jeudi 13 avril 2017

A bras le coeur













Le matin, déjeuner, grignoter. La pluie grise et rose, irisée, frisotte dans les flaques, et l’herbe détrempée qui fait floc sous les pieds.
Et puis un brin de vent, arrachant quelques feuilles, taches blondes orangées tombées sur les carreaux délavés.
Le ciel mauve à l’horizon. Un de ces violets profonds dont seuls les crépuscules orageux savent se parer, quand les rayons du soir n’en paraissent que plus intenses.
Et puis toi.
Toi qui sais m'enluminer en jouant sur ta guitare des notes qui n'existent pas, quand tu étends ton bras de nuit, ton bras de mer, les étoiles qui se décousent comme des boutons de vermeil tombent sur mes draps et mes yeux avec des picotements de sable…
Toi, dont la main peut attraper sur la dernière étagère du salon la boîte à bonheur en fer-blanc que ma grand mère avait cachée pendant la guerre, c'est tout un doux parfum d'antan que tu libères de tes doigts et qui s'échappe dans un frisson.
Toi qui peux m'ouvrir tes bras comme de solides branches où se blottissent les années comme de grands oiseaux sauvages, je pars de ton épaule nue avec mon petit sac à dos, de velours vert comme tes yeux, traversant les forêts salées les déserts d'or et les taïgas, les îles aux volcans enfiévrés, je m'en vais de ce pas jusqu'à tes mains qui me font entrevoir le ciel.
Toi dont les bras aiment ma peau...Toi mon vagabond. Si tu savais comme je me fiche que tu n'aies pas le bras long...Quand le jour nous fait un pont d’or comme si le soleil se frayait une allée de roi parmi les nuages.




101 commentaires:

  1. Coucou Célestine. Je ne dors pas. Une grosse insomnie liée sans doute à de gros problèmes au boulot. Je suis écoeurée cette semaine comme si j'avais passé dans une machine à laver à 90 degrés. Ce que tu disais hier sur ton blog concernant la méchanceté gratuite, comment fait-on quand elle s'invite dans le travail et qu'elle conduit à du harcèlement?

    Alors je lis ton texte dans la nuit profonde et j'en tire un apaisement. Il y a tant de belles choses dans une vie: la pluie qui tombe, les ciels d'orage, le chant des oiseaux et surtout, l'amour des siens. Celui qui vous rassure, vous enveloppe et vous étreint. Et là, tout devient plus facile même que la vie parfois est une chienne. Merci de m'avoir rappelé cela au fond de cette nuit sans fin. Bisous alpins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contre la méchanceté gratuite -ou pas) il n'y a qu'une attitude salvatrice : défaire avec force cette dernière. Les mesures à demi sont dangereuses...
      Ravis de savoir qu'une personne peut t'étreindre et te réconforter... Oui, la vie est chienne et implacable...
      Bon courage et;.. je te tiens les pouces.

      Supprimer
    2. @Dédé

      Je comprends ce que tu vis au travail. J'ai longuement écrit sur le burn-out et le harcèlement des supérieurs, pour l'avoir vécu moi aussi. Et seule la certitude que rien ne réussirait à m'entamer m'a permis de tenir le coup. Avec le soutien de mon entourage et de mes amis.
      Je te souhaite de retrouver ta sérénité bien vite, m chère Dédé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Hyôtoko

      Merci pour ta sollicitude. Le bras d'un samouraï est aussi un rempart souviens t'en :-)

      Supprimer
    4. Le harcèlement et la troll-attitude sont deux plaies,
      qui ont comme point commun de faire mal...
      J'ai un peu fréquenté les deux, moi aussi...pas facile.
      La solution est un peu la même dans les deux cas, je crois :
      ne pas donner prise.

      Que ce soit un troll ou un harceleur, les deux recherchent la même chose : une réponse émotive en face...et le plaisir de voir réagir l'autre négativement.
      Et un coup je souffle le chaud...et un coup je souffle le froid...
      Jusqu'à ce que l'autre s'énerve...jusqu'à ce qu'il sorte de ses gonds ...

      J'ai dû récemment faire face à un troll (un vrai, un costaud, un cinglé total...)
      Je le connaissais, je l'avais vu sévir sur un autre blog.
      Je dois avouer que j'ai été "sans pitié",
      je l'ai banni directement sans état d'âme.
      Sans discuter. Une ou deux phrases d'avertissement... et puis poum !
      Ventilé.
      Y'a rien d'autre à faire.
      Même pas honte ! ;-)

      Parce que faut s'aimer aussi un peu et qu'on a le droit à un espace bloguesque non pollué par la bêtise et la méchanceté...parce qu'on a le droit de pouvoir s'exprimer dans l'harmonie...parce qu'on a le droit à un peu de soleil et à des bras qui vous accueillent chaleureusement...:-)

      Supprimer
    5. Merci de t'être exprimée sur le sujet.

      Bisous chère Licorne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. ah les bras accueillants comme des branches... solidité rassurante d'un havre de paix...
    j'ai ressentis sans jamais goûter à cela.
    Je t'envie de ce sentiment...
    bises ensoleillée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Hyôtoko

      Regarde les choses avec d'autres yeux. L'amour est en toi, il ne demande qu'à sortir.
      Bisous sous la lune belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. ...Couchée tard et levée tôt Célestine...
    Comme Dédé hier, n'ai pu répondre, par manque de mots, tant je suis incapable d'accepter cet inacceptable. La violence même verbale m'insupporte. Je ne me pose pas ici pour lire et ressentir cette méchanceté pour rien.. ce que j'ai découvert -que j'ignorais- là me gêne... Si on aime pas, on passe, on ne pollue pas... et nous, on ignore.
    ... l'indifférence est le pire des mépris...
    Merci Pastelle pour la citation d'Alexandre Jollien, une référence. C'est cela : "laisse glisser les choses peu importantes"... "l'énergie dilapidée..... pas mise à l'essentiel, dans ce qui te rend plus humain"... exactement cela...
    Et ce que je découvre, au saut du lit, dans ce mât-teint redevenu serein, m'émerveille. Chaque mot choisi est une image qui entre en coeur auquel tu ajoutes, ce qui ne gâche rien, quelques notes musicales rassurantes...
    J'ai oublié ce bonheur à deux que je retrouve sur ta page, aimer en partage "toi qui peux m'ouvrir tes bras", et toutes les autres belles images... Merci Célestine de m'éveiller en douceur, si bien accompagnée dans ton allée de sOleil !Je suis heureuse pour toi, et pour le reste, ne t'inquiète pas....
    Je t'embrasse.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme si j'avais fait un mauvais rêve, Den, tout est u-oublié, nettoyé, purifié, ne t'inquiète pas, au matin renaisse les profusions de fleurs, les parfums, les chemins qui serpentent et la beauté de vivre.
      Je ne m'inquiète pas, je replonge dans mon monde, ma vie enrubannée et résolument positive. Mes papillons et lmes libellules, mes balades et mes notes de musique dans l'air du soir.
      Merci pour ton beau texte et pardon d'avoir choqué un peu tes yeux et tes oreilles.
      Je t'embrasse moi aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Réponses
    1. un thème universel, chère Adrienne. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Jolie déclaration et belles images, j'adore l'idée du petit sac à dos pour voyager de l'épaule jusqu'aux mains. Me demande ce qu'il pourrait contenir. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela pourrait fair l'objet d'un défi d'écriture ...Qu'y a-t-il donc dans le petit sac à dos ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. j♥ cette poésie érotique comme toi seule sait les mignarder tout en grâce et délicatesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dentelle et la soie sont de mise pour ce genre de poésie... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'aimerais tant qu'il le lise, comme si c'était moi qui l'avait écrit. Je ne sais et ne peux le lui dire, je ne sais le lui écrire et ne peux guère le lui prouver. S'il passe sur tes pages.....il saura. Il saura que l'amour paillette ma vie et la transcende.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il le lira, j'en suis sûre...Et il aimera. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il te faut le peindre, Chinou...

      Supprimer
    3. Elle ferait cela très bien, avec son grand talent... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Mes amies, l'amour ne se peint pas. Il se vit, se partage, se prête aux mots que Célestine fait danser sur la page blanche, aux étreintes que Pastelle fait vibrer sur le papier glacé, au baiser que Rodin fige dans le marbre blanc. Mais sous un pinceau l'amour saigne ou prend feu. Seule la nature accepte impudiquement que je la couche dans mon carnet. Merci à toutes deux,

      Supprimer
    5. C'est beau ce que tu écris, mademoiselle "je ne sais pas écrire" ...
      Je trouve que tu te débrouilles quand même vachement bien.
      Bisous belle soirée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Comme c'est beau de reconnaitre le bonheur là où il est, dans ces bras ouverts, dans la chaleur des cœurs et des corps, dans la poésie de l'être et la magie du monde... Que c'est beau d'aimer et d'être aimé(e) ! Bises étoilées céleste Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a rien de plus beau.
      Bisous très célestes, ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je ne peux commenter, juste admirer, écouter et resentir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assise les yeux mi-clos, à l'orée de ces bosquets lumineux qui ourlent les parcs, emplis d'oiseaux et agités d'un petit vent ...on ne dit rien. On est juste bien. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Tu sais Toi, Toi à qui l'écrivaine ouvre son coeur de ses deux bras offerts, ouvre les bras de tout son coeur, ouvre le coeur de tout son coeur, Toi, aux branches abrifères, aux cordes au delà, à la chanterelle fantaisie, Toi, auteur des Enluminations, Toi...je t'envie.
    Dame Celestine: sans commentaire. Béat je suis. Bises australoboréales...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un peu de toi, dans Toi.
      Un peu de rêve, de notes de jazz et de rêves de bancs...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. POfiuuu que calor tout à coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Senor meteo Ay Ay Senor Météo quando mi transistor esperanza calor
      Il a tort ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Il est fort ton Toi.
    Jolie texte, j'aime le passage sur l'enluminure...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La musique est inspirante, tu as raison...
      Elle enlumine la vie de notes qui existent ou pas... ;-)
      Bisous Mind
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Oh Jacou c'est si gentil !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Que c'est beau, tendre et sensuel ! Il faut chérir l'amour pour qu'il demeure, pour l'attirer aussi, les gens tristes au coeur fermé ne savent pas à côté de quoi ils passent ou sont passés. Notre coeur n'est jamais assez vaste pour contenir cet amour de la vie, des petites aux grandes choses... Et tu sais si bien le dire ma Céleste amie, je t'embrasse♥ :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit. Coeurs ouverts, coeurs fermés...
      Chacun prend la route qu'il choisit, ou qu'il croit avoir été obligé de prendre...
      L'amour multiplie quand la haine divise.
      C'est l'arithmétique éternelle des sentiments. ;-)
      Moi aussi je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Le bonjour Dame Céleste. Très beau. Un texte qui met le plaisir au goût des lèvres. Nous en avons sacrément besoin. Court poème d'accompagnement :

    Irisement

    Les corps font une pause
    Dans la nuit mélangée
    Quand le temps joue aux dés
    Sans s’esquiver
    Silence et froissement se croisent
    Murmurent aux fenêtres ouvertes
    A l’air qui passe
    Au refuge infini des plaisirs
    Des promesses indéfinies
    La brise tremble et caresse
    Le pied des horizons
    La nuit orange frissonne
    Fusionne
    Perle sur la chair
    Comme une goutte de rosée
    Glissant sur la mer irisée


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme un écho à mon petit texte en prose poétique...
      Un écho tremblant comme la brume de chaleur, et superbe.
      Merci Rod.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Quelle belle déclaration d'amour! Toute en rondeur et en grâce, comme les bras qui t'entourent, j'imagine!!
    Bises chère fée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bras sont bien commodes quand on veut se mettre entre parenthèses, ils en ont la forme... ( ^.^ )
      Ma douce luciole...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Heureux de vous retrouver telle qu'on vous aime. Et je sais qu'on vous aime, sans affectation et sans contrainte. Juste parce que c'est vous.
    Alors merci.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'aime parce que j'aime. J'aime parce qu'on m'aime. C'est un subtil jeu de miroirs, un cercle vertueux auquel j'attache le précieux prix de la liberté et de l'harmonie.
      Merci monsieur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Un joli billet, tout en douceur, en délicatesse... Et cette musique...
    Merci pour ce doux moment, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La musique est celle du film « Pour une femme » d'Armand Amar.
      J'aime beaucoup le violoncelle...
      Bisous belle amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Oui chère Céleste,

    J'ai adoré ton évocation d'un bonheur simple, à portée de main , à côté d'un être qui vous fait exister ;
    qui tisse des rayons de soleil dans nos coeurs ; peu importe qu'il ne soit roi ou reine et ne draine derrière soi l'illusion d'une puissance factice ; l'essentiel est en nos coeurs, dans le chemin que nous prenons ensemble en confiance vers les lendemains
    avec le soleil pour témoin et la pluie pour étancher notre soif.

    Bises poétiques solidaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair que la puissance et la gloire ne rivaliseront jamais dans mon coeur avec la simplicité de petits moments partagés.
      La phrase du Renard est encore et toujours d'actualité.
      Merci Petrus.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Qu'il est beau et doux ton texte chère Célestine, ce n'est que du bonheur à lire tes mots.
    En te souhaitant de belles fêtes de Pâques, profite de chaque instant, je le fais aussi.
    Mes bises très amicales :-) ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ces quelques jours où je vais retrouver mes enfants seront à la hauteur de mes espérances...
      J'écouterai ton sage conseil et je profiterai de chaque instant.
      Affectueusement
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bon tu vois, moi j'débarque, tranquilpeinard les mains dans les poches, fingueuerzinzeuBIIIIIIP histoire de prendre l'air, et je lis: "Et puis toi."
    Moi ?
    Euuuuh, moi ?
    Ahem !...
    Ben oui quoi, l'espace d'un instant je me suis pris à rêver, la dimension féerique et onirique de ton texte on réveillé mon onirique à moi. Et j'étais le guitariste, la boîte à bonheur, l'épaule et la main, la peau qui vibre...

    Bon, bien sûr, après m'être pincé, mais vraiment pincé, même qu'y'a un bleu pasqu'y fallait bien ça, je suis redescendu sur terre reprendre le cours normal de mes occupation... Un brin nostalgique...

    Edidon, il en a de la chance, "Toi" !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui c'est fait pour ça, l'écriture...pour décrocher des rêves bleus et accrocher des étoiles aux serviettes du quotidien. Pour que l'on se voie tour à tour Roxane ou Cyrano, Tristan ou Iseut, et Docteur Jivago...
      Comme dans ces nouvelles pour dames de Somerset Maugham...
      J'espère que tu ne t'es pas fait un hématome (de Savoie) en te pinçant trop fort... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Jdissa
      A toi aussi ça t'a fait cet effet..... Je suis bien content que tu te sois aperçu de ta gourance, car ça me laisse encore un peu de marge pour y croire... :-)

      C'est un peu moins surprenant que ton billet précédent, moins tonitruant aussi, mais tellement plus suave, tellement plus... tellement mieux... bref, j'adhère totalement.
      Bon, j'adhère (sans Clément) aussi à l'autre billet, parce si l'envolée lyrique était d'un autre ordre, ça s'élevait tout de même plus haut que le champ de patates à Clément...

      Mais alors là, c'est la grâce, la montée dans les nues...
      Est-ce bien nécessaire de devoir redescendre?

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    3. C'est beau ce que tu dis, Blutchiamo.
      Et émouvant et profond.
      Peut-être que chacun peut trouver en mon billet quelque chose qui lui parle au coeur.
      Peut-être que «toi» aurait pu être toi, ou lui, ou n'importe lequel de ceux (et celles) qui aiment la poésie...
      Baci et bisous bordelais
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Blutch: A toi aussi ça t'a fait cet effet ?..... :o)))
      Aaaah, c'est tout l'art des mots et tout l'art d'être de notre hôtesse qui se goûtent à petites gorgées savoureuses !

      D'autre part, j'ai savouré, aussi, la tonitruance du billet précédent, pasque là, notre amie à ouvert en grand une sacré porte ! Comme un premier saut à l'élastique ou dans la piscine. Elle qui jusqu'à présent n'avait jamais osé s'affirmer en puissance a fait là un sacré pas ! Et j'ai cru comprendre que ce ne serait plus tout-à-fait jamais comme avant.
      "C'est le courage sur le chemin qui permet au chemin de se manifester"...

      @ vous deux: Ceci étant, et là vous voudrez bien me pardonner de casser un peu l'ambiance pour cause d'aterràterrissage (il est tordu, çui-là, si vous comprenez pas, je fournirai un croquis), et si d'aventure il vous venait l'idée de reprendre une activité professionnelle, évitez script-girl, pasque vous avez laissé passer une monstre incohérence dans le scénario. Je cite: "... tranquilpeinard les mains dans les poches, fingueuerzinzeuBIIIIIIP..."... Hey !

      Supprimer
    5. @ Jdissa
      Pour tenter de comprendre, il suffirait de savoir:
      - Si ton clavier déconne.
      - Subsidiairement, ce que tu as voulu dire par: fingueuerzinzeuBIIIIIIP.

      Autrement, tu voudrais bien ne pas charger la Script-girl de méfaits qu'elle est bien incapable de commettre, puisqu'elle ne fait que relever les détails d'une scène pour effectuer des raccords cohérents entre deux plans. Les incohérences de scénarii sont du fait (ou méfait) du (ou de la) scénariste.
      Enfin, je dis ça comme ça, juste pour être agréable avec la script-girl :-)

      Supprimer
    6. j'avoue que j'ai peine à suivre les rebondissements de cette affaire cinématographique.
      Moi ce que je vois, c'est que, quand il y a un biiip quelque part, c'est que la censure est passée par là...
      Alors scénaristes, script-girls et acteurs y ont quelque chose à perdre, non ? ;-)
      Bises et baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Cela démarre bien si « la pluie grise et rose, irisée, frisotte dans les flaques » comme une crevette. Alors je m’installe bien, un gobelet damasquiné à la main, je lis, j’écoute, je ferme les yeux sur tes mots et je vois « les forêts salées les déserts d'or et les taïgas, les îles aux volcans enfiévrés ».
    Chez toi, chère Célestine, c’est une cour d’amour. On y croise des troubadours. On y pratique l’amour courtois, je crois ?
    Je m’endors comme un vagabond harassé, rêvant vaguement à des stratégies adolescentes pour être aimé. Je fais de ces voyages avec mon petit sac à dos de velours vert comme… ah non, les miens sont marron.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? J'aurais juré qu'ils étaient verts, à force de regarder les grenouilles des étangs, les champs de trèfle et de luzerne, et les massifs d'euphorbes réveil-matin ? Non ?
      Je me serais trompée... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Bonsoir Célestine,
    Je viens de lire ce billet et le précédent.
    Je n'ai pas remarqué ton Troll jusqu'à présent mais j'ai peut-être parcouru rapidement les commentaires. Tu n'as aucun moyen de l'empêcher de commenter chez toi avec blogspot?

    Pour le présent billet, on découvre que tu sais faire de belles déclarations d'amour! J'espère que tu en reçois autant!

    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que e ne suis qu'amour, comme dit Edouard Baer dans sa célèbre tirade d'Otis.
      Merci Mo
      bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. On ouvre les yeux - c'est le printemps - l'heure d'été - l'été avant l'heure - est là la chaleur - à l'intérieur de nous - qui enfièvre aussi nos poésies
    On ouvre un œil - et ce que l'on voit devant soi - le seul lieu où on veut aller - le seul paysage - la seule contrée - c'est le pays de la peau de l'être aimé
    Ton texte m'a fait me souvenir de jours de printemps comme ceux-là
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau, ça, le pays de la peau de l'être aimé...
      Oui, magnifique et très poétique.
      Merci Patrick, j'espère qu'il y aura d'autres printemps ou tu ouvriras un oeil ainsi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Nettement plus beau...Billet très doux à l’ouïe,heu à l’âme.oui, c'est ça ,doux à l’âme.
    On est dans la ouate.Lumineuse,tu m'enlèves les mots.Là,c'est vraiment toi!
    https://www.youtube.com/watch?v=tNprj9Q93c0
    C'est nettement moins poétique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les papillons en l'air...et les fourmis par terre !
      Chouette chanson qui m'a rappelé de bons souvenirs...
      Ça c'est vraiment toi ? ça se sent, ça se sent, ça se sent, ça se sent que c'est toi, et rien d'autre que toaaaaaaa, et rien d'autre que toi !
      T'as vue je sais faire moi aussi...C'est mon idiot sein crazy...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Idiot sein crazy?idiot sein crazy? idiot saint crazy ! https://www.youtube.com/watch?v=KKS7wZJj97w

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeahhhh ! exactement !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Yeahhh! Belle nuit à toi,je t'embrasse.

      Supprimer
    3. Wé !
      Ben là y'a un truc qui m'échappe, il doit me manquer une partie de l'indispensable socle culturel nécessaire à la compréhension !... 8o0

      Supprimer
    4. Non mais c'est juste des jeux de mots foireux sur le mot idiosyncrasie...
      Rien à comprendre, pas de message subliminal.
      Je ne connaissais pas le groupe de la vidéo (et pour cause, je n'aime pas du tout ce genre de musique...)
      Mais il se trouve que leur nom de groupe est justement "idiot saint crazy" un sacré trio...
      Voili voilà !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Merci,je viens d'apprendre un mot nouveau...Je comprend mieux!

      Supprimer
    6. Oui, c'est un mot assez amusant et pourtant très sérieux !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Coucou Célestine
    Insomnie ici, donc je poursuis mon tour des poésies du jeudi.
    Je trouve ton texte serein et apaisant, j'aime bien (entre autre) cette boite à bonheur en fer blanc cachée par la grand-mère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sharon, une grosse caresse à Nunzi de ma part.
      Contente de t'avoir apporté un peu de paix et sérénité pour cette nuit.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Quelle belle prose, Célestine, ta plume nous ravit ! Et Toi, petite Sirène, ton chant charme les coeurs et apaise les âmes.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès que possible j'irai lire ton billet ma Soène.
      Merci de ton passage.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Pas eu le temps de poser un coms sur le billet d'hier... Je suis une victime volontaire de tes beaux mots et j'assume...Merci de nous les faire partager!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vraiment le don de faire sonner les mots, c'est juste magnifique !
      Bonne escapade de Pâques !
      bises
      Angela

      Supprimer
    2. @Manou

      Tu dis cela avec beaucoup d'humour et ça me plaît bien.
      Passe un beau weekend en famille, peut-être ?.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Angela

      On fait plutôt sonner les cloches à Pâques, mais sonner les mots, oui, ça me va !
      Bisous à toi aussi

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Quand le jour se lève sur pareille parenthèse, toute en tendresse sensuelle et apaisante, que dire, sinon que seule la quiétude a sa place... Et ça fait du bien ♥
    Profite de ta tribu!
    Bisous affectueux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je profite...ce qui me fait attendre fort tard pour venir faire un tour rapide sur l'ordi...
      J'avoue préférer la paix et la tendresse à la stupeur et aux tremblements... ;-)
      Douces pensées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Je t'envoie mes N'Ours en renfort si le troll réapparaît! ☺☺☺☺
    Fiston, son Namoureuse et Choupinou chez nous du 19 avril au 2 mai : ô joie!
    bisous ma belle ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joie partagée !
      Bisous ma belle.
      Et bise aux n'ours.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je ne t'ai pas lue, mais j'ai bu tes mots frais comme une eau de source.
    J'en ai pris une bouteille pour ce weekend...
    Bises bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne puis résister à l'envie de te souhaiter donc "à la tienne, Etienne" !
      Pour une fois que j'arrive à la placer naturellement dans la conversation ...
      Bises mais pas de bonne heure, plutôt fort tard.. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Toujours tes enchantements, tes bonheurs, tes rêves nous sont offerts à les partager, à les prendre comme les notre. Le « Tu » est sublimé, on s’en imagine être cette Être qui te fasse vibrer, palpiter, qui te fasse goûter des ivresses en te susurrant ces mots doux, ces mots parfumés plein de bercement qu’aucune fausse note ne puisse s’insérer dans ce bonheur, dans ton bonheur. Je voudrais trouver la magie de tes mots, ceux que tu tires du fin fond de ton cœur, du fin fond de ton âme, qui nous séduisent, qui nous font tant rêver, rêver…. Mes bises poétiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais bien là l'enthousiasme de tes débuts, et le lyrisme de tes mots qui m'enchanta.
      Tout est bien, alors, cher Bizak.
      Belle nuit et bisous fugaces depuis ma pause bordelaise.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. J'aimerais tant retrouver ou trouver de telles sensations . Quel beau billet, il me réveille en quelque sorte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de secouer en toi les petites plumes de duvet de l'oreiller, petite miss
      Et gros bisous de pâques
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. C'est d'un romantisme fou ! On est emporté par ton texte !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop loin j'espère ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Que c'est joli !
    Tu nous racontes des histoires et c'est un vrai plaisir de te lire, découvrir tes émotions à fleur de peau !

    Bon WE Pascal ma chère Blue-Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds en coup de vent étant loin des blogs...
      Mais ça me fait plaisir Cristina
      Gros bisous à bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Des bras suffisamment longs, qu'ils traversent les rêves et viennent vous "embrasser" le jour...
    Comme une odeur de bruyère dans ce lever de jour mauve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli ton brin de bruyère, Lou.
      Belle fin de week-end, bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Quel lyrisme, quel envol ! C'est toujours un plaisir de venir te lire !
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Binh An
      Me revoilà après une salutaire petite pause.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. J'espère que l'élu de ton cœur a lu ce bel hommage Célestine. C'est très beau et émouvant. Je t'embrasse,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je t'embrasse Anne Etoile, tes passages se font trop rares ici...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.