mercredi 12 avril 2017

Pince à linge

« Mais moi les dingues, j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite, j’disperse, j’ventile. »
Michel Audiard








Ma grand-mère disait toujours qu’il fallait être attentif aux signes. Et ne pas laisser les petits bobos anodins devenir de méchants bobos malins.
Vous savez, comme ces boutons insignifiants qui commencent par une imperceptible démangeaison, oh, presque rien… Et puis, si l’on n’y prend pas garde, apparaît une légère boursouflure, doublée d’une rougeur, qui enfle, et qui, négligée,  intensifiera le prurit. Et un jour c’est la fièvre, l’abcès, le furoncle putride et sanguinolent, et là il faut trancher dans le vif. Bim ! Un coup de scalpel.
Tranchons. Ça va faire un peu mal, mais ça soulage tellement ! Il y a trop longtemps que j'aurais dû le faire...Et aujourd'hui, c'est la goutte d'eau qui m'a mis le feu aux poudres. Tant pis, fallait pas me chercher.

Alors d’abord, mes chers lecteurs et trices, il faut que je vous dise : ça soulage, en premier lieu, la foutue crampe dans le bras que j'ai chopée à tenir le revolver que je vous braque sur la tempe depuis huit ans. Comment ? Ne me dites pas que vous ne vous en êtes pas aperçus, de l'odieux chantage instauré par moi-même, qui vous force à n’écrire que ce que je veux entendre, et en plus, vous oblige à revenir me lire même quand vous n’en avez aucune envie...En réalité, je vous anesthésie… Non je vous hypnotise, voilà c’est ça mon truc. Je vous vampirise, annihilant toute volonté de votre part. Vous êtes ma chose.

Car, d’après mon ennemie auto-proclamée, une espèce de troll puant qui sévit depuis des mois, que dis-je, des années, courageusement dissimulée sous le pseudo d’Aukazou, c’est moi, bien sûr, qui vous contraint à écrire vos « grotesques » commentaires. (Je cite) Et comme je n’écris « que de la merde » (je cite encore), forcément c’est que quelque part, allez ne dites pas non…vous aimez en manger (elle aussi, d’ailleurs, au passage, puisqu’elle continue à me lire, mais bon, je ne vais pas commencer à faire du mauvais esprit).
Cela excite votre curiosité ? Je vous comprends.
Mais autant vous avertir que vous perdrez votre temps à chercher son nom dans les moteurs de recherche, mais  « au cas où » vous auriez envie d’aller vérifier par vous-mêmes, vous ne trouveriez qu’une entreprise qui « gère vos dégâts des eaux ». Je pouffe. C'est vrai que c'est la classe, question référence culturelle !

La ci-dénommée, donc,  se cache derrière cet avatar subaquatique pour lâcher ses petites bombinettes de pus sur les blogs des autres, tel un squatter de bas étage. Si vous la rencontrez,  fuyez ! Elle sera d’abord doucereuse, presque empathique, et puis d’un coup crachera son fiel vitriolé selon le vieil adage « Chassez le naturel, il revient au glaviot...»


Alors pour désamorcer une fois pour toutes cette calamité rampante, ce mollusque visqueux, incapable de tenir un blog elle-même et donc de s’exposer peu ou prou à un lectorat, je vous dresse la liste des griefs dont elle alimente son ire contre moi. 
Jugez vous-même de sa sagacité :
 Je suis donc une « vieille instit à la retraite, qui se trouve belle alors qu'elle est très moche, mal conservée, frustrée, aux cheveux teints, aux yeux de poisson mort et aux paupières en casquette »,  je passe ma vie à « pleurnicher que mon père soit mort et que ma mère soit malade (les cons) » je suis une « vieille poupée barbie narcissique, inculte, gnan-gnan et totalement limitée intellectuellement. » Je n’intéresse évidemment personne puisque je n’ai aucun talent, et surtout pas d'écriture, sauf celui que certains d'entre vous me prêtent mais sous la torture, il est évident que ça ne compte pas… Bref, je ne connais rien à rien, j'ai des goûts de latrines et mon blog n'est vraiment qu'un tissu d'excréments.
Tout ceci, je l'avoue, est pure vérité. J’avoue tout, monsieur le Président. Surtout ma mocheté disgracieuse et même rebutante. D'ailleurs ceux d'entre vous qui me connaissent de visu pourront en témoigner. Quoi ? Vous ne pensez tout de même pas qu'elle pourrait agir par... Jalousie ? Non ? On pourrait être jalouse d'un laideron médiocre tel que moi ? Allons donc !

 Bon, voilà. J’espère que Bricabrac me pardonnera d’avoir substitué cette mise au point peu digeste, au mode d’emploi de la perceuse à colonne, qu'il attendait avec tant d'impatience, car cela au-moins vous aurait appris quelque chose d'utile.



Vous comprendrez en suce que ma ligne éditoriale étant dictatoriale, je ne lui laisse même pas un droit de réponse, à cette vérole. 
Laisse-t-on un droit de réponse à un bourbillon ? A un phlegmon infecté ?
 Je sais qu’elle ira baver sa hargne ailleurs, selon sa délicieuse habitude, puisqu'il y a pleiiiiin de gens qui pensent comme elle, soi-disant. En réalité il doit y en avoir au moins...deux, dans toute la blogosphère,  qui la supportent bravement, au nom sans doute de la liberté d'expression des cloportes, mais je ne les plains pas : après tout, si elle les ennuie, depuis le temps, ils n’avaient qu’à la flytoxer comme une punaise. 

Allez, j'aère, ça sent vraiment trop mauvais tout ça. Je vous avais pourtant prévenu qu'il vous fallait une pince à linge pour lire ce billet. 

¸¸.•*¨*• ☆


90 commentaires:

  1. Ces espèces d'arthropodes ne peuvent pas s'empêcher de broyer tout ce qui leur déplaît. Tu as mis beaucoup de temps Céleste à montrer de quel bois tu te chauffes quand c'est nécessaire.J'ai bien vu les mandibules de cette OVNI se mettre à l'oeuvre, dans un blog ami, ne supportant pas de voir le bonheur se lire sur les autres visages que le sien. : http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/
    Je reprends ma pause blogoesque et même si je ne commentais pas ces jours-ci, en raison d'un surcroît de travail, cela ne m'emp^chait pas de survoler les blogs amis. Il faut dire qu'aujourd'hui ou plutôt hier, je ne pouvais pas rester sans voix..., disons que je ne pouvais me taire devant un tel déversement d'ineptie et puis c'était une cause de salubrité publique.
    Bisous la taulière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai, j'ai été patiente, j'ai cru à ses belles paroles au moment du décès de mon père. J'ai presque pensé qu'elle avait changé, et que l'amour avait touché son coeur comme une grâce...
      Foutaises...De toutes façon, quelqu'un qui avance masqué, pour moi, c'est louche. C'est tellement facile d'attaquer quand on se sait impuni...
      Je te remercie de ton soutien, et je me réjouis que tu aies interrompu ta pause pour me faire ce beau signe d'amitié.
      Grosses bises empathiques, mon cher poète.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Bizak
      C'est parce qu'elle est infoutue de trouver le moindre prétexte à jouir d'un petit bonheur (et probablement de jouir tout court) qu'elle ne supporte pas de voir fleurir la joie autour d'elle.
      Bref, c'est une mal baisée (ou pas baisable).

      Je crois que tu côté de Blogbo, il a été servie au delà de ses espérances... :-)

      Grosse accolade mon Ami e baci à la taulière

      Supprimer
    3. @Blutch: Merci mon ami pour tes mots toujours affables. Accolade à toi et pleins de bisous à notre muse.

      Supprimer
  2. Pardon! Mais tu déconnes, là? Enfin, tu plaisantes? Ca rentre pas dans ma tête, ça. J'le crois pas. Non, j'le crois pas. Je t'embrasse Angel Baby. Et te donne raison de convoquer nos Tontons. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que j'utilise une arme assez peur fréquente chez moi, et qui s'appelle l'ironie.
      Mais tout est rigoureusement vrai. Cela fait des années que je supporte, et hier, je n'ai plus supporté.
      Je lui ai montré qui c'est Raoul, et franchement, ça fait un bien fou.
      Mais je redeviens ton angel baby illico. Je préfère.
      Kisses and attb ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Oué bien dit Célestine ! Tu as mis le temps et je trouve que tu as été bien patiente et bien gentille.
    J'ai vu certains de ses commentaires ce n'est pas bienveillant du tout. Pour qui elle se prend celle-là pour juger les autres de cette façon ?
    Rien n'oblige personne à venir te lire, et je te le dis et redis, pour moi c'est une vrai plaisir. Même quand tu t'énerves, c'est toujours super bien écrit J'ai même appris des mots, comme presque à chaque fois. Je ne connaissais pas bourbillon.
    Allez on est avec toi !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as prononcé LA phrase importante : Rien n'oblige personne à venir me lire...
      C'est pourtant évident. Quand on n'aime pas, et qu'on y va quand même, c'est qu'on aime se faire du mal. Ça a un côté morbide incompréhensible pour moi.
      Et je comprends tout à fait que l'on n'aime pas ce que j'écris...
      Mais la France reste (encore un peu) le pays de la liberté, non ?
      Bises chère Angela, merci de ton passage amical.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Célestine, tu sais bien qu'il y a dans la blogosphère un certain nombre de « malades mentaux » homme ou femme ou autres sexes indéterminables.
      Plus tu leur accordes un vague, même très vague intérêt… plus tu tentes un quelconque échange avec eux/elle… plus ça les excite !
      Faut juste les ignorer.
      La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe !
      :-)

      Supprimer
    3. Je sais tout ça, cher Alain. Je n'ai juste pas supporté qu'elles s'en prenne à mes lecteurs.
      Et puis c'est un peu comme le chantage: si tu désamorces l'objet du chantage, il tombe comme un soufflé raté.
      Et puis tu parles de malades mentaux, mais cela ne se voit pas tout de suite...Tu sais bien que j'accorde toujours du crédit aux gens, au début...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est aussi leur accorder du crédit que de ne pas alimenter leurs névroses/ou psychoses....
      (cela dit pour ma part, je ne connais pas le/a patient/e en question... mai sil est vrai que je ne lis pas systématiquement tous les commentaires.... on ne peut être partout !.......)
      Bises saines ! (enfin, à toi d'en juger !!)

      Supprimer
    5. On parle beaucoup de pervers narcissiques, imaginant que cette tare ne touche que les mecs... On a là une preuve évidente qu'Aukassecouille vient de faire faire à la gente féminine un grand pas vers l'égalité.
      Oui, les perverses narcissiques existent, cette névrosée nous le démontre....

      Supprimer
    6. @AlainX et Blutchy

      Depuis la dernière alerte sur mon blog, je lui ai fermement fait comprendre que je supprimerais tous ses commentaires chez moi. C'est pourquoi vous ne trouverez plus rien d'elle ici (sauf à remonter dans le temps, comme je le disais à Pierre)
      Mais je ne suis pas habilitée à dire si cette personne est malade.
      Je me suis juste positionnée fermement, comme me l'a conseillé un ami à moi qui me donne souvent des conseils très judicieux ... :-)
      Bises à tous deux

      Supprimer
    7. Faut être malade pour insister avec la façon dont elle s'est faite rembarrer sur Blogbo.
      Avec un tantinet de réalisme, elle se tirait vite fait.

      Mais en toutes avanies (sans framboises) il y a de bonnes leçons à tirer:
      - Tu as su mettre ton Mars en Bélier et au service du Gémeaux (l'ironie).
      - Il est de certaines colères comme pour les orages: ça purifie le ciel.
      - Et Julos Beaucarne l'a dit: Un pet retenu fait un abcès au trou du cul.
      Baci mia Cara

      Supprimer
    8. J'aime tes leçons, Blutchy.
      Les deux premières sont empreintes de ta grande sensibilité.
      La dernière a un côté poétique que j'aime vraiment beau cul. Euh beaucoup !
      Baci mio caro
      tvb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Chère amie,
    Voilà un amas d'excréments fort nauséabond... Mais pense t'-on que l'excrément est un bon fertilisant ?...
    J'ai ris sur la description physique : serais-tu un "sushi" que je me précipiterais sur toi dans l'instant !
    L'ombre connait fort bien la nuit et ses créatures. L'ombre n'en a point peur, et sait les dominer.
    Pourquoi ne pas inviter cette chose à visiter l'ombre ?... Elle serait sans doute ravis de trouver un écho à sa rancœur... (va savoir de qui je cause là !)
    Ne t'inquiètes que de peu de tels propos. Il sont souvent des murmures dans le vent, un reflet à la surface d'une mare...
    La pauvreté affective pousse à la décadence mentale. Tiens, je pousse le bouchon plus loin : la pauvreté est une maladie chronique qui, si on ne la traite pas, infecte, souille et détruit son hôte...
    Je suis d'humeur chagrine, cela doit être les embruns des 40e rugissants... Mes yeux sont grands ouverts.
    Bises sur le bout de ton joli nez...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais sourire avec ton sushi...hihi ! peut-être bien, qu'en plus de tous mes innombrables défauts, je suis roulée comme un sushi...
      Je sais bien que tu n'as pas peur, c'est d'ailleurs ce qui fait ta force. Tu m'as sans aucun doute appris à ne pas avoir peur de sortir mon sabre quand c'est utile.
      Je crois effectivement comme toi qu'une grande misère affective se cache derrière les agissements malveillants.
      Mais il existe plein de façons différentes de se soigner, en 2017. Et tout est toujours possible.
      les autres sont des miroirs, et on ne récolte que ce que l'on renvoie. Elle m'a envoyé sa haine qui lui est retournée dans la face comme un boomerang . A elle d'essayer de changer sa vie. Je crois à la rédemption. Et à la métamorphose des cloportes.
      Gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si tu es roulé comme un "sushi" alors prends garde je saurai te déguster trempée dans du soja... Le "wasabi" est normalement inclus dans le "sushi" j'espère ne pas me brûler le palais et les lèvres...
      Sourire.
      Ton verbe est fort aiguisé et ton sabre (reflet de l'âme) d'une grande beauté...
      Je ne croiserai pas le fer avec toi, je perdrais assurément le combat.
      Bisoes audacieuses (histoire de laver les immondices précédents)
      ;-)

      Supprimer
    3. Reflet de lame pour un sabre, c'est fort !
      J'aime beaucoup tout ce que tu dis, je goûte ça en esthète de la belle parole.
      L'audace a de beaux traits chez toi.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. en voyant le titre, j'ai pensé que tu allais nous faire un texte inspiré de la cinquième symphonie de Beethoven (revue par des petits comiques français ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi ! Tu as raison, ç'aurait été plus drôle...
      Je mets le lien ICI, pour les amateurs.
      Bises chère Adrienne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'avoue ne pas tout comprendre...alors je passe mon tour. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma chère Dédé, c'est que ton bébé-blog n'a pas encore été confronté à la plaie des « trolls »...
      Un troll...comment dire ? C'est quelqu'un qui n'a pas de blog, et qui passe son temps à être jaloux de ceux qui en ont. Surtout s'ils ont du succès. Alors il vient te poser des commentaires méchants juste pour le plaisir de te déstabiliser. Il choisit de préférence les gens qui ont une certaine idée de la liberté, et qui le laisseront bavasser au nom d'icelle...Jusqu'à un certain point Godwin où là on est obligé de dire stop.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Aaahhh!!! ENFIIIN!!! (oui tout est en triple ce matin) Avoue, ça fait du bien, c'pas? Le coup de pied au c.., la grande claque au nauséabond, la lessive qui fait CRASH et vous fait l'humeur assortie à la météo, fixée sur grand beau!
    Bises empathiques et surtout très joyeuses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas ? Je n'oublie pas qu'entre autres médisances elle nous a prédit qu'on se « mettrait sur la g.» dans pas longtemps...Ne lui donnons jamais ce plaisir, chère baladine.
      La vie est trop courte et trop belle pour donner raison à des imbéciles.
      Bises de la même sorte ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je t'avais pas fait un commentaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien vu dans les spams, où certains vont se nicher parfois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je crois que j'y disais ça :

    "vous ne trouveriez qu’une entreprise qui « gère vos dégâts des eaux »."
    Ah ? Alors Aukazou c'est juste un égout...

    Elle est passée chez moi une fois ou deux y jeter quelques giclées de fiel.
    Mais comme ça fait super longtemps que j'ai décidé que je ne répondais plus aux cons, ça a cessé parce que se foutre de la gueule d'un mur, c'est pas marrant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, bien sûr, la différence avec toi, c'est qu'au départ, j'avais un peu de mal à me positionner...c'est qu'il m'a fallu davantage de temps pour me faire « un cuir » comme disait un de mes prétendus amis qui est parti maintenant, sans doute parce qu'il trouvait que je mettais trop de temps...
      Bref, tu as parfaitement raison, cher Goût..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Hé Célestine.

    Me voici de nouveau happée par ton écriture. Mais pas du tout hypnotisée, lobotomisée.
    Libre et heureuse de te lire.
    J'adore ta colère littéraire. Et Vlan à la vilaine personne qui répand des vilains mots. Si on aime pas, on n'y va pas. C'est le B.A.BA. N'est-ce pas ?

    Bises de Bretagne avec plein de soleil doux.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Suzame. ce qui a déclenché ma colère, c'est justement le fait qu'en plus de m'insulter moi, elle fait passer tous mes lecteurs pour des demeurés incapables d'avoir leur libre arbitre.
      Et ça, ce n'est pas supportable pour moi.
      Le B.A.BA en effet, mais a-t-elle seulement le niveau du CP ?
      Bisous ensoleillés aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. ça fait mal de lire tout ça ... mais certainement, ça nettoie.

    Hélas, quand on s'expose et qu'on sort un peu de l'ordinaire ...

    et même ... la jalousie, qui est toujours un problème entre soi et soi ...
    +++++

    Je voulais te dire comme, en ouvrant, j'ai trouvé belle ( sa dame penseuse ) et moderne ( ses couleurs ) ta bannière d'accueil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait mal, certes, et en même temps ça m'a fait un bien fou...comme une purification, une cure de thalasso, bref...
      merci pour ma bannière, pour tes mots mesurés et empathiques.
      Merci d'être toi, Veronica, simplement toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Ben au moins cet(te?) Aukazou parait avoir les qualités d'un bon engrais fertilisant, parce que ta récolte de mots d'aujourd'hui est assez vivace et florissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, cher dodo. Elle m'a permis de réviser mon vocabulaire de la diatribe.
      Que du positif, en somme !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Chère Céleste,

    Merci d'avoir ventilé ton blog après l'audace puante du cloporte visqueux....M'en vais t'en conter une.......
    Il était une fois un charmant petit village en bordure d'un cours d'eau,
    un village qui ne s'enorgueillissait point de posséder un frère jumeau de l'Aukakamerdeux.
    Cet homme un jour avait pris la mouche parce que son patron, le maire du village,
    avait été averti des manœuvres dispendieuses que lui, adjoint indélicat, avait eu l'audace
    d'entreprendre de son chef sans jamais donner indication de la réalité des sommes qu'il comptait
    faire payer par la collectivité.
    Du jour où il fut ainsi découvert, notre sous-homme merdeux se transforma aussitôt en cloporte visqueux
    semant sa bave chargée de venin en tous coins du village .
    En fait il était vert de rage parce que le maire ne lui cédait pas la place ; il se rêvait calife à la place
    du calife ; et comme, dit-on, la meilleure défense c'est l'attaque, il entreprit dès ce jour de mettre en œuvre
    une odieuse machination basée sur des attaques physiques et verbales à l'encontre du maire, de ses autres adjoints et de l'ensemble du personnel communal.
    Ce rat, cet immonde personnage allait jusqu'à parcourir le village pour tenir en secret des parodies de conseil; au cours de ces assemblées improvisées, il jetait son fiel à tout va, allant jusqu'à prétendre qu'il allait faire périr le maire d'une façon ou d'une autre, en le culbutant, le piétinant à mort…
    Il fit tant et plus encore (inondant les services administratifs de tous ordres de courriers incendiaires contre l'édile) qu'à la fin préfet et gendarmerie s'en émurent. Il est bientôt au bord d'un internement administratif.....

    Mon histoire ainsi contée, je me demande quelle peut être la prétention de ce cloporte visqueux d'Aukakamerdeux ? T'a-t-il un jour rencontrée ? A-t-il été renvoyé à ses prétentions visqueuses ? On pourrait le croire.
    En tout cas je lui jette à la figure toute l'admiration que j'ai pour toi, moi qui t'ai rencontrée en vrai ; moi qui apprécie tes talents d'écriture; moi qui, enfin , revendique depuis le départ de pouvoir apporter ma libre contribution toute d'amitié et d'enthousiasme pour bâtir ensemble un monde nouveau, un monde dans lequel aucun Aukakamerdeux n'aurait accès, faute d'humanité
    Bises solidaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Histoire intéressante, mais dans la vraie vie, les gens ont un nom et un visage.
      C'est donc à visage découvert que l'individu a agi dans ton village.
      Là il s'agit d'une ombre fuyante, et si je sais que c'est une femme, c'est à cause des «e» qu'elle a semés sur ses adjectifs et ses participes passés. (il ne faut pas lui enlever le fait qu'elle a une orthographe absolument impeccable)
      En se mettant ainsi dans l'anonymat le plus complet, elle donne elle-même la permission de la traiter comme un insecte rampant.Comme je l'ai dit dans une de mes réponses sur un billet précédent, c'est tellement facile d'agir en toute impunité, en tout immunité...mais celle-ci est devenue un paravent tellement commode, et à la mode en cette période électorale...
      merci pour ton témoignage Petrus.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Normalement, ton fournisseur d'accès détient l'adresse IP de tes commentateurs, ton Aukazou n'est donc pas tout-à-fait un(e) inconnu(e). Bien sûr il ne la communiquera sans doute que si tu déposes une plainte. Je ne connais pas le site qui recueille ces plaintes en France, chez nous, la police fédérale a un site dédié à cet effet.
      Bien sûr, si ton troll est intelligent et qu'il se connecte via le darknet, au moyen de Tor par exemple, la recherche sera plus difficile mais pas impossible.
      Reste à savoir si tu tiens vraiment à rencontrer ce sympathique individu.

      Supprimer
    3. J'ai connu il y a pas mal d'années une trolleuse comme ça.
      je ne répondais pas. De ce fait elle continuait par mail.
      J'ai écrit une lettre au procureur de la république. Je ai envoyé la copie par mail à ma délicieuse trolleuse.
      très bizarrement, je n'ai plus eu de nouvelles d'elle.
      Quant au procureur de la république, ma lettre étant écrite uniquement au recto, avec le verso il a pu faire une feuille de brouillon. J'ai rendu service à son dérisoire budget. Il a gagné une feuille de papier.

      Supprimer
    4. @Walrus

      "Ce" sympathique individu est une individute. Et je n'ai aucune envie de la rencontrer, même si, à une époque lointaine, ça aurait pu m'effleurer...
      Beaucoup de trolls ou de hackers se connectent dans des cyber cafés, simplement.
      Alors oublions-là, maintenant...
      Merci pour tes sages conseils, cher Boss.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @AlainX
      Pas mal le coup de la lettre au procureur. Mais je n'irai pas jusque là...
      Je n'en aurai pas besoin.
      La fonction "delete" de l'ordinateur me suffit.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Chère Céleste ,
    Mon Grand frère, (de 3 ans mon aîné) me disait toujours " la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe" lorsque je lui racontais les méchancetés que certaines ou certains me lançaient, enfant , ado, voire adulte!!
    La trollette ne sait pas que nous sommes plus futés qu'elle ? Toi, et nous tes lecteurs, lectrices ?

    Une douce photo pour laver le cuir que tu as réussi à te forger petit à petit... nos sensibilités à fleur de peau ...difficiles de nous en défaire..comme je te comprends..
    Je t'embrasse.
    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta belle photo de cascade apaisante me fait grand bien.
      Je suis heureuse que tu en fasses profiter tous mes lecteurs.
      Oui, la bave du crapaud etc etc...en théorie ça fonctionne bien. dans les faits, c'est plus difficile...
      Enfin, comme je suis très vieille, j'ai passé l'âge de me laisser définir par des ostrogoths en mal de reconnaissance.
      Bisous ma belle amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Comment ? On n'est pas chez les Bisounours ici ? On m'aurait encore menti à l'insu de mon plein gré ?

    Bon je rassure tout le monde, ce n'est pas moi le troll : j'ai un blog-alibi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi un troll ? Tu serais plutôt un drôle ! Et on en a besoin de rire tant et plus...
      Mais si, mon oncle, on est chez les bisounours. Mais un bisounours c'est comme un lama dans Tintin.
      Quand bisounours fâché, lui toujours faire ainsi. ;-)
      Bisous (nours)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ouaip, personnellement elle me fait marrer! Un manque d'imagination total, elle frappe là où ça ne fait même pas mal.
    Chez nous elle peut venir s'en prendre aux Blogbos, mais pas à nos commentateurs, j'ai hâte de la revoir, ça n'est pas tous les jours qu'on rencontre une merde sur pattes ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour me faire marrer, je préfère encore Audiard et son Raoul.
      Avoir hâte de la revoir euh...non merci ! mais chacun est libre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Le bonjour Dame Céleste. Nous aussi, nous avons eu affaire avec ce genre de ténias. Ils entraînent des douleurs abdominales, des nausées, des troubles du transit intestinal et bien d’autres maux. On s’y est pris le chou, tenter de raisonner, rien n’y fait. La bestiole, une fois en place, est du genre malfaisant. Que cela n’empêche point le petit poème d’accompagnement, bien au contraire :
    Quand vient le mauvais vent

    Ne plus voir
    Ne plus entendre
    N’ayant que l’odorat
    Pour percevoir et comprendre
    Tout saisir à la moue, au clin d’œil
    Du profil de l’être
    A la bouffée egomaniak
    De l’instant qui naît à l’instant centrifugé
    Souffle chaud
    Larme glacée
    Les choses qu’on dit
    Les choses qu’on vole à la vie
    Songes bercés les yeux plongés dans les déchets
    Quand le cœur désarmé
    Se blesse sur les murs de l’ordure
    Comme un feu noyé dans un sanglot
    Sans bout de bois pour le ranimer
    Parce que rien ne tient
    Parce que tout s’en va
    Alors que la vie danse le printemps

    RépondreSupprimer
  18. J'ai lu une citation d'Eric-Emmanuel Schmitt récemment:
    « La sérénité est une forme incroyable de résistance. »
    Etre nous-mêmes, et ne pas nous laisser emm...er, c'est sans doute ce qui a le plus d'impact sur ce genre de blatte nuisible.
    Et encore, je trouve que l'on insulte un peu trop toutes ces bestioles qui n'ont pas demandé à être mal aimées...
    Je demande donc pardon à tous les animaux que j'ai cités dans mon billet.
    Merci à toi pour ton poème, cher Rod.
    Bises solidaires
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  19. Houlà... et si on buvait un verre plutôt !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! un bon verre de Medoc, par exemple ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. D'abord la règle de base depuis toujours c'est "Don't feed the troll". Ca les fait grossir et ça les rend importants, et c'est tout ce qu'ils cherchent. Moi je ne me casserais pas la tête, je supprime le commentaire et j'oublie. Et surtout je ne réponds pas. Idem pour l'autre ou les autres blogs.

    D'autre part hier soir j'étais à une conférence d'Alexandre Jollien, alors je suis encore dans la zénitude et je te fais profiter d'un de ses conseils "laisser glisser les choses pas importantes, les regarder passer sans y prêter attention. " Ce qui rejoint en fait la citation d'Eric Emmanuel Schmitt dont tu parles au dessus.

    Et aussi : "l'énergie dilapidée à se battre pour des conneries n'est pas mise dans l'essentiel, dans ce qui te rend vraiment heureux, dans ce qui te rend plus humain, plus vivant... ".

    Pour moi cette note n'avait pas lieu d'être, on s'en fiche de ce qu'elle pense au fond. Et tu dépenses ton énergie pour rien. Ce qui est bien dommage.

    Signé Pastelle en mode zen faut profiter c'est pas tous les jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voilà ! Décidément je suis content d'être pote avec cet Alexandre…

      Supprimer
    2. Oui, j'aime beaucoup Alexandre Jollien.
      Bizarrement et pour rebondir sur la phrase :
      "l'énergie dilapidée à se battre pour des conneries n'est pas mise dans l'essentiel, dans ce qui te rend vraiment heureux, dans ce qui te rend plus humain, plus vivant..."
      je me suis sentie beaucoup mieux après avoir écrit mon texte.
      Il y a des moments dans la vie où tu trouves l'énergie de faire en sorte qu'on ne te marche plus sur les pieds.
      Et en ce sens, ce billet est presque cathartique chez moi. Le résultat d'un long travail que je ne détaillerai pas ici, parce que ce serait trop long. mais la confiance en soi, la sérénité, la "zenitude" tout cela ne vient pas en un jour, il y a des exercices à faire, des caps à passer... celui-là en est un.
      Ce 'était donc pas une "connerie" mais quelque chose de très important pour moi.
      Célestine en mode pas zen faut aussi en profiter c'est pas tous les jours.
      Bisous à tous deux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord avec Pastelle : les trolls, faut pas s'en occuper. Ils n'existent que par l'importance qu'on leur donne.
      Dès que quelqu'un devient désagréable au delà du raisonnable (les désaccords courtois sont toujours possibles), dès que quelqu'un vient saloper ton jardin, cracher dans la soupe, vomir sur ton canapé, il suffit de lui signifier qu'aucun dérapage ne lui sera plus toléré (et encore, ça c'est si on est vraiment très gentil et poli !). À la moindre récidive : banni ! Définitivement. C'est comme les histoires de violence relationnelle : ne jamais admettre le premier coup. La violence (physique, verbale, écrite…) n'est jamais acceptable.

      Ainsi, tu pourrais te dire que cette expérience t'auras appris à mieux te positionner :)

      Bises solidaires

      Supprimer
    4. Je vois une petite contradiction entre le fait de ne pas s'occuper des trolls et le reste de ta démonstration.
      « Dès que quelqu'un vient saloper ton jardin, cracher dans la soupe, vomir sur ton canapé, il suffit de lui signifier qu'aucun dérapage ne lui sera plus toléré » mais c'est exactement ce que j'ai fait. Je lui ai signifié que j'en avais marre, que je n'étais pas dupe, ni celle qu'elle se plaît à décrire par ailleurs.
      Oui, je me suis positionnée, et si j'ai choisi l'ironie, c'est peut-être parce que je sais ce qu'elle écrit sur moi, et que ce que je relate dans ce billet n'en représente que dix pour cent environ.

      Il n'en reste pas moins que les trolls "ordinaires" je les ignore. Cette femme n'est pas un troll ordinaire. Cela méritait donc une réaction pas ordinaire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. J'aurais dû écrire « dès qu'on a compris qu'on est face à un troll, on n'a plus à s'en occuper ». Dans le cas où le troll, d'abord bien accueilli, avançait masqué… Perfidie qui le distingue, en effet, des trolls ordinaires :)

      Supprimer
    6. Ah oui, tout à fait, j'aurais mieux compris. Car il suffit de savoir que cette personne a été capable de m'écrire des choses tout à fait gentilles à certains moments, (notamment au moment de la mort de mon père) au point que je l'ai presque appelée "chère amie" pour comprendre comment je me suis sentie trahie dans ma confiance.
      Pense-t-on à un troll quand quelqu'un écrit cela:
      (sur le billet "comment dire l'indicible")
      Aukazou16/09/2016 15:04
      Après la stupeur qui anesthésie, tu percevras des signes de la présence de ton père. Cela peut prendre du temps, un mois, deux mois, plus ...mais quand ce sera le cas, la joie t'inondera. Joie et chagrin mêlés ... mais joie.
      Prends grand soin de toi. Bises.


      Tu comprends mieux ?

      Supprimer
    7. Je comprends…

      Je me souviens parfaitement de cette personne, dont j'avais déjà vu les vomissures sur d'autres blogs. En lisant des commentaires "gentils" chez toi, à son nom, je pensais à une possible homonymie ou à un changement radical d'attitude. J'en fus même étonné. Mais l'entente entre vous paraissait presque cordiale…
      Peut-être y a t-il eu temporairement une empathie ? Ou une habile manoeuvre manipulatoire ? Sait-on jamais ce qu'il y a dans la tête des gens...

      Supprimer
    8. J'opterais largement pour la seconde hypothèse.

      Non pas d'homonymie, pas d'empathie, juste les vomissures (le mot est bien choisi) d'une personne désaxée à qui je donne encore un peu d'écho ce soir, mais dès demain je passe à autre chose. Définitivement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Mon amie de mots, de plumes et de songes, dont les histoires m’ébouriffent et constellent ma tignasse, ce que tu relates me cause une peine profonde. Je me sens éclaboussé par les insultes blessantes qui te sont infligées.
    Si je puis me permettre, cependant, une critique : ta sainte colère (on peut trouver un sens laïc à cette expression) est juste, mais elle t’égare. Car mêler à cela les porcellions, ces tranquilles éboueurs de chitine aux quatorze pattes (peux-tu en dire autant, au moins ?), qui couvent leurs petits à la façon des kangourous et s’efforcent de les élever dignement dans le terrier familial, et qu’une timidité maladive fait se mettre en boule pour un oui pour un non, c’est un opprobre qu’ils n’ont pas mérité.
    Voilà. Et un peu de douceur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une idée me vient, car je veux t'aider, Célestine. Pourquoi ne pas déclarer à cette mauvaise personne qu'elle est persona non grattable. Elle doit s'en douter, si c'est un furoncle

      Supprimer
    2. Ah mon cher Bricabrac. Si tu relis mes réponses, tu verras que dans ma réponse à Lediazec, je me suis excusée auprès de toutes ces petites bébêtes si mignonnes, comme le porcellion, le seul crustacé terrestre qui mérite notre respect...
      Je prends la douceur.
      Et je prends l'idée géniale de la persona non grattable.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Aukassecouille si tu me lis, tu peux tenter de te frotter aux Ritals de Blogbo, mais tu auras intérêt à prendre des cours d'auto-dérision avant, parce que tu n'as pas fini de déguster avec nous...


    Ça fait du bien de te voir remettre Mars dans ton Bélier... ;-)
    J'avais pensé un instant qu'elle pouvait être Jargonos, mais son français est trop parfait pour lui ressembler...

    Tu as aussi cette solution, tout aussi audiadesque:
    https://www.youtube.com/watch?v=htCAZqL8WBQ
    Ti bacio mia Cara

    RépondreSupprimer
  23. réponse parfaite de Pastelle, ignorons ce prurit ! Bizzz à toi Céleste, nous on t'adore - et on sait que tu es belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les Caphys. Tout est bien maintenant.
      Le calme est revenu.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Chère Célestine
    Mon petit cerveau a du mal à imaginer que l'on puisse agir de la sorte
    J'ai vu, en parcourant d'autres blogs que la même chose était arrivée à de sympathiques blogueurs .

    Ces okazou sont certainement atteints d' une maladie mentale grave, peut-être même orpheline,
    Mais leur bile remontera certainement un jour au bout de leur nez, et alors, ils en baveront!
    c'est tout ce que l'on peut leur souhaiter.

    I'♥
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jak
      Ta sollicitude me touche.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. En ce qui concerne mes amis, même si quelqu'un essaie de les démolir à mes yeux, je ne me fie qu'à ce que je ressens, moi, uniquement et je ne me laisse pas influencer par les mots des autres. J'aime te lire, Célestine, j'aime ton écriture. Tu es belle, j'ai vu plusieurs photos de toi. Donc, cette personne aura beau te dénigrer, te trouver les pires défauts, c'est peine perdue, nous, tes lecteurs, nous t'aimons, et rien n'y fera changer. (sourire)
    Gros bisous, ma douce amie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Françoise. Mais devant la méchanceté, la malveillance et tous ces mots (ces maux ?) qui enlaidissent l'humanité, il y a des moments o^ù l'on ne peut plus se taire.
      Signifier à la personne qu'elle est allée trop loin, c'est aussi une façon de faire triompher le bien. Et puis j'ai trop vu, dans ma vie, de gens qui ont été victime de harcèlement et qui n'ont pas su dire stop au bon moment.
      Gros bisous, ma belle d'âme
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est vrai, Célestine, il faut savoir dire : stop ! lorsqu'on nous manque de respect, car si on ne le fait pas, c'est se manquer soi-même de respect.
      Douce nuit, ma belle amie. Bisous.

      Supprimer
    3. Tu es la sagesse, Françoise.
      Et c'est pour cela que je t'aime et que j'aime ce que tu écris.
      Belle nuit !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je ne sais pas qui t'embête mais sur qu'il vaut mieux laisser passer. Enfin je dis ça ... ce n'est pas si simple. J'ai eu quelques com pas sympas, ça m'avait sérieusement agacée. Bon tous les supporters sont là .... c'est le principal ! bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es gentille, Mel. Plus personne ne m'embêtera jamais, cela est sûr.
      Je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Je suis déjà tombé sur des commentaires de cette personne sur d'autres blogs et je ne crois pas que ce soit une conne, je crois même qu'elle est intelligente mais autant j'aurais pu comprendre ses emportements à ces moments-là, autant sur Blogbo, je ne comprends pas ces insultes gratuites. Car c'est gratuit et rien de plus. Je crois qu'elle se trompe tout simplement en venant ainsi parasiter ainsi le débat, l'humour ou la légèreté.
    L'ampleur de la réaction de tes lecteurs et leurs commentaires montre que ton blog est important pour nous. C'est un monde virtuel, ce n'est pas la vie quotidienne où l'on est parfois obligé de faire avec des personnes que l'on aime pas, ici on y vient que si on a envie. Et on vient ici pour de bonnes raisons et non pour les obscures dont cette personne parle.
    Bises Celestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patrick. Je vais revenir bien vite à la poésie, aux étoiles et à tout ce qui fait que mon monde virtuel m'aide à tenir le coup devant toutes les horreurs de ce monde.
      Mais je tenais à ce que mes lecteurs sachent qu'il y a plusieurs femmes en moi (comme en beaucoup d'être humains d'ailleurs, les personnalités sont très souvent multiples et complexes)
      Et que je suis pas seulement celle que je suis dans mes poèmes.
      Merci Patrick.
      J'étais certaine que tu, que vous réagiriez tous ainsi. Mes lecteurs sont de belles personnes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Bon,j'y vais de mon commentaire grotesque ,et n’ayons pas peur des mots:stupide.
    Visiblement cette personne doit avoir un"fiari" énorme!pas facile de faire avec,mais courage,elle va y arriver...
    merci de m'informer que je suis ton otage.Un flingue sur la tempe...Je savais que tu t'exerçais au maniement des perceuses à colonne,pas des quarante quatre magnums!
    Ce qui m'inquiète,c'est d'être atteint,en plus ,du syndrome de Stockholm!
    Tu es vraiment très forte,si si,arriver à "vampiriser" autant de lecteurs...avec des mots!
    Je t'admire...Bon allez,n'y pense plus,tout est bien
    https://www.youtube.com/watch?v=lb79BBJ_Hfk
    Bises bienveillantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique chanson d'Hugues Aufray, qui résume vraiment mon état d'esprit de ce soir.
      Oui, tout est bien. Tu m'as fait rire avec ton commentaire plein d'humour.
      Un régal de dérision et d'ironie.
      Je prends ta bienveillance avec bonheur.
      Et ce p...d'harmonica d'Hugues va finir par me mettre les larmes aux yeux.
      Merci ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Non ? Je passais te faire un bisou, m'attendant à lire un texte dont tu as le secret (oui oui je suis une victime consentante môa, j'en redemande ! ;) et que vois-je ? Ma Céleste en colère, arrachant les derniers cheveux d'une trollesse nauséabonde ! Je n'ai pas ce problème sur WP car les commentaires passent dans Indésirables et si la personne réitère, j'inscris son IP dans "la boîte noire" de WP et elle n'a plus accès au blog ! Et voilà, jamais eu de problèmes majeurs jusqu'à présent mais si j'avais affaire à elle, elle ne ressortirait pas indemne, je ne suis pas Lionne pour rien ! :D Si ça t'a fait du bien comme tu le disais plus haut, alors tu as ma bénédiction !!! Je t'embrasse ma douce et belle amie (que j'ai vue en vrai) et dis bonsoir à tes étoiles de ma part, ce sont elles qui bercent nos rêves et font de nous ce que nous sommes pas les trous noirs aux bouches putrides ! Je t'embrasse de tout mon♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me démontres encore une fois l'extraordinaire supériorité de WP sur blogger...
      Ah ma chère victime consentante ! Toi aussi, alors, tu aimes te faire braquer le pistolet sur le front et obliger à écrire des commentaires élogieux et ridicules ? mais quel pouvoir j'ai sur les gens... je vais finir par prendre la grosse tête !
      Tu me fis beaucoup de bien, chère Lionne !
      Et mon Bélier qui sait retrouver du punch quand il y a besoin, m'a bien aidée sur ce coup là.
      Moi aussi, je t'ai vue en vrai et je sais quelle belle personne tu es, au propre comme au figuré.
      Bisous tout doux chère copine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. chez skynetblogs aussi on peut mettre une IP dans les indésirables, pour ne plus rien en recevoir, je l'ai fait pour des gens qui venaient chez moi faire leur pub ou des propositions malhonnêtes ;-)

      Supprimer
  30. J'aime bien cette colère que tu n'aurais pas osé exprimer il y a peu, bravo ! Et comme tu le vois, ça fait du bien et le ciel ne t'est pas tombé sur la tête !

    ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas à proprement parler de la colère. Plutôt de la "mise au point ferme" si tu saisis la nuance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Colère, chez toi ça fait tout blizzard... Mais même tes déboires, quand tu les racontes c'est trop bien fait. Vu comment tu en parles, j'adore tes misères.
    Vade retro satanas... mais qu'elle évite ma route par pitié. Merci de nous en voir touché deux mots.
    Bises déguisées en merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant je n'ai aucun talent...tu imagines ce que ce serait si j'en avais !
      Bises, poète.
      N'aie crainte, elle ne viendra pas t'importuner.
      Belle nuit !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Aukazou semble m'avoir démasquée. En fait, je commente rarement par peur d'être grotesque...
    Je rigole, passez une bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous laissez pas définir madame Chapeau.
      Et revenez quand vous voulez, je vous adore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour votre invitation...

      Supprimer
  33. Oh quelle horreur! D'être bien entendu la cible de ces délires, mais aussi d'abriter ces délires en soi, et d'envoyer son fiel en ricanant comme un savant fou et échevelé sur le net... S'étouffant dans des glaires de rire en touchant sur "envoyer"... Il faut être loin dans l'échelle descendante de l'humanité. Et avoir une vie misérable pour n'avoir, comme seule alternative à cette vie certainement solitaire, qu'à blesser, cracher, insulter, détruire... Mais si certainement "elle est à plaindre"... je ne la plaindrai pas. Que Dieu s'en charge, ou que le jugement dernier lui mette le nez dans le caca :)

    Baci bellissima sorellita!!!

    RépondreSupprimer