lundi 4 septembre 2017

A bicyclette


« On était tous amoureux d'elle 
On se sentait pousser des ailes 
A bicycletteeeeuh...»




Alceste à Bicyclette, excellent film...











Je vous ai déjà dit mon bonheur d'aller à bicyclette, la jambe légère et l'oeil polisson ? Ah...la campagne à bicyclette ! 

Cheveux au vent, comme dans les films de Rohmer ou de Claude Sautet, pas de casque surtout, c'est trop moche, ça fait une tête de martien globicéphale, horrible ! Tant pis, je mourrai d'une affreuse fracture du crâne, les os pilés, fauchée dans la beauté tragique de ma jeunesse ensanglantée...
Mais...ah ! Suivre de petits chemins herbeux le long des étangs vaporeux, comme ceux de l'île de Ré, bordés d'oyats et de roseaux, croiser Alceste sur son vélo un peu amoureux de  Lucia. Ou Francesca. J'ai oublié. 
Sentir le vent dans la cotonnade légère de mon corsage, et le soleil brûler mes cuisses...
 Chanter Paulette avec Montand, suivre Catherine, Jules et Jim dans la fraîcheur des fougères d'une forêt de hêtres ou encore Antonella Lualdi au crépuscule flambant d'une falaise noyée de brume rose.
Aller à un rendez-vous secret, sur une plage déserte...Poser son vélo contre une cabane en bois peint, le coeur ivre de promesses.
Que voulez-vous, j'ai le vélo cinématographique et la pédale romantique...

Mais en ville, c'est une autre histoire, une quête du graal, un parcours de santé, un chemin de Damas...
En fait, je cherche une ville dont la bicyclette serait vraiment la petite reine, voyez-vous. On est en deux mille dix-sept. Il serait temps que les bouffis qui nous administrent sortent de leurs 4X4 et réalisent que c'est notre tour : après des siècles juchés sur des vélos, les Chinois nous ont refilé le guidon. S'ils découvrent la bagnole, cela signifie que nous devons impérativement redécouvrir le biclou. Sous peine de mourir peu ou prou dans d'atroces souffrances, asphyxiés par nos déjections atmosphériques carbonifères.
Je cherche une ville où je pourrais relier un point A et un point B sans risquer de me faire couper en rondelles comme un saucisson d'apéritif ou tailler un mini-short à chaque carrefour.
Une ville idyllique où les pistes cyclables seraient de beaux rubans verts dignes de ce nom, où les autorités compétentes prendraient au sérieux les considérables avantages de cette magnifique invention vélocipédique, en matière d'écologie, de santé publique et d'économie. Où les lobbyistes de l'automobile seraient sommés de se rendre sine-die sur l'île de Mykonos pour y être admirés par les gens du cru, voire plus si affinités...

Vous me le diriez, lecteurs adorés, si cette ville existait, hein ? Vous ne laisseriez pas votre pauvre Céleste dans l'ignorance, quand même... 


¸¸.•*¨*•




Musique: Jef Neve, Home session





147 commentaires:

  1. Coucou belle cycliste. Non...je ne connais pas cette ville en France. Ni en Suisse d'ailleurs. Il va falloir te tourner vers les pays nordiques. Amsterdam ou Copenhague. Mais en hiver oublie la caresse du soleil sur tes cuisses. 😊

    J'ai fait du VTT il y a de cela quelques années. Sans casque. Et paf. Boum. Bim. Rien de très grave finalement mais la pub suisse du bureau de prévention des accidents dit ceci: "les têtes intelligentes se protègent"...😊

    Fais gaffe quand tu passes sous un pont. Baisse la tête. Bises alpines véloces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais Nietzsche a dit : « Il faut vivre dangereusement »...
      Je sais, bien sûr, que je prends un risque mais le plaisir du vélo est pour moi le plaisir de la liberté. Et les réflexes sécuritaires n'ont jamais évité tout danger. Sinon, il n'y aurait plus un seul mort sur les routes...
      On vit dans un monde de protège-tables, de casques, de préservatifs, de genouillères, de coudières, de gilets pare-balles, d'airbags, on est cernés de toutes part par les parapluies administratifs, les procédures et les procès en responsabilité, alors certes, c'est très bien, mais un jour, on ne pourra plus bouger une oreille. On sera mous comme des chiques, trop habitués à ce que l'on nous dicte tout ce que nous devons faire, incapables de prendre une initiative. C'est quand même étonnant que les pouvoirs publics, censés nous "protéger" autorisent la mise sur le marché de produits extrêmement dangereux pour la santé, à commencer par les onze vaccins obligatoires, jusqu'aux pesticides, colorants, additifs et autres perturbateurs endocriniens...
      Promis, je ferai gaffe.
      Bisous et belle journée, belle montagnarde.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Comme tu le sais la perfection n'existe pas en bas ce monde, mais à Strasbourg on est plutôt pas mal
    lotis. Perso je suis plutôt roller mais if you want je louerai un machin à deux roues, et trouverai un créneau si tu veux bien jouer les Paulette, en tout bien tout honneur comme il convient :-)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci du tuyau! En fuinant sur le net j'ai découvert en effet que Strasbourg était à la pointe en ce domaine...
      Dans cet excellent article, on apprend tout sur cette ville-modèle. J'irais bien vérifier de visu... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Bréhat, mais il faudra que tu prennes d'abord le bateau avec ton vélo, Fès, mais il faut que tu changes de continent, ou le Mont-Saint-Michel, mais il va te falloir des mollets d'acier! Il y en a sans doute d'autres, mais je ne connais que celles-ci ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Bréhat et le Mont Saint Michel ne sont pas, à proprement parler, des villes..
      Fès est un peu loin.
      Mais je note quand même...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah mais pardon! L'Ile-de-Bréhat est une commune, j'te f'rai dire!
      Bises vélocipédiques

      Supprimer
    3. Une commune est-elle forcément une ville ? héhé...
      C'est la question du jour.
      Bises tatillonnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Et bien, si ma mémoire ne me fait pas défaut, une ville est une commune. Par contre, le nombre d'habitants de l'Ile-de-Bréhat ne lui permet sans doute pas l'appellation de ville. A noter que de toute façon, tu y cours quand même le risque de te faire écrabouiller par un tracteur... :-p

      Supprimer
    5. Lol ! je ferai attention, l'amour est dans le pré non ?
      Oui bien sûr une ville est une commune...( quoi que parfois la commune s'étende au-delà des limites de la ville)
      Mais cela ne veut pas dire qu'une commune soit nécessairement une ville.
      C'est genre : une fille est un être humain, mais un être humain n'est pas forcément une fille...
      Bises qui ne lâchent pas le morceau ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ben c'est qu'est-ce que j'ai dit: point de ville au-dessous de 2000 habitants, et Bréhat ne doit pas en compter 500...
      Y'a des filles, j'me demande.... Des mecs aussi d'ailleurs...
      Bises rigolardes :-D

      Supprimer
    7. Euh... au-delà de la ville? Tu veux parler de la communauté?
      Bises administratives

      Supprimer
    8. Souvent le territoire de la commune déborde un peu sur l'agglomération proprement dite...
      Pour les filles et les mecs, terrain glissant hein. On va voir rappliquer la bande à Frigide Barjot...j'aime autant pas.
      Mais bon, on va pas chipoter, il n'est de bonne conversation qui ne s'achève.
      Ce fut un plaisir ma douce !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Je parlais d'humanité, pas de genre...
      :-)

      Supprimer
    10. Je te taquinais...
      Bisous belle journée belle blonde

      Supprimer
    11. Il y a des villages de plus de 2000 ha et des villes qui en comptent moins. La diffèrence entre ville et village tient à l'ouverture du lieu : accueille-elle des étrangers c'est une ville.
      Il ne faut pas confondre les catégories administratives et les choses qu'on y range.

      Supprimer
    12. Intéressante cette théorie. Béziers serait donc un village, selon vous ?
      Parce que je me suis quand même laissé dire que ce n'était pas très facile d'y être étranger...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    13. Dans ma commune de 140 habitants, il y a 6 nationalités différentes.... J'habiterais donc une ville ?
      Trèfle de plaisanterie comme disait ma voisine un peu vache...
      Une ville a un nombre minimum d'habitants, mais aussi des infrastructures, des commerces, etc. Autrement, on peut parler de cités dortoir (qui ont le rare privilège de pouvoir cumuler les engeances des villes et des campagnes.
      Baci

      Supprimer
    14. Ville ou village on s'en fout un peu, non ? L'essentiel est de se trouver bien là où l'on est ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Pourquoi attendre que "les bouffis qui nous administrent" agissent? Envahissez la ville!
    Viva la revolución!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait en quelque sorte la velorución que vous préconisez, chère madame Chapeau...
      Ravie de vous voir si enthousiaste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. En tout cas , c'est pas Marseille ! sauf si tu veux batailler ou finir à l’hôpital ! Mais d'abord pourquoi une ville ?
    Y a un autre truc qui me gêne, c'est quand il y a trop de vélos , exemple Porquerolles , les cyclistes se croient tout permis , ça devient infernal pour les piétons et randonneurs à pied !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord.. c'est bien désagréable de se faire sonner par des cyclistes pendant que tu déambules rêveusement sur un chemin ! Et le plus souvent ils ne te disent pas merci !

      Supprimer
    2. @Daddy et Suzame

      C'est amusant. Les cyclistes disent la même chose des automobilistes, et les automobilistes disent la même chose des camions...Je suis sûre que les fourmis ont des griefs contre les piétons et les randonneurs...
      On est toujours l'emmerdeur de quelqu'un finalement... ;-)
      Bisous à tous deux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Daddy
      Pour quoi une ville ? Mais parce que j'aime vivre près des théâtres, des cinémas, des librairies, des musées...et ne pas passer ma vie en voiture chaque fois que j'ai oublié le sel...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. « ne pas passer ma vie en voiture chaque fois que j'ai oublié le sel… » Ben… pourquoi tu parles de voiture si tu veux faire du vélo ? Et le vélo ça roule aussi bien, si ce n'est mieux, à la campagne (mais faut rouler plus longtemps…).
      ;)

      Supprimer
    5. J'ai en tête une amie qui a choisi de vivre à la campagne...mais avec trois ados, elle passe son temps à faire des trajets en voiture.
      Toi même, vas-tu au travail à vélo ?
      Mon frère a fait ce choix, mais il s'est un peu ruiné en gazole pendant vingt ans. La Haute Ardèche, ce n'est pas spécialement près des commodités, médecins, pharmacies, poste, écoles...
      Paradoxalement, il est plus facile de ne pas sortir la voiture en ville qu'à la campagne.
      Ennuyeux tout ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Ah mais c'est toi qui dis ton bonheur d'aller à bicyclette, pas moi ;)

      Hélas, je ne vais pas au travail en vélo (à 25 km) et ça me turlupine bien la conscience. Difficile de se passer de voiture à la campagne, comme tu dis, quand on est né avec la facilité d'en faire usage. Le renoncement volontaire n'est pas simple. Tant que le pétrole sera bon marché, peu accepteront de revenir aux moyens de transport qui ont été en usage durant des siècles en occident et qui le sont toujours dans une large partie du monde…

      Oui, c'est très ennuyeux tout ça...

      Supprimer
    7. C'était un simple constat. Vivre en ville peut aussi être écologique que vivre à la campagne c'est tout ce que je voulais dire. Surtout si on a des besoins de citadin comme le theatre et le cinéma ...ou un boulot en ville.
      Mais je ne visais personne en particulier.
      Bises solidaires

      Supprimer
    8. Je retournerai peut-être vivre en ville, mais seulement si tous les gens que j'aime habitent le même quartier...
      En attendant, je limite mon empreinte carbone aux transports
      Parce que c'est pas pour dire, mais si je fais la tournée familiale et des amis en vélo, je réinvente le tour de France.
      Et le Tour de France n'est, d'ailleurs, pas écologique du tout puisqu'il faut 3 bagnoles pour accompagner chaque cycliste...

      Mais je te concède qu'une personne qui aime le vélo ne peut pas être foncièrement mauvaise.
      Célestine Troussecotte, René Fallet, Michel Audiard, Michel Drucker, Jacques Balutin en sont (ou étaient) fans...
      Ti bacio.

      Supprimer
    9. Attention ne confondons pas: j'aime la bicyclette en amateur, cheveux au vent, mais le cyclisme beurk ! Peut-être justement à cause de tout le tralala commercial, la caravane publicitaire et les affaires de gros sous des équipes professionnelles, le dopage et tout le toutim...
      Alors non, le tour de france n'est pas du tout écologique, loin s'en faut...
      Alors si je comprends bien, tu n'es pas près de vivre en ville...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Ca dépend.... si tous les gens que j'aime arrivent à s'entendre sur un lieu de vie ;-)

      Supprimer
    11. Mais c'est impossible... y'a trop de gens qui t'aiment... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Hello Cel. Joli billet qui ne déraille pas et grimpe allégrément les cols des coeurs lecteurs. J'adore tout ce qui tourne rond, ma petite reine (oh pardon de sortir du cadre). Tu le sais vu qu'une de mes rubriques, un peu dégonflée en ce moment, s'intitule Le cinéma, mon vélo et moi. Berlin est une ville asse vélo mais bon, là, je crois que je n'oserai pas bien que les espaces verts y soient immenses. Des nouvelles de tout ça au retour. Küssen meine liebe Freundin. Bis sehr sehr bald!
    Cest mieux "au jour d'aujourd'hui", hein?

    Edualc en danseuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demandais quand tu ferais étape chez moi...j'ai beau avoir pignon sur rue, un seul échappé du peloton et je ronge mon frein, tu ne voudrais tout de même pas me braquet contre toi ?
      Küssen und atttb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ah ça Célestine, pour sûr je te le dirai.

    Il y a les îles bretonnes qui font la part belle au vélo.. Mais..

    Interdit de prendre les petits chemins pour ne pas les détériorer (personne ne respecte la consigne)
    Ce n'est pas pas plat comme l'île de Ré, les îles bretonnes, crois en mes mollets (Ouessant.. ma mère m'avait dit "c'est plat"... ouie, ouie, ouie. Groix, oh Groix... magnifique mais alors ça monte, ça descend. Epuisée j'étais).
    Et puis faut quand même éviter la route principale (et au début tu es bien obligée de l'emprunter) et ne surtout pas aller dans le bourg à l'heure où les insulaires font leurs courses (ils ont tous une voiture les insulaires.. à Ouessant, la dernière fois- cet été- j'y ai vu mon pianiste préféré breton (Y.T pour ne pas le nommer) dans un vieux break bleu).

    Arz en vélo, c'est pas mal Célestine. Oui je te conseille Arz... mais ce n'est pas la ville !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles avec passion de tes belles îles bretonnes.
      le challenge en fait ce n'est pas de trouver un endroit interdit aux voitures, mais un endroit où tout le monde vit en bonne intelligence.
      Il m'a semblé qu'à Bordeaux, des efforts étaient faits dans ce sens...
      Mais je n'y suis restée que quatre jours...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Bonjour, Célestine.

    Est-elle si admirable, cette ville que tu cherches ? Quand le vélo devient roi, à Amsterdam ou à Porquerolles, il reste très agréable mais perd un peu de son charme.

    Paris n'est pas très adapté aux vélos. Mais c'est tellement agréable dy faire d'y vélo.

    Si on devait attendre que les choses s'adaptent, nous.n'irons pas très loin.

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense qu'une ville qui privilégie un moyen de transport écologique fait preuve de modernité absolue. Si l'on entend que la modernité soit un mieux en matière de qualité de vie...
      Je crois qu'il y a un projet d'adapter Paris au vélo. Mais à voir la levée de boucliers des lobbies, je pense que les mentalités sont plus difficiles à changer que les tracés urbains...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Porquerolles, c'est aussi bien, mais vraiment fabuleux à pied.

      Supprimer
    3. J'ai la chance de pouvoir y aller hors saison, et c'est vrai que c'est magique, à vélo comme à pied...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Einstein avait dit qu'il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé...
      C'est pas pour dire, mais les plus farouches défenseurs de la bagnole à Paris n'y habitent pas.
      Il semble qu'avec la fermeture des voies sur berges, les pics de pollution soient moins pointus.
      Ti bacio Cara

      Supprimer
    5. J'ai toujours aimé l'humour du vieil Albert...
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Pour ça, il avait le sens de la formule, le vieux grigou :-)
      Il aurait même pu inventer le Schmilblick si Pierre ne l'avait pas fait.
      ti abbraccio

      Supprimer
    7. Une des ses phrases, que tu aurais pu citer, c'est
      « La vie c'est comme la bicyclette. Il faut avancer pour ne pas tomber... »

      Supprimer
    8. Pour entretenir le dialogue, je n'allais pas faire le boulot tout seul... :-P

      Supprimer
    9. Je trouve que tu entretiens parfaitement le dialogue ce soir, mon Blutchy Amo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Oui ! Bien sûr...J'y monte deux trois fois par jour pour me mettre en jambes...😜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je comprends mieux pourquoi tu en as de si belles !

      Supprimer
    3. T'es mignon Boss. Je comprends mieux pourquoi il y a écrit sur mon tee-shirt « I ♥︎ the Boss »
      ¸¸.•*¨*•

      Supprimer
    4. Sur le mien, y avait écrit "Experiment a chemist", mais depuis, j'ai grossi...

      Supprimer
    5. Lol, tu prenais des risques à l'époque... mouarf !

      Supprimer
  10. Je pense qu'avec Anne Hidalgo, Paris devrait devenir la ville rêvée pour faire du vélo. Mais il faut encore attendre un peu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment le projet est ambitieux mais décrié (voir ma réponse à Aldor, plus haut)
      Selon le principe énoncé par Idriss Aberkane, qui est loin d'être un imbécile, toute idée nouvelle est d'abord jugée ridicule, puis dangereuse puis enfin évidente...Et d'ailleurs, ceux qui le combattent prouvent paradoxalement en le combattant qu'il a raison: car ses idées sont actuellement jugées ridicules et dangereuses...mais un jour on s'apercevra qu'il a raison, et notamment sur le fait que l'on doit réduire drastiquement les déchets si l'on veut survivre...
      Bisous cher Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Je pense qu'Anne Hidalgo fera mourir la banlieue de pollution pour satisfaire les parisiens et les touristes.
    A Bréhat, les voitures sont interdites, tu peux tenter ta chance là bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne cherche pas un endroit où les voitures soient interdites. Mais simplement un lieu où les deux façons de se déplacer puissent co-exister sans danger...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Pfuuuuu ^bien sûr qu'elle existe, elle s'appelle SAINT CLOUD ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saint Cloud: patron des réparateurs de pneus de vélo.
      Son culte a fait la richesse des habitants d'une charmante ville moyenne d'Ile de France, désertée par les cyclistes ruinés et envahie par les tramways aux roues ferrées.
      On y croise des loubards aux blousons cloutés et parfois portant casque à pointe.
      Je te conseille pas, Celle, je te conseille pas.
      A Diù siatz.

      Supprimer
    2. Je n'irai pas alors. J'aurais trop peur de me prendre un clou dans le pied...
      Bisous mon Bof
      A Diù Siatz

      Supprimer
    3. Saint Cloud?
      C'est cette ville pilote dans le stockage des données informatiques?

      Supprimer
    4. Saint cloud very moche pour l'information... ^^

      Supprimer
  13. Chère Céleste,

    Comme on te l'a déjà répondu, tu peux satisfaire ton désir pleinement à Copenhague. Cette ville merveilleuse est conçue pour les déplacements à vélo.

    Près de chez moi s'aménage et passe une vélo-route.
    Mais, comme maintenant sur les pistes cyclables de l'Île de Ré (Ou j'ai bien séjourné)
    les dangers du parcours en période de pointe estivale ne sont pas un fantasme des adeptes de la marche à pied ou de la voiture.....

    Nous rêvons toutes et tous du paradis à bicyclette avec Paulette.......
    Bien en accord avec toi et ce rêve je t'adresse mes plus douces pensées

    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les villes scandinaves ont certainement des dizaines d'années d'avance en matière de protection de l'environnement...faut bien faire une moyenne avec les délires de Dubaï, par exemple, et ses pistes de ski sous cloche en plein désert...Un scandale écologique de première bourre...
      Et tout le monde s'en fiche.
      Allez, je vais faire un tour à vélo pour fêter ma non-rentrée des classes.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Déjà que tu me donnes envie…! Je ne sais comment tu fais pour trouver les mots justes qui font que déjà j’ai une envie de me mettre en selle et de me laisser voguer au vent avec un coquelicot inséré dans la saillie de ma chemisette damassée. Je ne sais comment tu fais pour transformer un simple biclou en petite reine de la route des champs. Tu nous fais toute une procession de plaisir, de joie, de bonheur d’être portés par un célérifère qui passe comme une ombre silencieuse sur les lieux habités, elle se fourvoie dans les espaces les plus bucoliques sans qu’elle laisse son pot noircir la piste de…Damas, et le tout, quel bonheur pour la gent masculine de voir passer comme un rêve, une fée portant un nénuphar à son oreillette, un sourire aux lèvres et sa jupe flottant aux quatre vents.
    Mille bisous glissés sur ton épaule décolletée au vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien une petite idée de « comment je fais pour trouver les mots justes »... j'ai simplement des lecteurs hors-norme.
      C'est vrai que c'est agréable de rouler sur deux roues, par la magie d'un équilibre dû au principe physique du couple gyroscopique...
      J'aime le nénuphar dans l'oreillette, on dirait une chanson de Boris Vian.
      Cette vision t'inspire de bien jolis mots, tu es en grande forme, cher Bizak !
      Mille bisous en fleurs des champs
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Euh... La jambe légère et l'œil polisson, c'est dans un truc vachement plus dangereux que la bicycletteeeee, c'est la chasse aux papillons.
    Où on ne chasse pas que le papillon.
    Sinon, pour le vélo, il y a Amsterdam.
    Et rassure toi, si nous l'humanité n'a pas disparu d'ici là, la Chine sera redevenue cycliste car devenue branchouille...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De temps en temps, je place une référence brassenssienne, clin d'oeil à un pote pour essayer de le faire revenir...
      Branchouille, ou obligée de s'y remettre sous peine d'extinction ?...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Comme entrevu plus haut, tu as toutes les villes nordiques, mais il faut pouvoir apprivoiser la neige, le froid et les très longues nuits hivernales.
    Autrement, tu as un joli coin de Bourgogne où l'on peut compter les véhicules qui passent et même une montée digne du mont Ventoux (mais en plus court pour un entrainement progressif...)

    Mais finalement, il reste à savoir si ta bicyclette est bleue...
    Auquel cas, on fera épeler ton prénom par Gainsbourg
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elaeudanla téitéia...
      Joli prénom joyeux.
      Ce joli coin de Bourgogne..il me semble que je le connais, non ?
      Tu prêcherais pas un peu pour ta paroisse, toi ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ben tiens, on n'est jamais si bien servi que par soi-même :-D

      Supprimer
  17. Cette ville existe, c'est Amsterdam - ou d'autre villes hollandaises. Mais je ferais tout de même attention, parce qu'à Amsterdam, entre les trams et les piétons... Enfin, les cyclistes ne m'avaient pas l'air de s'en faire beaucoup. Je suis même restée longtemps assise dans un parc, dont j'ai oublié le nom, après avoir visité le musée Van Gogh, à regarder passer les cyclistes.

    Sinon, à Gand aussi (ville flamande et charmante), mais il y a aussi de la circulation, disons que là, il y a quand même plus de vélos qu'à Bruxelles.

    J'ai un jour fait du vélo à Arles. Entre le centre-ville et le nouveau lycée, excentré, où une amie avait préparé son bac - ou bachotait en vue de le passer en septembre. C'est vrai qu'à l'époque déjà, c'était risqué.

    Je pense que tu adorerais Amsterdam. Si tu as envie un jour de dépaysement, vas-y, tu aimeras.

    Je me rends compte que c'est une ville dont je suis carrément amoureuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une ville dont tu es amoureuse, je pense que ça me tente, présenté comme ça...
      J'irai sûrement un jour...
      Merci pour t'être prêtée au jeu ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Au fait, la première chose que mon fils a faite, en arrivant à Yuvaskulä (l'ortho n'est pas juste) ville universitaire de Finlande où il faisait un Erasmus, c'est louer un vélo. C'était impossible d'aller à la fac à pied et l'hiver, attendre le bus, c'aurait été impossible. Il paraît qu'il a quand même fait un beau vol planté et atterri dans un jardin.

    Dans un autre registre (les chutes de vélo, après tout, cela fait partie du folklore), ma mère a descendu une petite rue à Dinant (au bord de la Meuse) depuis la citadelle, en pédalant et en riant comme une folle. Elle s'est pris la pelle de sa vie. J'ai fait à peu près la même chose dans le jura, dans un tournant, et j'ai atterri dans le décor. Je suis rentrée à Bruxelles avec un mouchoir sur mon mollet sommairement bandé ............ Glorieuses cicatrices o:)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui ne s'est pas pris une gamelle à vélo enfant ?
      J'en garde sur le front une cicatrice, si on te demande pourquoi j'ai toujours une frange, voilà une explication toute trouvée...
      Moins impressionnante qu'Harry Potter quand même...
      Ma fille en arrivant à Boston, a acheté un vélo. 75 dollars. Elle a calculé qu'elle économisait 80 dollars de bus par moi et 100 dollars de salle de gym...
      Au bout de son stage, elle a revendu le vélo ...75 dollars.
      Elle a le sens des affaires, cette petite. Pas comme sa mère...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Nos roues ont en commun l'extraordinaire. C'est dire que du vélo on pédale pas dans le ya hourte de pacotille. Il nous faut du vrai. Pas de la piste cyclable où on renifle le plus mauvais de ce qui fait l'échappement. Les petits sentiers qui débouchent sur une tonsure en forêt, où que l'herbe mousse en odeurs de champignons, en voilà un gîte à plus de cinq étoiles.
    Quant aux villes...en dehors de louer la bécane, j'vois rien qui lui remplit le panier de ce vent que la mer t'envoie plein les mirettes, de cette joie infantile qui te soulève la jupe à ne plus t'imaginer qu'un voyeur est sur le porte-bagage, le vélo m'aime si ça peut faire la culbute, c'est du pur et de l'innocent intégral qui dit mais je vis !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour je viendrai te voir dans ta cabane, mon zoizo; je poserai mon vélo dans les oyats.
      Et tu me montreras ton dernier tableau dans la lumière poudrée d'un couchant de mer.
      Ce sera beau comme le printemps en plein hiver.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. J'ai tout de suite penser aux billets de Eeguab sur le vélo au cinéma. Et puis à un film que j'adore : Le gamin au vélo des Frères Dardenne. Et puis à Henry Miller, dont son vélo était le meilleur "ami". Et puis à mon vélo d'ado, et à la liberté d'aller n'importe où avec. J'ai fait à l'époque de grandes balades à la campagne. En ville, j'ai eu un temps un vtt mais j'ai vite laisser tomber.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as raison d'y avoir pensé, c'était une façon de le faire venir, mon fatal Picard.
      Qu'est-ce qu'il ne faut pas inventer pour danser avec les loups qui sortent du bois quand on en voit la fourrure...
      Ou plutôt les ours, rapport à Berlin...
      Bref du l'auras compris, un appel du pied à notre Jim
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Ha lala où est-il passé le temps où je faisais du vélo à gorge déployée (et jupon relevé), où je lançais le même vélo dans un buisson pour y cueillir des mûres fin août, où on zigzaguait au retour au milieu de la route pour faire peur aux vaches ? Mais pourquoi certaines choses disparaissent-elles ? Zut de zut !!! Je sais que La Rochelle a été pionnière du "Vélib" et a été copieusement critiquée avant d'être imitée... Et puis tu connais La Rochelle ? C'est une jolie ville sympa ! Mais je n'y ferai plus de vélo, hélas ! Bisous ma Céleste et libre♥ Et un bisou supplémentaire pour ta non-rentrée des classes ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma copine, mon Isa toujours à fond !
      Ah...les mûres me rappelle la belle chanson de Fugain Les Ronciers


      On cueillait des mûres sur les ronciers
      Au bord de l'Isère
      On cueillait des mûres et des baisers
      Encore un peu verts
      On regardait les filles, les filles riaient, souriaient
      Sous leurs jupes joncquille, les fruits de l'été,
      s'éveillaient
      On cueillait des mûres sur les ronciers
      Au bord de l'Isère
      Et si les ronces ou l'amour piquaient
      La belle affaire!


      Pourquoi les choses disparaissent-elles...c'est à cause de la couleur du blé...
      C'est tellement mystérieux...
      Bisous ma belle âmie
      A tout bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oh la la les mûres me rappellent ce serait mieux...

      Supprimer
  22. Il paraît qu'Amsterdam est insupportable... à cause des cyclistes !

    La ville dans laquelle on a été les rois à vélo c'est Arcachon. Il y a même un ascenseur qui permet de regagner le camping depuis la plage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arcachon, Amsterdam...c'est un beau début...Qaund on en sera à Zuydcoote ce sera gagné !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. A Amsterdam, il faut faire attention aux trams, surtout, parce qu'ils foncent à travers tout. Et puis, il y a les bateaux aussi... On met le vélo sur le bateau et on rame (ça change de pédaler). Je me suis contentée du tram et des pieds. Après trois jours (il faisait chaud aussi), j'étais naze, mais heureuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me donne de plus en plus envie d'y aller...
      Cette photo prise sur google earth donne une idée de ce qu'est le vélo là-bas !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Viens faire un tour à Cordes, mais fais gaffe ça grimpe et forcément, après ça descend... Puycelsi, une fois en haut, tout est plat ! Lisle-sur-Tarn, c'est pas mal, tu fais le tour et le tour bis de la place aux couverts. C'est déjà pas mal. Pour les petites routes, ici, elles sont belles mais sinueuses et plutôt très fréquentées ! Je reviens de St Antonin-de-Noble-Val, tout le centre est piétonnier, donc, à voir en hors saison touristique... Bon, c'est déjà un bon début pour ta liste de lieux fréquentables ! :))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cordes sur Ciel ! oh my god ! je me souviens en effet de rues très très pentues...
      je ne suis pas sûre d'avoir le vélo qu'il faut pour ce genre d'aventure.
      je ne connais pas tes autres lieux, mais ils ont le mérite d'être près de chez mon amie Chinou...

      En hors saison, je vais avoir un joli programme...
      Merci beaucoup Lou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ah,la bicyclette,premier engin d'autonomie vélocipédique!J'ai appris à en faire sur un "modèle familial",ce fut le même vélo pour l'ensemble de mes frères et sœurs.De couleur rouge,j'y ai appris à pédaler,à tomber et aussi à coller les rustines en cas de crevaison.
    A l'époque, nous aurions bien aimé avoir un "vétété",plus adapté à notre campagne.
    Ce fut aussi le seul véhicule que j'ai utilisé à mes débuts dans la vie professionnelle.
    Cela m'a valu plusieurs chutes tant en ville qu'en campagne,après,je suis passé à la moto.
    Je ne peux te conseiller ma ville,rien n'y est prévu et il y a beaucoup de dénivelé.Sinon s'équiper d'un fameux modèle Sétois ,à assistance électrique,j'y pense de plus en plus...
    Il y a une ville dans laquelle je suis allé,où les autos sont interdites. En arrivant,l'automobiliste est invité à laisser sa voiture sur un des nombreux parkings extérieurs.La visite peut commencer...C'est l'absence de bruit qui frappe en premier,en second,c'est le fait de se réapproprier la rue dans toute sa largeur ,sans avoir à se serrer sur un bout de trottoir!Les vélos sont présents,enfin étaient à ce moment-là!
    Ah,j'oubliais,les transports urbains, collectifs et publics sont gratuits,et cette ville, c'est un peu "chez toi",puisque c'est à GAP.
    La lecture de ton billet "en-cylo-pèdique" m'a fait ressortir de derrière les fagots cette très belle bande dessinée de Sempé: Raoul Taburin, aux éditions Denoël.

    "Si quelqu'un s'y connaissait en changements de vitesse,cale-pieds,roulement à billes,pignons,chambres à air,pneus ballon,mi-ballon ou boyaux,c'était bien Raoul taburin,le marchand de cycles de saint-Céron.Les interventions les plus délicates,rien ne pouvait prendre en défaut la compétence de Raoul Taburin.D'ailleurs sa réputation était telle que,dans le canton,on ne disait plus un vélo,mais un Taburin."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te voilà intarissable sur le sujet !
      Je ne savais pas que les vélos électriques étaient sétois...
      Et Gap, où les voitures sont interdites, je connais la ville bien sûr mais je ne savais pas non plus. Est-ce nouveau ?
      Quant à Raoul Taburin, il manquait gravement à ma culture...
      Merci pour ce commentaire richement documenté.
      On voit que tout cela ne te laisse pas indifférent...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ce n'est pas toute la ville non plus, j'y étais il n'a pas des masses de temps et ma chambre à coucher a pu y circuler librement. Je n'ai pas non plus fait le centre-ville...

      Supprimer
    3. Ils ont peut-être eu peur de l'engin...il faut dire que ta "chambre à coucher" à roulettes est bigrement impressionnante...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tous les vélos électriques ne sont pas fabriqués à Sète,certains doivent venir de Chine.Je crois bien que cette entreprise sétoise fût la première(et la seule en France) à fabriquer des vélos à assistance .Il existe même un modèle tout-terrain, génial!Pour en avoir utilisé un "chez moi" dans le cantal,je peux dire que c'est vraiment formidable,sur du plat,ou faux plat:super!Quant aux montées, c'est un vrai régal,même pas essoufflé(n'est pas joué)!
      Quant à la ville de Gap,Blutch a raison,ce n'est pas toute la ville,seulement le centre et c'est déjà bien,il y a un créneau horaire pour les livraisons,pour les commerçants et autres .C'est la gratuité des transports urbains qui est intéressante,une vraie alternative est proposé et ce depuis ...Je ne sais pas!
      Je crois(encore) qu'elle fût une pionnière en la matière.

      Supprimer
    5. Eh bien je ne savais pas que Sète avait inventé le vélo électrique.
      je pense que quand je serai vieille je m'en achèterai peut-être un, pour continuer à pédaler si mes jambes me lâchaient...Pour l'instant, ça va, je te rassure ^^
      Quand je serai maire, je ferai aussi la gratuité des transports en commun. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. génial! je vote pour toi.

      Supprimer
    7. Tu es mon premier électeur, c'est cool...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Pour ne pas pré-hériter certains de tes électeurs potentiels au falacieux prétexte qu'ils habitent ailleurs, tu devrais viser l'Elysée...
      Ti bacio Prima Dona

      Supprimer
    9. Tu manques de cohérence, caro mio...
      Je croyais que tu voulais qu'on habite tous dans la même ville... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Pour les gens que j'aime, bien sûr, mais il y a, dans l'aéroport... dans l'aréopage des commentateurs, nombre de personnes que je ne connais pas. Nous ne parlons donc pas là de la même chose.
      Mais j'y pense soudain: l'Elysée est encore un peu trop restreinte vis-à vis, entre autres, de Walrus, de Petit Belge etc. Je te conseille donc la Présidence Européenne.

      Supprimer
    11. Là il y a une cohérence : je me retrouverais à Strasbourg et je pourrais faire du vélo en toute tranquillité...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Comme le vélo n'est pas ma tasse de thé (mauvais souvenir), je ne saurais te conseiller. En tous cas, pas dans ma région, parce que ça monte, ça descend, ça monte, ça descend... :-)
    Bisous, la belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que je préfère les routes plates pour faire du vélo disons « d'agrément » et non de sport.
      Pour les côtes, il vaut mieux être équipé, et on sort du cadre de mon billet...
      Bisous chère Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Je rentre d'un weekend à la mer... et tu es à bicyclette!
    Avec ou sans Paulette, l'aventure du vélo a le mérite de nous pousser plus loin à notre rythme, une pâquerette dans la bouche et du rêve dans les sacoches.
    Souvenirs d'enfance, souvenirs d'après... Que de doux moments vécus dans les rires et les cheveux au vent.
    En ville... pas grand intérêt.
    Mais dans les vignes...
    Bises à vélo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a vraiment deux façons de concevoir la bicyclette, comme je le disais à Françoise. je préfère la manière "romantique" cheveux aux vents, comme toi.
      Bisous l'ami
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Samedi dernier dans le reportage "une journée en Allemagne" il a été question d'autoroutes pour cyclistes. L'Allemagne est bien placée pour ses réseaux cyclistes, la France loin derrière.
    Bonne randonnée avant les mauvais jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais à qui ai-je l'honneur ?

      Supprimer
    2. Des Véloroutes, avec glissières de sécurité centrale et tout le bataclan?... En France, ils seraient capable d'y mettre des péages...

      La Bourgogne a recyclé d'anciennes voies ferrées abandonnées par la SNCF pour y faire des voies vertes cyclables. Jamais loin des villes et villages, mais découplées du réseau routier...

      Tu ne peux pas dire que je ne fait pas le maximum pour promouvoir ma région... :-)
      Baci Cara

      Supprimer
    3. C'est vrai, à se demander si tu n'es pas rémunéré par l'office du tourisme...
      Hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ciel, je suis confondu !
      Mais ça reste en un mot, STP.

      Supprimer
    5. En un mot, bien évidemment...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. De plus en plus de centre ville s'ouvrent uniquement aux bicyclettes obligeant les automobilistes à rester aux portes de la ville. As tu pensé à pédaler sur les quais de Bordeaux où tu dois accomplir des prouesses en zigzagant entre les blindrollers et autres skateboards ? Je pense qu'un jour que je ne connaîtra sûrement pas, un ministre de la sécurité rendra le port du casque obligatoire pour les piétons hi hi hi. Bises pédestres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle horreur ! J'espère ne jamais connaître ça !
      Dans Bordeaux je n'ai vu que le positif de pistes cyclables bien conçues mais il est vrai que je ne suis pas allée sur les quais... quant aux automobilistes cela ne leur fait pas de mal de lever un peu leur popotin de leur voiture et de marcher ... et si un jour on était obligés de revenir aux chevaux ? Lol 😂

      Supprimer
  30. Peut-être que cette article peut t’intéresser

    RépondreSupprimer
  31. Super article, Célestine !
    C'est vrai que tu es belle sur ton velo, quand je te vois passer dans ma rue.
    Tu t'arrêtes quand tu veux !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je passerai promis.
      Je viendrai déguster une bonne tasse de chocolat et un de tes divins gâteaux.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Je crois, chère Celestine, que c'est la Hollande qu'il vous faut. Dans ce pays les femmes sont grandes et belles, donc vous vous intégrerez parfaitement au paysage. Et chacun circule sur de grandes bicyclettes voire avec de jolis triporteurs plein d'enfants. Certes tout ce monde circule bien vite mais comme nombre d'espaces leurs sont réservés, il suffit au piéton d'être averti et prudent. Les voitures sont, je crois, terriblement taxées,ainsi les automobilistes sont plus rare et la voiture est le dernier recours lorsque tous les autres modes sont inefficaces. Les grandes avenues où les voitures sont rares donnent une belle impression de fluidité. Et tout ce petit monde circule sans chapeau, ni casque, cheveux au vent.

    Alors j'imagine dans ces rues, une belle et grande femme, mi-femme mi-fée, cheveux au vent, robe légère, passer comme dans un rêve entre terre et mer, entre l'orient et l'Occident, entre moulins à vent et modernes éoliennes.

    Un monde où l'auto sait rester à sa place.

    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous en parlez si bien de ce paradis de la petite reine...
      Il est vrai que les pays du nord sont toujours plus en avance que nous sur le plan social et citoyen...
      Je rêve qu'un jour la France devienne elle aussi une terre où l'on respire moins d'hydrocarbures que de bonheur de vivre sainement.
      Et je me bats déjà au quotidien dans ma ville pour faire avancer les choses...
      Merci pour ce beau texte empreint de sérénité.
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. j'adooooore la vélo pour les mêmes raisons que toi. Je détesssste le casque et les conducteurs débiles. Je rencontre les mêmes difficultés que toi pour pratiquer. Une exception, les quelques pistes en baie de Somme et en Gironde mais gare à ne pas s'éloigner de ces petits axes. Quant à la volonté politique, tu sais sûrement ce que j'en pense....bises échevelées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras ma soeur ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Va à Strasbourg Célestine. Ville où d'ailleurs le piéton par contre, est souvent en danger, s'il n'est pas très vigilant. Tu t'équipes contre la pluie et les quelques intempéries hivernales. Et hop ! en un tour de pédale, tu es arrivée à destination. Tu peux louer un vélo à l'année, pour un prix dérisoire, entretien du dit vélo compris.
    Strasbourg est une ville merveilleuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Strasbourg semble en effet avoir une longueur d'avance sur les autres villes de France.
      Si tu m'y invites, je viendrai le constater de visu... ;-)
      Bises taquines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Quel joli billet Célestine. Dès l'âge de 5 ans jusqu'à mes 20 ans et plus, j'ai fait beaucoup de vélo et avec mes parents, nous parcourions plusieurs kilomètres d'une journée. C'était la liberté, la joie au coeur car il n'y avait pas beaucoup de circulation.
    J'ai fait une pause après avoir eu mes deux filles et plus tard, j'ai repris mon vélo mais maintenant, si tu voyais Célestine, toute la circulation à Genève, petite ville... cela devient très dangereux.
    Il y a bien des pistes cyclables sur une certaine distance puis la piste s'arrête. Les cyclistes doivent être très prudents et emprunter la route des voitures.
    Tout comme toi, je regrette mes deux roues :-)
    Mes amicales pensées et bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors comme ça, Genève est une petite ville ?
      J'imaginais une grande capitale...
      Et quand tu vas photographier les animaux et les arbres dans la campagne, prends tu ta bicyclette ?
      Douces pensées, belle rêveuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Genève est la deuxième ville de Suisse, avant même la capitale

      Avec 500'000 habitants pour l'agglomération de Genève, une grande ville, c'est à partir de combien?

      A propos de Genève:
      Il semble que 5% d'étrangers soient un problème en France, Genève détient une sorte de record avec 60% et pas d'autres problèmes majeurs que le prix des loyers qui repousse les classes laborieuses en pays de Gex.

      Supprimer
    3. Les étrangers de Genève, c'est des nababs, des cheikhs (avec provision) et des émirs , non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Oui, mais aussi des traders, des affairistes, des banquiers, et il ne faudrait surtout pas croire qu'ils peuvent être mieux éduqués qu'un éboueur Sénégalais. Au contraire, car ils ont l'arrogance de l'argent et du pouvoir.
      Et je ne te parle pas de ceux qui ont l'impunité d'un passeport diplomatique.
      Ni des financiers du terrorisme islamique...

      Mais dans l'ensemble l'état de droit reste souverain car il n'est pas inféodé aux politiciens.
      La Princesse saoudienne qui s'est vue poursuivie pour une modique ardoise de 15 millions de Sfr avait eu de la peine à comprendre que ses affaires personnelles (dont quelques dizaines de millions en bijoux) puissent être mis sous séquestre par un petit fonctionnaire de l'Office des Poursuites.
      Va savoir pourquoi, mais la facture fut promptement réglée...

      Ca me rappelle le bon temps de Tante Yvonne... Après un dîner de gala avec des pontes ricains, Tata Vovonne fait le compte des couverts en vermeil. Il en manque 1 jeu et c'était à la place de Mcnamara, alors ministre de la défense US.
      Ni une, ni deux, elle téléphone à l'ambassade pour demander à ce qu'un planton rapporte les couverts distraitement embarqué par Monsieur le Ministre.
      Et ce fut fait dans un froid diplomatique glacial.
      Et je suppose que son mari s'était payé une pinte de bon sang...
      Ti bacio

      Supprimer
    5. Francs suisses ça se dit SFR ? c'est louche !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Naon! C'est pas du bouibouygues...

      Sfr = Schweiz franken
      ou en version française: frS (nettement moins usitée)

      Supprimer
    7. Coucou Célestine, lorsque je vais à la campagne, je pars à pieds de chez moi. J'habite un peu en dehors de la ville, disons ville-campagne :-)

      Supprimer
  36. Que de commentaires. Comment écrire après tout ça. Tant pis, j'y vais. Comme beaucoup de ceux et celles qui m'ont précédés, je ne vois que les villes d'Europe du Nord, où tu pourrais allègrement pédaler sans trop de risque de devenir comme tu le dis:" un saucisson d'apéritif".
    Au fait, j'ai beaucoup la premier partie de ton billet et ses références cinématographiques.
    Je me permets de te "biser" du haut de ma Normandie.
    Belle fin de journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher jean François,
      Je réponds à chacun de mes commentateurs, quel que soit le nombre de commentaires. Alors tu as bien fait d'y aller, comme tu dis.
      Merci pour ton témoignage.
      C'est mignon, biser...
      Bises tardives
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Oh ma pauvrette, tu est mal barrée, nous ne sommes plus au temps des reines, grandes ou petites, mais pour te consoler il y a encore quelques lieux de "retraite" comme les iles d'Hyères où tu peux faire la danseuse sur des chemins de traverse absolument sublimes... Bises du vent. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien que nous reviendrons au temps de la bicyclette reine des villes.
      La pollution est un problème crucial pour les générations futures, c'est à nous de commencer à montrer l'exemple.
      Bise, chère plume au vent...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Un texte admirable de fraîcheur et de gaieté tel une balade en bicyclette par un petit vent léger. Merci pour les nombreuses références et ce petit rappel d'un cinéma d'auteur apprécié!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que tu ne sois pas insensible à ma conception un peu fantasmée de la bicyclette...
      J'y tiens beaucoup.
      Ravie de te voir revenu dans la blogosphère après ta longue pause...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Oh oui je te le dirais et j'emménagerais là aussi. Peut-être au Pays Bas ? Ou au Danemark ?
    Je prends aussi un plaisir fou à pédaler surtout quand ej suis à la mer du Nord, le vent, les paysages, la rareté des voitures sur beaucoup de chemins....
    J'adore ton texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce plaisir, j'en suis convaincue, est une éthique de vie. J'ai compris depuis un bout de temps que vivre en harmonie avec l'environnement, ça faisait du bien autant à soi-même qu'à la planète (douce ellipse pour dire l'humanité)
      j'adore ton com
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Bah on commentaire n'a pas marché et je ne sais plus trop ce que je racontais...
    Je me souviens d'une photo de Katy Perry à Bicyclette sur l'île de Ré...mais c'est plat.
    En ville pas génial le vélo quoi qu'on en dise, en campagne ça dépend...
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci quand même d'être revenu Mindounet...
      Des fois, blogger escamote les coms, je sais, c'est pénible...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. M’étant assoupi, je vis passer une fée sur une petite reine. Secouant mes rêves, je vis les île dévastées, le phare Gustavia, ordinairement si faible tel le lumignon d’un bar à biguine qu’on le confond avec les lumières de la ville, éteint pour toujours, l’île Tintamarre silencieuse, le cœur brisé par le ressac. Mwen las

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien désolée que ton joli rêve ait été secoué par cette terrible tempête...
      Mon coeur est secoué par une autre tempête, en ce moment...
      Bisous cher Bricabrac.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Je crois qu'il faudrait regarder du côté de la Hollande ou de certaines villes allemandes pour que le biclou devienne la petite reine de nos villes. Si tu voyais les commentaires que je lis dans le journée locale quand on interdit encore aux voitures une rue de notre centre-ville historique ... Mais au-delà, la voiture reprend le pouvoir (et je ne suis pourtant pas une anti-automobile quand on sait comment j'adore conduire et que je ne saurais ne pas en avoir une à moi). Au point que jamais mon vélo ne m'a suivie ici et je n'en ai plus depuis que je vis dans cette grande agglomération, moi qui me déplaçais toujours à vélo dans mon village ... Je fais tout à pied et en transport en commun, mais j'ai peur de me faufiler au milieu du trafic. Des efforts ont été faits, mais insuffisants pour se sentir en sécurité.

    RépondreSupprimer
  43. La circulation est difficile en ville entre les cyclistes et les automobilistes. Mieux valent les petits chemins de campagne.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'est simple tant que chacun voit son intérêt particulier, et non l'intérêt général...
      Je parle de l'intérêt de l'humanité...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.