dimanche 9 juillet 2017

Etincelles









































En rentrant de la fête des fanfares, nous sommes restées un moment sur le perron, dans l'air doux de cette fantastique soirée d'été.
La lune rutilait ce soir comme passée au mirror. 
On s'est raconté des trucs de filles. Comme par exemple ces étincelles qui crépitent soudain au hasard d'une rencontre fugitive, d'une parole aimable ou charmante, d'un regard échangé. Un simple regard peut être une histoire à lui seul.
Des mots spontanés, qui viennent à notre rencontre sans a-priori, comme des battements de coeur, des mots qui nous restent, comme autant de pépites. Qui nous ont fait chaud en-dedans, et frais au-dehors.
Je lui raconte cet homme qui s'était soudain arrêté devant moi, il y a longtemps, dans le hall d'un grand magasin, et qui m'avait dit : « Je vous aime »...
 Je ne le connaissais ni d'Eve ni d'Adam. Il a disparu dans un nuage de songe, me laissant perplexe et béate...
Elle me parle de celui qui, dans une autre rue, sous un autre soleil, lui avait dit : «  Votre parfum vous colle à la peau » 
Tant de ces beaux et sombres inconnus pour qui nous avons été des passantes, fugaces et inaccessibles...Je n'en ai oublié aucune, de ces petites phrases qui font tant de bien.
Elle m'a fait remarqué que j'avais tapé dans l'oeil du trompettiste, ce soir. Comme si je n'avais pas vu...Les bulles, la musique qui tourne la tête...C'est rien, comme une fumée de cigarette, mais c'est tellement bon...Nous avons souri de nos connivences. Ri comme des baleines.
Il y a des moments, dans la vie, où c'est comme marcher dans la mer.


¸¸.•*¨*•



Musique: Me voy a morir de tanto amor, Alberto Iglesias

70 commentaires:

  1. Candide, complètementdimanche, 09 juillet, 2017

    Il y a des moments dans la vie, oui...
    ...dont l'intensité de l'émotion et la rareté font la richesse...
    Etincelles, émerveillement, grand soleil dans le coeur... Nous connaissons ça aussi nous les mecs, bien plus sensibles qu'il n'y paraît derrière nos armures. Et qui d'autre que le grand Georges l'aura si bien chanté ?
    https://www.youtube.com/watch?v=rDT9zPzTmrE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une des plus belles chansons que je connaisse, mais tu le sais combien je l'aime cette chanson...
      Je ne doute pas que vous connaissiez ça aussi, "les mecs "... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Chère Céleste,

    J'aime bien les soirs de fête.. ..
    Ces moments magiques que nous vivons à des moments précis de notre existence.
    Ces instants parsemés d'étincelles.
    Les bâtons que nous accrochions au sapin
    Les étoiles multicolores et pétaradantes du traditionnel feu d'artifice
    Les traînées lumineuses des tiges métalliques contre les mailles du filet au dessus des autotamponneuses
    Les étoiles filantes d'une nuit d'été
    Toute cette féerie qui maintient en chacune et chacun la joie de vivre, de partager ensemble des moments de folles discussion......

    Et toi Céleste, avec ta baguette magique tu viens joyeusement nous replonger dans ce monde d'étincelles.. .

    Merci au delà de tout pour cette joyeuse évocation.

    Bises en étincelles
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas tout à fait des mêmes étincelles, mais celles que tu décris sont bien aussi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. "Je lui raconte cet homme qui s'était soudain arrêté devant moi, il y a longtemps, dans le hall d'un grand magasin, et qui m'avait dit : « Je vous aime »..."

    Il y a quand même des mecs sympa.
    Quand t'es un mac, voir une fille qui s'arrête et te dit "je vous aime" est improbable.

    Bon, il est vrai que quand un inconnu te dit "je vous aime dans la rue", il est peu probable qu'il s'entende répondre "viens mon loup et emmène moi au ciel !" (sauf si c'est une péripatéticienne).
    Alors que si une fille dit "je vous aime" à un inconnu, il va lui venir aussitôt à l'esprit des tas d'idée de "câlin avec tout".
    C'est plus risqué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton lapsus "Quand t'es un mac"
      Non je te taquine, mais tu as raison dans ce que tu dis.
      Je ne sais pas si j'irais dire je vous aime à un type dans la rue.
      Enfin, quand tu dis "il y a quand même des types sympas" reconnais que j'ai été sympa moi aussi. Je lui ai souri...
      J'en connais qui seraient allées porter plainte pour harcèlement...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Je vais t'étonner mais je suis friand des étincelles...
    De mon obscurité, elles me paraissent des novas...
    J'ai mémorisé des étincelles comme cette femme d'un autre monde vers laquelle tous les regards se tournaient ; cette femme interrompant ses pas pour se planter devant moi et plonger dans mon regard avec ces mots "je n'ai jamais vu un regard aussi superbe que le vôtre", et de me sourire tendrement au point où mon cœur était au bord de l'implosion...
    Où cette femme entre deux âges se figeant à mon approche et murmurer à mon encontre "que ne donnerais-je pour me fondre dans vos yeux..." avec une gravité touchante...
    Oui, j'ai faim d'étincelles, au point de me brûler... Mais j'ai accepté aussi cette famine et cette frustration, afin de ne pas souffrir de trop...
    Bises de l'ombre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut-il qu'il soit habité, ce regard, pour induire de telles réactions !
      Bon, on voit pas bien sur l'avatar, surtout quand on est myope comme une locomotive !

      En fait le billet de notre hôtesse et nos commentaires parlent tous de la même chose : exister aux yeux des autres !
      Il suffit de si peu de chose : on m'a remercié pour ma gentillesse ce matin, et ça a égayé ma journée ! Bon j'aurais préféré que ce soit une brune. Ou une rousse. Ou même une blonde !
      Mais quand même !
      ;o)))

      Supprimer
    2. @Gilles
      C'est vrai que t'as d'beaux yeux tu sais comme dirait l'autre...
      Et ça ne m'étonne pas que l'on te le dise de temps en temps, dans la rue...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Célestine & Candide,
      J'ai passé des années à "chasser" mes yeux ; espérant saisir ce que les autres saisissaient...
      Et j'ai renoncé. Sur quelques photos j'aperçois "quelque chose", mais cela semble être le fruit de mon imagination...
      Jusqu'à ces quelques instants surprenants...
      C'est bien exister aux yeux des autres qui m'étonne...
      ;-)

      Supprimer
    4. Eh oui, tu existes, et tu pourrais même te faire des amis, si ça se trouve... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Oh! C'est une bien douce friandise,sucrée et craquante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un gourmand tel que toi... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'ai souri à te lire car cette semaine, au coeur de la canicule, et devant me rendre au travail, ni une ni deux, j'ai choisi la robe légère, pour la matière, et joliment agrémentée de dentelles ajourées (surtout dans le dos). Lors, finissant ma matinée, je me dirige vers la porte de la salle d'attente pour sortir, un homme me laisse passer. Je sors en retenant la porte et me retournant dans ce mouvement, je le vois sourire à la vue de mon dos. Ah quel plaisir alors à voir ce joli sourire doux et appréciateur. Et j'ai rejoint mon véhicule me sentant comme Perrette et son pote... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'aurais aimé voir cette robe...malheureusement un week-end passe trop vite et nous garderons la ville de la belle cathédrale pour plus tard, pour un autre séjour cathare...
      Je t'embrasse chère et douce amie du sud
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Choisis alors Mai ou Septembre... Plus confortable quant à la température et à la fréquentation touristique. Mais en hiver, ce n'est pas à dédaigner non plus. Enfin, peu importe ce vaisseau se contemple sans modération.

      Supprimer
    3. Je viendrai à l'automne, Lou.
      Je veux voir les vignes du Minervois prendre leur robe de pourpre (au soleil)
      Et le vaisseau de briques dans le soleil couchant
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Bonjour Célestine, il est ainsi des soirées douces comme une dragée et partager de jolis moments avec une amie avec des sourires, des rires et même des fous rires, fait le plus grand bien.
    Toujours de bien jolis mots accompagnés d'une douce musique qui donne envie de virevolter dans une belle robe comme celle de Lou :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente quand je te fais rêver, toi qui enchante ton blog de si jolis rêves photographiques...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'avais une poule au poulailler, et chaque matin, je dis bien chaque matin, je lui disais : "t'as d'beaux œufs tu sais", je n'oublierai jamais son œil rond et jaune... ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaah, Andi, en voilà un homme qui sait parler aux poulettes !

      ;o))

      Supprimer
    2. Jdissa : c'est un métier... Soupir.

      Supprimer
    3. C'est Haras en vers et contre tout.
      Andiamo l'étalon du bonim.... du complimenteur patenté et pas tenté par la simplicité.

      Supprimer
    4. Merci les gars de me faciliter la tâche en répondant aux comms...
      j'avoue que je suis un peu débordée...
      Bisous à tous les trois
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. et nous, nous savons vous complimenter parfois et sans flagornerie. Bizzz et bon dimanche céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute absolument pas ...
      Les Caphys sont des gens bien!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Marcher dans la mer ?
    Quelle horreur!
    C'est glacé et plein de méduses et de vives...
    (et je te parle pas du sable entre les orteils)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine planait bien trop pour marcher DANS le mer. Elle aurait à peine humecté la plante de ses pieds...
      C'est bien connu qu'elle a remplacé l'expression "terre-à-terre" par "Cel à ciel".

      Supprimer
    2. Pourtant ça fait drôlement du bien de marcher dans la mer...C'est vivifiant, et j'oublie tous mes soucis...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Grazie caro mio.
      cel à ciel, c'est joli.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Et là où il y a trompette, il y a de la vie !
    Mignon tout plein...c'était quel genre de magasin et dans quel rayon ? Ben si, on veut savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était dans la galerie marchande d'Auchan... :-P
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. oui il y a des moments, jadis..., où on était de cette beauté-là, désirée, désirable.... mais ces instants passent, se lassent, et on chemine vers d'autres choses... on n'entend plus ces choses-là.. elles apparaissent d'un autre temps... passé ! merci Célestine d'avoir réveillé ces étincelles consumées.... encore qu'on a pas trop à se plaindre !
    bel après-midi Céleste, avec une pluie très fine qui a très légèrement rafraîchi les coeurs et les corps.

    bisou à toi.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine ou Céleste, tu choisis. Ou les deux !!
      Den

      Supprimer
  13. J'ai comme l'impression qu'actuellement certains compliments passeraient pour du harcèlement, ce qui serait bien dommage, mais qui aurait le mérite d'obtenir les coordonnées de la demoiselle (et pourquoi pas du monsieur, si elle est intéressée....
    Ti bacio Cara e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, on vit une époque formidable...
      Moi j'avais déjà écrit dans un précédent billet combien les compliments pouvaient enjoliver la vie...
      Evidemment quand ils sont dits sans arrière pensée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Il y avait aussi cette pub, un inconnu vous offre des fleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'effet magique d'impulse...Il n'avait bien que sa pub de magique, ce parfum...
      Parce que pour l'odeur, c'était bof bof ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ton billet remet en mémoire un souvenir. Je descendais les marches d'un grand magasin et un homme montait. En me croisant il m'a dit "Vous êtes belle"...
    Crois-le ou non, il a été le soleil de ma journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te crois. Ce genre de phrase illumine une journée. Il ne nous en faut pas beaucoup pour être heureuse, hein, Bourlingueuse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. il y a des moments comme ça, en suspens !
    Une seconde,
    Un sourire,
    Une fleur,
    Un regard,
    Un parfum
    Des instant inoubliables
    Merci de ce doux moment Blue-Célestine ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis ravie, comme toujours, chère Cristina
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Accoster, apostropher une femme dans la rue, voilà une chose que je n'ai jamais fait. Il faut dire que je suis beaucoup plus sombre que beau. :) Et pourtant, j'ai tous les attributs du feu : étincelles, cendres, braises, escarbilles. :)
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire est très drôle.
      Tu ne veux pas venir faire un barbec chez moi dimanche ? ;-)
      haha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Comme c'est doux... de marcher sur la mer :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SUR la mer, je crois que ça a déjà été pris par le p'tit gars de Tibériade...
      Mais dans la mer, oui, j'adore ça...
      Bisous douce Cloudy
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Célestine,
    ton billet me remémore le poème chanté par Brassens : "Les belles passantes".

    Je veux dédier ce poème
    A toutes les femmes qu'on aime
    Pendant quelques instants secrets
    A celles qu'on connait à peine
    Qu'un destin différent entraîne
    Et qu'on ne retrouve jamais

    A celle qu'on voit apparaître
    Une seconde à sa fenêtre
    Et qui, preste, s'évanouit
    Mais dont la svelte silhouette
    Est si gracieuse et fluette
    Qu'on en demeure épanoui

    A la compagne de voyage
    Dont les yeux, charmant paysage
    Font paraître court le chemin
    Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
    Et qu'on laisse pourtant descendre
    Sans avoir effleuré sa main

    A la fine et souple valseuse
    Qui vous sembla triste et nerveuse
    Par une nuit de carnaval
    Qui voulu rester inconnue
    Et qui n'est jamais revenue
    Tournoyer dans un autre bal

    A celles qui sont déjà prises
    Et qui, vivant des heures grises
    Près d'un être trop différent
    Vous ont, inutile folie,
    Laissé voir la mélancolie
    D'un avenir désespérant

    Chères images aperçues
    Espérances d'un jour déçues
    Vous serez dans l'oubli demain
    Pour peu que le bonheur survienne
    Il est rare qu'on se souvienne
    Des épisodes du chemin

    Mais si l'on a manqué sa vie
    On songe avec un peu d'envie
    A tous ces bonheurs entrevus
    Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
    Aux cœurs qui doivent vous attendre
    Aux yeux qu'on n'a jamais revus

    Alors, aux soirs de lassitude
    Tout en peuplant sa solitude
    Des fantômes du souvenir
    On pleure les lêvres absentes
    De toutes ces belles passantes
    Que l'on n'a pas su retenir
    .
    Bisous
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chanson sublime que je me suis laissé aller à massacrer quelque peu avec ma guitare....
      Merci pour ce beau texte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. :o)
    On est d'accord, Mo !
    Il y a le lien là-haut, à 7h42 !...

    ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était même 7 h 43, si je ne m'abuse... ;-)

      Supprimer
    2. C'est vrai, mais je me souviens d'avoir cliqué à 7h42. Le reste, c'est l'inertie de l'informatique...

      Supprimer
    3. C'est bien connu que pour les fonctionnaires, c'est toujours la faute à l'informatique... :-P :-D

      Supprimer
    4. Ah ben ça fait plaisir de trouver ça en revenant de ...la digue la digue...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. S'il est des moments où c'est comme "charmé par la mer",il en est d'autres où il faut ramer... Sur la terre!
    La vie est émaillée de ces petits moments magiques que l'on oublie un peu après qu'ils aient fait du bien à l’âme,ces mêmes moments où l'on distille presque involontairement une petite phrase anodine,un compliment auprès de la gent féminine.C'est un peu comme quand on donne un coup de brosse à un chapeau,ça ne coute rien et ça fait du bien.(c'est mon côté auvergnat)
    Comme à cette guichetière de la gare,avec ses yeux bleus magnifiques,qui m'a pris pour un dragueur et qui a rougi!Ou alors à ma caissière préféré,grande(plus que moi),yeux bleus(encore),légèrement plus âgée que moi,cheveux blonds(platine). Économe en mots,ou peut-être un peu timide,je distille peu,mais chaque fois un bon mot,une parole gentille un:"je vous trouve très belle",et de me répondre:"je suis mariée"!Ben alors,vous êtes belle quand même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore la dernière anecdote ! Elle en dit long sur ce que supposent les "receveuses " de compliments sur les intentions des "donneurs"...Et pourtant, reconnaître la beauté de quelqu'un peut être fait de manière délicate, sans que l'on pense automatiquement à mal.
      Continue à distiller ce genre de petit bonheur de mots, Didier. Je t'assure que cela fait beaucoup de bien.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Ah oui, de bien jolis souvenirs ces compliments attrapés au passage et au vol, offerts juste pour rien.
    Mais c'était avant. Aujourd'hui ça passerait pour du harcèlement de la drague ou du sexisme. Et c'est bien triste. :)
    Moi la dernière fois c'était : "On vous a déjà dit que vous ressemblez à Michèle Pfeiffer ?"
    En fait ce n'est pas le cas, ou il avait besoin de lunettes le pauvre. Mais ça fait quand même bien plaisir et ça illumine la journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michèle Pfeiffer ? Wouaou !
      Tu me montreras ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Le ravissement ce sont tes billets, merci de nous enchanter nos journées de vacances
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
  24. Ah oui, ce sont de vraies étincelles dans nos vies, ces compliments inattendus qu'effectivement on s'en souvient encore trente ans après. Trois fois rien et pourtant tellement percutants....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as trouvé le mot, sister.
      Tellement percutant, et «so cute » comme disent les grands Bretons
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. de jolis mots qui font du bien à l'égo de la passante (à défaut de celui de la dame qui accompagne le monsieur), qui veulent dire que leur auteur est amoureux de la vie précisément à cet instant là ; des petits mots poétiques là où le moindre geste serait déplacé... la carte du tendre des hommages de rue est riche de nuances, le joli mot, le sifflet, le mot cru...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vrais amoureux de la vie et des femmes sont délicats. Enfin je crois.
      Ils trouvent les jolis mots qui ne blessent aucun ego. Et s'ils sont accompagnés, ils en offrent autant à leur belle.
      C'est joli l'expression « hommages de rue » c'est tout à fait ça.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Il m'est arrivé quelquefois, rarement, d'avoir envie de m'arrêter pour dire à une inconnue que je la trouvais jolie. Je n'ai jamais osé le faire… en gardant toujours le regret de cette retenue. La peur de déranger, d'importuner, d'être mal compris…

    Ton billet m'aidera peut-être à oser, à l'avenir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dis «oser » comme s'il y avait un risque ?
      Mais que risques-tu, au fond, à faire un compliment ?
      C'est tout un art de faire les compliments, mais c'en est un aussi de savoir les recevoir, pour ce qu'ils sont, de simples cadeaux de la vie, spontanés et sans arrière pensée...
      Essaie tu verras...la vie autrement tu verras...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Cela me rappelle une petite histoire. Il y a une douzaine d'années environ, un moniteur de parapente expliquait à un groupe que nous avions rejoint (mon compagnon et un couple d'amis) comment se passait la descente en parapente, l'un de nous désirant en faire. Je l'écoutais très attentivement et ne le lâchais pas des yeux, tout comme les autres me semblait-il. Il s'est soudain arrêté de parler, s'est tourné vers moi et m'a dit : "Mais arrêtez de me regarder ainsi avec vos si beaux yeux, vous me troublez..." Il y eut un silence, et il a repris son explication. Et du coup, je n'osais plus le regarder, ni regarder les autres d'ailleurs, j'étais en fait terriblement gênée... gênée, mais flattée il faut le dire car il était bel homme, semblant sûr de lui et pourtant je l'avais troublé. Il est vrai que j'ai eu très souvent des compliments sur mes yeux, des yeux dans lesquels on se noierait m'a-t-on dit souvent... (sourire)
    Voilà, c'était ma petite participation à ces étincelles qui nous font tant de bien, n'est-ce pas Célestine ? Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Françoise, c'eest vrai que tu as de très jolis yeux et ces messieurs ne s'y trompent pas.
      Moi, vois-tu, je fais des compliments indifféremment aux hommes et aux femmes.
      Il n'y a rien de sexuel derrière un « hommage de rue » juste le plaisir de voir quelque chose de beau et de l'exprimer. Et puis de voir s'allumer un sourire dans un visage, parce que l'amour ça fait toujours du bien, sous quelque forme qu'il prenne...
      gros bisous ma belle d'âme
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. J'aime beaucoup ce que tu écris. J'étais éloigné de ton blog, tu m'as manqué.
    Hugh !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. So do you, cher ami.
      Tous mes lecteurs me manquent quand ils s'éloignent...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.