout ce flux dû à ton hypersensibilité; mais reste la question des neurones, peuvent-ils supporter d'être "malmené" subir une avalanche d'activité sans mesure si tu ne leur donnes pas un moment de répit et là je me suis rappelé "tes fameuse siestes" qui viennent à la rescousse pour te recharger les batteries. Finalement c'est une bonne chose que tout cela, surtout qu'on dit: "qui veut aller loin, ménage sa monture." Bonne nuit avant la bonne sieste!!

      Supprimer
    5. Tu es une mère pour moi ^^
      C'est très charmant de te préoccuper de mes petits neurones.
      Mais je pense que si je ne vivais pas à mon rythme, mon corps m'aurait rappelée à l'ordre depuis longtemps...Or il me semble que tu as pu t'apercevoir toi-même, à travers certaines photos, que mon corps ne va pas trop mal... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ton corps ne va trop mal, il va même trop bien. Je me rappelle la publicité de la pile Wonder: "elles ne s'usent que si l'on s'en sert pas"; Bon toi t'es pas quand même une batterie;allez va te recharger ...de sommeil, pardi!

      Supprimer
    7. Oui maman;
      hi hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. ça fait drôle que quelqu'un m'appelle maman, j'y ai jamais pensé, ma fille!!!hi!hi!

      Supprimer
    9. C'est une blqgue que je fais souvent, à mes amis quand ils me donnent des conseils pour ma santé comme s'ils étaient ma mère...
      allez, je vais me coucher, cette fois !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Il me semble qu'une fois que l'on a compris que
    Et bien non on ne peut pas faire autrement, que l'on ne fait pas ça juste pour emmerder le monde, que l'on est pas fou/folle, que l'on est pas plus susceptible ou complètement dépourvu d'humour, que si l'on entend les bruits de notre corps on ne risque pas dans l'heure un AVC ...Que l'on est "juste" différent, que tous nos sens sont à l'écoute et ce, malgré nous, tout le temps ...Tout va mieux, beaucoup mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au club Emilie.
      Le contraire m'eût étonnée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Ho! Mais je la reconnais cette petite fille qualifiée (à tort je le dis haut et fort) de capricieuse par ses frères et sœurs jaloux de sa 6è place. Je reconnais son hyper sensibilité qui la faisait qualifiée de pleurnicheuse par les mêmes... pas toujours facile à vivre mais tellement exaltant quand il s'agit de s'émouvoir devant un livre, un film, un paysage ou quelques instants de pur bonheur!! J'ai été et je suis ainsi et les larmes et les rires se sont mêlés souvent... bisous bella

    RépondreSupprimer
  27. Ça sent l'essence, non ?

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh p'tain, oui ! Grave !
      Ça sent même le gasoil, par endroit ...
      mais je sens aussi ton parfum, Hugo Boss non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah non, pas du tout du tout.

      Bleck

      Supprimer
  28. J'ai tenté, j'avais une chance sur dix mille...
    ^^
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comment ça, il y a 10'000 parfums pour homme et on ne me dit rien !
      Une chance sur 10'000, c'est beaucoup plus qu'à l'Euromillion, mais il est vrai que ça rapporte moins au gagnant :-)
      Dieci mille baci

      Supprimer
    2. Mais tu n'as pas entendu parler de l'exagération méridionale ?
      milioni di baci

      Supprimer
    3. En même temps, je découvre qu'il y a une inflation galopante du côté des marques d'affection.....
      Uno gigabaci

      Supprimer
    4. J'en connais qui vont avoir la peau usée...

      Supprimer
    5. "Embrasse-les tous" il a dit Georges...
      Alors il y en aura pour tout le monde !
      C'est quoi après Giga ? Tera ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Finalement je me sens moins seule !
    Quand j'étais petite le médecin de famille avait dit à ma mère d'un air grave ... cette enfant est hyper sensible, j'étais très impressionnée et je me croyais atteinte d'une maladie rare ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue, Marcelle, finalement 20% de la population, ça fait du monde...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Hey you ! ... Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, j'avais pourtant élaboré un commentaire, et, comme d'habitude, je revenais lire ta réponse (j'aime bien revenir lire les réponses...), et quoi ! Rien ? Mince alors, soit j'ai fait une mauvaise manip', soit le téléphone a sonné (ce qui ne m'étonnerait pas), soit le lait a débordé de la casserole à ce moment-là, et j'ai laissé tout en plan...
    Bon, pour en revenir à ton texte, tu m'as appris un mot, et une caractéristique dont je n'ai pas le souvenir d'avoir déjà eu vent. Sans doute que ça cause parfois quelques désagrément (je veux bien le croire), mais mieux vaut sûrement être hypersensible que le contraire ! Et tant pis pour ceux qui pensent que tu es une "fille extra-chiante", tu as raison de leur répondre "même pas mal" (c'est à moitié factice, comme arme... À moitié, seulement, car mine de rien, ça fait du bien aussi !)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien fait de revenir, maintenant que le lait est retourné dans la casserole, Nhand.
      Il y a eu des bugs, c'est vrai, hier, tout plein de bugs.
      L'essentiel, c'est que tu aies lu mon billet, et que tu reviennes lire ma réponse, car j'en profite pour te faire plein de bisous cher poète.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Là, c'est mieux la fée ne se tient plus la tête, elle a juste un petit mal de dent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne ris pas, mais j'avais ce soir une migraine abominable, et j'ai pris deux cachets.
      Ils m'ont assommée comme un boeuf, et j'ai dormi toute la soirée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je suis hyperesthésique et hyperacousique. Nous avons bien des points en commun, Célestine, y compris des yeux clairs fascinants. C'est drôle tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai jamais douté, chère Aukazou.
      Si tu ne l'as pas déjà lu, et si cela t'intéresse (ce dont je ne doute absolument pas non plus), je te conseille la lecture du livre de Christel Petit-Collin « Je pense trop ». Si tu es comme moi surefficiente mentale, le livre va te parler.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est noté !
      Bises

      Supprimer
  33. Tu poses des mots sur ma vie, et mes ressentis, avec une justesse... sidérante...
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au club, alors...Le livre ci-dessus cité devrait te parler à toi aussi.
      Pour moi il a été une révélation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est noté! Bises de mer sous la pluie!

      Supprimer
  34. J'imagine que ça doit ressembler à ce que racontent les livres racontant les expériences avec le LSD - sauf que tu n'as pas de point de comparaison. Plus riche mais tu n'as jamais connu que cela...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.