samedi 30 septembre 2017

Le lac miroir

Ornithopoème.







Au bord du lac. Les épaules caressées par l’enveloppe du vent.
Le miroir de l’eau me renvoie mon sourire. Mes pieds volettent au-dessus de l'herbe rase.
Sous la voûte des saules, les colverts disputent leurs plumes-velours aux feuillages. Leur nage criante troue le fil de la surface en harmonie. Concert de claque sons.
Qui sera le plus beau, miroir ? Des branches faisant la révérence ou, des canards, l’irrévérence ?
Leurs prises de becs rompent la digue de ma mémoire.
Et je me souviens. Je me souviens que vivre, c’est toujours intrigant.
Mille questions surgissent de ma perplexité que je chasse ce matin comme on chasse les mouches obstinées des échoppes.
Elles s’en vont. Elles s’envolent.
Je suis la berge emmitouflée dans ses ajoncs, roses d’aurore.
Je suis ce ciel ombré de nuées.
Je suis devenue l'eau et le ciel. Je me fonds.
Comme il est lumineux, ce vol d’oies en partance !
Cette fièvre impétueuse, impatiente, frénétique, bouillante, déferlante et violente et  qui tourne la tête et qui me rend vivante.
Là-bas le tumulte s'éloigne. Je sais qu'il reviendra. Comme les oies. Comme l'été. Je l'espère. Je ne sais vivre sans. En un mot comme en cent. C'est mon sang. Je veux vivre avec le V de vertige.
Les oies...Fugaces. Royales. Etirant leurs ailes blanches. D’autres oiseaux encore. Sarcelles et fuligules. Plouf ! Des poules d’eau qui pouffent. Des aigrettes au-dessus des aigreurs.
Torrent de plénitude me hissant le cœur comme on porte un flambeau. 
Le miroir du lac souriant.

¸¸.•*¨*•











Pour les Impromptus littéraires sur La Magie des Miroirs

107 commentaires:

  1. Bonjour, Célestine. Les mots et leur rythme, le soleil se mirant dans le miroir du lac et la silhouette qui s'y découpe, tout cela est très joli.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rythme des mots...j'y suis extrêmement sensible, sans doute mon côté musicienne...
      Oui, j'aime leur petite musique qui m'enchante l'oreille.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. J'aime quand il vous arrive de publier l'après-midi.
    J'ai la chance de vous lire dans les premiers ainsi.
    J'aime beaucoup ce poème qui, comme toujours chez vous, creuse plus profond que la surface, et nous emmène dans vos rêves éveillés et vos réflexionssur la vie..
    Vous êtes belle, de dos aussi. Délicieuse ombre chinoise.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée, alors, d'arriver si tard, mais j'ai été très occupée aujourd'hui...
      Vous avez raison, dans mes écrits, il y a toujours quelque chose d'écrit sous l'écorce des mots...
      Comment savez -vous que c'est moi sur la photo ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. La vie c'est intrigant ? Je dirais même plus : quand il fait très froid, c'est intrimoufle. :o)
    Hé hé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es fort drôle ! et tu me prends par les sentiments, tu sais bien que j'adore les calembours... (la reine)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Voyons voyons, un peu de dignité ...
      On dit Kalem honore la souveraine.

      Supprimer
  4. C'est malin d'avoir posé la question au masculin, si tu avais demandé "Qui sera la plus belle ?", la réponse allait de soi, enfin, de toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais que tu es un gronamour, mon Boss !
      Un chevalier des temps moderne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Magnifique ! Ca valait le coup d'y retourner !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'y retourner ? Comment ça ?
      En tous cas je suis enchantée que ça te plaise, mon oncle-poète !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. la magie des mots comme toujours, avec ou sans les oiseaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots ne sont-ils pas de drôles d'oiseaux ?
      Difficiles à attraper, enchanteurs, colorés, vivants, et qui s'envolent parfois très haut ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. j'ai lu puis activé le son de la musique et alors...j'ai relu et mieux vu encore ce joli miroir qui te fait danser au-dessus des herbes rases. Magnifique, j'ai failli tout laisser tomber pour filer tout droit vers la montagne et y retrouver certains lacs que j'aime tant. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve que la musique va bien avec le paysage.
      C'est une extrait de la BO du Seigneur des Anneaux...
      On s'attend à voie surgir quelque troll. Et la forêt ressemble à Brocéliande.
      Bisous chère montagnarde.
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. J'aime lorsque tu jongles ainsi avec les mots pour nous décrire une nature encore vierge es ravages de l'homme.
    Merci pour ce beau partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jongleuse, acrobate, funambule: j'ai toujours aimé les saltimbanques.
      Tu me rappelles la très belle chanson de Maxime le Forestier, que tu connais sans doute.
      « Alors en désespoir de cause, il a jonglé avec les mots, et la musique et d'autres choses, on a crié bravo.»
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Que de douceur Célestine dans tes mots, ton poème est merveilleux avec une photo aux superbes reflets, c'est si chaleureux.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas aussi douée que toi en photographie, mais je suis assez fière, de temps en temps, de parvenir à faire une photo pas trop mal...
      Quant à la deuxième, c'est bien moi. Mais de dos...
      Bisous belle rêveuse.💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Eh bé... T'ayant croisé une fois ou deux il me semble reconnaître ta silhouette, effectuant une descente majestueuse au lac ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois ou deux seulement ? Ah j'aurais dit un peu plus... ;-)
      Ma silhouette est un peu alourdie par mon manteau, mais il faisait très frais au bord de ce lac...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Je te sais lumineuse, mais à ce point là, tu as fait fort.

    Je me sens cerné par des miroirs ( http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2017/09/30/1956-miroir-mon-beau-miroir#co ), ça me rassure que tu ne sois pas blonde...

    C'est vrai que l'été est bien fini, mais un automne comme tu le décris, c'est pas dég. non plus...

    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie mille caro mio
      Non je ne suis pas blonde, et je n'ai pas les yeux verts, mais ça, tu le sais aussi...
      Et puis je n'ai pas vraiment envie de finir sur un ballast.
      Pour la lumière...tu es un bon révélateur.
      Mille baci di luce
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. C'est un texte très intéressant qui nous rappelle que la vie n'est que contemplation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher ami.
      Pour moi, la vie n'est quand même pas «que » contemplation...
      Mais j'ai dû mal m'exprimer...
      J'ai besoin de vertiger ma vie, aussi. de palpiter, de tumulter...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. J'ai appris à parler tant bien que mal, d'ailleurs, j'aime moyennement.
    Je me faufile entre tes commentateurs habituels.
    J'ai lu.
    Si tu connais pas " Bran Ruz " d'Auclair et Deschamps chez " Casterman ", jette un œil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon petit Bof qui es si gentil, heureusement que j'ai relu attentivement ton commentaire, parce que j'avais compris que tu aimais "moyennement" mon poème...
      Bon j'ai mieux compris que tu aimais moyennement parler...
      Je suis allée voir la BD.
      Ça m'a donné envie d'aller la lire, juste pour voir ce qui te bradasse...
      A diù siatz
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Comme tu évoques bien ce lac, j'ai l'impression de tout voir et de tout entendre. Cela m'environne le temps de la lecture et même me laisse un écho ensuite.
    Bises, Célestine.
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ambiance y était extraordinaire.
      L'air était transparent, et les sons résonnaient comme dans une cathédrale.
      Bisous ma jardinière fidèle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je t'ai déjà dit que j'adore ce que tu écris ?
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais je ne m'en lasse pas...
      Merci Angela
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je trouve la photo du lac-miroir superbe. Glaciale, mais superbe :)

    Je ne sais pas si vivre est toujours intrigant. Mais bien sûr ça dépend de ce qu'on appelle "vivre". En ce moment, vois-tu, je vis intensément. De tous mes sens, de toutes mes pores. Et rien n'est intrigant quand on vit ainsi. Je me surprends même à ne pas penser . Seulement ressentir. Nulle question pour me divertir. C'est fabuleux.

    Je lis aussi que tu parles des oies en partance, ce qui me ramène vers ce vol d'oies des neiges que j'ai vu passer il y a quelques jours...

    Je te sens sereine et c'est bon à lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooh ! des oies des neiges, ce devait être de toute beauté...
      Vivre est intrigant, oui, c'était un petit peu plus qu'une formule littéraire pour moi. Dès qu'on y réfléchit un peu, la vie est un mystère, et tout pose question.
      mais je suis d'accord que vivre intensément l'instant comme tu le fais, éloigne les questions. Tout semble alors fluide et évident.
      On se trouve à la bonne place, au bon endroit, et tout est bien. C'est ce qui t'arrive dans ces fabuleux paysages.
      Cela s'appelle l'harmonie.
      Je ressens souvent cela, et si c'est en cela que tu me trouves sereine, tu as raison.
      Emplis toi de ce bonheur calme et tranquille.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Coucou. Un bec en passant. Je regarde les oies et rêve devant le beau miroir. Je rame pour accéder à internet ces temps. Alors je m'envole à nouveau. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon envol ma chère Dédé.
      J'espère que tes problèmes trouveront rapidement une solution.
      A bientôt douce amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Cet "ornithopoème" en prose est magnifique, que dire de plus ? merci, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je dirais merci, tout simplement, Loïc.
      J'aime que mes écrits touchent mes lecteurs, et je crois que c'est un peu une lapalissade.
      Mais elle fait du bien.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Je rêve du Lac aux dames (Baum). Je ne l'ai jamais lu mais tu connais mon goût des lacs, des oiseaux (en vélo je viens de croiser mes amis hérons, ils sont hebdo). Un Lac aux Dames où des dames (un exemple au hasard, Celestine,) viendraient près de mon banc (j'ai une concession pour un banc près de chaque lac de France et de Navarre) réciter les poèmes que leur coeur leur a dictés, réussissant à me faire croire qu'ils m'étaient destinés.
    "O temps suspends ton vol". Mais le temps n'obéit guère. Il n'a guère obéi à Alphonse de Lamartine et Julie Charles.
    Entrelacs de bises Miss W. ATTB et merci pour ton ailée prose, elle est belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton rêve, cher Claude.
      Et une partie pourrait bien se réaliser, s'il suffit d'un banc, d'un lac et d'un poème. Ça doit bien se trouver facilement.
      Reste à trouver une date qui suspende son vol.
      Une sorte de parenthèse inattendue.
      Kisses from miss W
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Vivre avec le V de vertige, oui! De voracité, vérité, volupté... Vvvvvvvvvvvivre! Eh oui... c'est intrigant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joliment bien Vus ces substantifs en V
      Mais aussi Vigueur, virtuosité, volonté, vaillance...
      j'aime la lettre V, comme des ailes, comme des bras ouvert vers l'infini...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Tu es tout cela, ma chère Célestine, et plus encore, comme un miroir se reflète et renvoie ses beautés ses murmures et ses chants, ses cris et ses pleurs, tous ses bruits, ses échos qui bourdonnent ou sonnaillent, ... tu te fonds dans l'espace aux lignes sinueuses comme la vie est.. en magnifique ombre silencieuse révélée tu subjugues la page, imaginée en un si beau clair-obscur..avec ton regard qui se pose joliment sur l'horizon !
    Merci pour tes mots si poétiques chère Céleste,cueillis en ce doux dimanche mât-teint.
    Bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi, tu es capable d'écrire un poème à chaque commentaire, avec ses lignes et ses courbes, et ces parfums qui enivrent.
      Et je rougis en te lisant, comme cet horizon mordoré que j'ai tant aimé contemplé.
      Merci chère Den pour tes mots qui m'enjolivent la nuit.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Verlaine, ô douce joie ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Cette photo t'a-t-elle inspiré ce texte ?
    Ou la musique peut-être ?
    C'est toujours une source de curiosité pour moi ce que donne l'inspiration.
    Comment un paysage calme et reposant, presque lénitif, appelant l'apaisement, peut-il inspirer un texte aussi impétueux, frénétique, bouillonnant et déferlant (ce sont tes mots…).
    Un calme qui cache un tumulte intérieur ?
    une telle association : photo, musique et texte, permet de lire entre les lignes, les pixels, les notes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai réellement marché au bord de ce très bel étang, j'en avais d'ailleurs déjà publié quelques photos dans mon billet "jetlag" du 1° avril.
      Et ce jour là, cependant que je marchais en silence et émerveillée par ce spectacle sonore et visuel à la fois, je ne pouvais empêcher mille pensées de me tourner dans la tête.
      Et il me semble que c'est ce jour-là que j'ai compris que la contemplation seule ne pouvait m'apporter le bonheur. Que la passion impétueuse seule ne pouvait m'apporter le bonheur. mais que celui-ci résultait du savant mélange des deux.
      C'est ce que j'ai essayé d'exprimer dans mon texte.
      Les petits oiseaux, les fleurs, les arbres, oui. Mais aussi le vertige et la prise de risque.
      Me sentir vivante de ces deux façons contradictoires mais en apparence seulement...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ma modeste expérience me fait dire que la contemplation, à elle seule, n'apporte pas le bonheur, en effet. Au mieux elle apporte l'extase. Mais sans doute permet-t-elle de goûter le bonheur profond.
      Je comprends ton propos, notamment à cause des 1000 pensées qui te tournaient. Pour ma part, la contemplation est le meilleur moyen de me vider la tête des pensées encombrantes, par une communion du corps à ce que je contemple. La densité corporelle de la baignade par les yeux anesthésie les pensées parasites. c'est presque magique ! ( contemplation de la nature, mais aussi des personnes, des œuvres artistiques…)
      J'ai d'énormes difficultés à accepter que l'on « parle autour de moi » lorsque je contemple…
      c'est une ascèse parfois dans certains musées… que de bavardages !
      Quant à agir avec passion au service d'une cause… c'est probablement là la meilleure plénitude et le bonheur.
      Autour de moi, les gens passionnés par leur « agir » non seulement sont heureux, mais vivent vieux…
      j'ai peut-être encore quelques temps avant la fin…

      Supprimer
    3. Il y a mille façons de se passionner.
      J'aime cette réponse, cher Alain, qui te correspond. Et quelque part me correspond aussi.
      Je ne me sens jamais aussi vivante que lorsque je me passionne pour quelque chose (ou quelqu'un)
      Mon travail sur moi consiste à ne pas me laisser engloutir.
      Pour le silence dans la contemplation je te rejoins. Et je rejoins notre ami Pierre qui s'en paie une super tranche.
      Je crois être capable de ne pas parler à côté de quelqu'un qui contemple, mais plutôt de me jindre en pensée à sa contemplation.
      C'est sans doute ce qui manque le plus à notre époque de bavardages oiseux et incessants: l'ascèse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Tu dis juste, le problème du passionné et de ne pas se laisser envahir… (je ne parle pas de la passion amoureuse… quoique…). J'en sais quelque chose. Certains de mes engagements, j'ai bien failli y laisser ma peau…
      quoi qu'il en soit, arrive le temps d'une « sagesse obligée » ne serait-ce que parce que le corps ne suit plus…

      J'aime bien ta dernière phrase : L'ascèse, on en a totalement oublié les bienfaits….
      les gourmets sont ascétiques. C'est pour cela qu'ils ne se sont pas obèses… !

      Supprimer
    5. Et tu sais que je suis une fine gourmette...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Magnifique photo, sublime lumière, mots jaillissants! l'aurore pour le renouveau, le retour du goût puissant pour la vie, avant tout, la vie? Vas-y, elle t'attend, Célestine!

    Bises de blonde (keskèlzon les blondes?) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non elles zont rien, c'était juste une héroïne d'histoire qui se retrouvait trucidée sur un ballast...Une blonde aux yeux verts...
      Merci pour tes mots, belle blonde.
      J'y cours me jeter dans ses bras, à la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Des mots et des images d'une grande beauté. Merci Célestine.
    Moi, ce sont les mésanges qui zinzinulent que je vais attendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zinzinuler...voilà un verbe qu'il est mignon !
      merci chère eMmA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Les lacs reflètent nos états d'âme. J'aime beaucoup cette image des tumultes de la vie qui migrent comme des oiseaux. Et dans un poème fascinant de souffle.
    Bravo. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton avis compte beaucoup pour moi, et j'avoue que ce « fascinant de souffle » est fabuleux.
      Merci
      célestes pensées pour toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. La magie des miroirs,la magie de la poésie de ton texte(même si je ne suis pas spécialiste) opère comme au palais des glaces,reflets inversés,dédoublement d'images,à l'infini. Des doublements de personnalité,qui sait!Vues au travers du prisme de tes mots,images recomposées,beauté miroitée.
    Magie des mots réfléchis,à facettes,des mots parfois facétieux,impromptus,littéraires.
    Bref,tu l'as compris,tes mots sont tout le contraire d'un miroir,ni lisses,ni froids ,jamais sans teint mais empreints de la lettre V de vérité.

    Ce lac rougeoyant n'a rien d'un miroir aux alouettes(l'été reviendra)...
    juste des oies sauvages que tu regardes passer par dessus l'étang...

    pfffiou!t'as fumé quoi Xoulec?
    - rien,je ne fume pas.
    -ben alors?
    -Ben...c'est célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serais-je une substance illicite sans le savoir ?
      Un psychotrope ? Un champignon hallucinogène ?
      En tout cas, j'aime beaucoup ce que tu écris, et pour un non spécialiste des mots, il y a des tournures bien jolies dans ce que tu dis de moi.
      j'applaudis tes mots « à facettes, facétieux, impromptus, littéraires »
      C'est vraiment bien
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Un psychotrope non pharmaceutique alors!
      Ce sont tes mots qui sont stupéfiants,associés à cette photographie sublime.
      Pour mes mots,ce sont les tiens qui me les inspirent.

      Supprimer
    3. La photographie sublime étant la première, bien entendu... ;-)
      Stupéfiants...joli jeu de mots one more time.
      Tu tiens la forme on dirait, cher Didier.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est la deuxième que je préfère (qui n'est, hélas, forcément pas de toi). L'aura de lumière autour de ta tête te sied à merveille (heu, là, je sens que je ne soigne pas tes chevilles :-) )
      Ce qui ne veut pas dire que l'autre soit à jeter. Ce sont juste deux symboliques différentes.
      Baci mia Cara

      Supprimer
    5. Question piège!Je ne voudrais pas passer pour un goujat, mais j'ai déjà écrit sur la deuxième...

      Supprimer
    6. @Xoulec
      Je te taquinais, j'aurais aimé que tu me reparles de ce qu'elle t'inspirait. Tu avais été si mystérieux la première fois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. @Blutchy
      C'est vrai cette photo n'est pas de moi.
      J'en ai été émerveillée quand je l'ai vue, car il est vrai que je ne savais pas ce qui se tramait derrière mon dos...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Cette photo aussi est mystérieuse...Toi vu de dos,faisant le plein d'énergie solaire,t’imprégnant du spectacle du soleil couchant,dardant sur ton visage ses derniers rayons du jour.Cette photo donc est la signature de ce billet(jetlag).
      J'aime bien le mystère,c'est une clef de l'imagination,de l'imaginaire.
      L'imagination parfois fonctionne à plein régime...
      Cette image un peu mystérieuse a fait naître une émotion liée à un souvenir,à une autre image...Ce jour-là,après avoir lu ce billet,j'ai été très ému.Je n'avais plus de mots,je n'en ai guère plus aujourd'hui.
      Bises mystérieuses

      Supprimer
    9. Merci d'avoir essayé, mais tu as raison, les mystères ne devraient jamais être éventés, sous peine de perdre de leur charme...
      T'imaginer ému m'émeut.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Cela m'arrive quelquefois...D'être ému,mais je me soigne,je suis un peu sauvage, un peu ours(je fais semblant). Bref je me protège.
      T'imaginer ému de m'imaginer ému m'émeut;)

      Supprimer
    11. En effet,je t'embrasse
      Belle nuit à toi

      Supprimer
    12. De même, cher ami.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Et la je viens de découvrir la magie des miroirs.
    Il est clair que pour un annecien comme moi tout ton texte entre en résonance avec maints souvenirs....
    Ce lac tour à tour miroir sous le soleil d'été ou sur cette partie du lac gelé par un hiver particulièrement rigoureux.....
    Oui mon beau miroir peuplé
    de cygnes plutot que d'oies....
    Les cygnes qui lui donnent peut-être plus de majesté que dans ta vision des autres volatiles...
    A cette heure ou je vais me coucher j'aime m'impregner
    de cette atmosphère que tu décris si bien....

    Bisous
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça les cygnes sont plus majestueux que mes volatiles ?
      Moi je trouve les oies très majestueuses dans leur liberté brassenssienne...
      Les oiseaux de passage ont toujours eu toute ma tendresse.
      Mais j'aime ce que tu dis sur le lac d'Annecy qui est vraiment superbe, c'est vrai.

      Et dis donc, c'est quoi ces façons de me piquer mes étoiles ? ;-)
      Bisous célestes

      Supprimer
  29. C'est dingue comme les lacs fascinent, les sportifs , les amoureux de la nature, les poètes et les chanteurs.
    Je pense à Julien Doré, dans son dernier album...d'ailleurs tu dois connaître son lac, celui de la Madonne...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Julien Doré aime beaucoup Saint Martin Vésubie, d'ailleurs le tournage de son clip a été l'occasion pour lui de rester longtemps dans le village. Il y a des amis, et ses racines (une maison familiale que l'on aperçoit au début du clip)
      Et dans le même clip, il porte un blouson avec le symbole du parc à Loups « Alpha »
      Quant aux paysages grandioses que l'on admire tout au long du clip, j'y suis en ce moment même. Et je ne m'en lasse pas...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, j'avais reconnu le blouson...je l'ai visité ce parc !

      Supprimer
    3. Ah et tu as vu les loups ?
      Moi je n’ai pas réussi à en voir la queue d’un...😊
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Et ce matin, ton texte prend tout son sens, l'automne est là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ici aussi. Et les couleurs sont sublimes ici aussi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Comme ils sont beaux tes agencement de mots, comme ils nous caressent dans le sens du poil pour nous emmener dans tes cieux, dans tes yeux... bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est très joli ce que tu dis, et toi aussi tu joues avec les mots, ma Brizou.
      Dans tes cieux, dans tes yeux, j'aime !
      Bizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Echange de bons procédés : https://plus.google.com/u/0/+tiniakleniak/posts/PSjv9caZKEn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, c'est adorable !
      Reviens quand tu veux !
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. A mon âge, je n'aime plus trop les tumultes. Et pourtant j'ai été un passionné de plein de choses !Maintenant tout cela a pris une autre forme.....Comme un apaisement.....A tel point que je commence à m'inquiéter d'un début d'indifférence. Mais non ce n'est pas cela, simplement un peu de recul.....C'est l'âge qui est là !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ton âge ? Tu ne m'as pourtant pas l'air si vieux pour parler déjà comme ça...
      Moi j'ai besoin que ça bouge, que ça vibre, que ça brasse, que ça me bouscule...
      C'est grave docteur ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Réponses
    1. Précis et concis.
      Merci. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. La lumière glisse encore sauvage sur le sourire de l'horizon. Alors moi, comblé, je me perds dans son regard...
    Comme c'est beau!
    Bises émerveillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est d'une beauté ineffable, et que pourtant les poètes savent toujours dire...
      Comme tu le fais si bien ce soir.
      Le sourire de l'horizon...c'est une trouvaille. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Encore un de perdu !
    Je disais que j'avais vu l'autre jour un vol d'oies sauvages et que ça m'avait émue.
    C'est pas un com' inoubliable, mais c'est bête de la perdre quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais je me bats en ce moment contre un spam envahissant qui utilise le nom de mon hébergeur de blog comme pseudo...C'est malin pour passer la barrière.
      Mais j'espère que je vais m'en débarrasser rapidement. J'ai déposé une réclamation auprès de Blogspot.
      Alors ton joli com d'oies sauvages est peut-être passé à la trappe dans le lot et je m'en excuse.
      Si ça se trouve, je vais être obligée de modérer les commentaires le temps que ça se calme...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Le tumulte s'éloigne et, dis tu, tu es sûre qu'il reviendra ; tu me sembles attendre son retour comme un ressac, le va et vient des vagues qui inlassablement viennent s'écraser sur la berge. Les amitiés, les amours aussi , s'en vont mais c'est parfois pour ne jamais revenir. Tristesse amoureuse, mélancolie face à l'étendue d'eau.
    T'as d'beaux yeux tu sais mais t'as aussi un beau dos :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu ne parles pas de notre amitié à nous ma Chinou. Celle-là est bien présente et je la cultive comme une fleur rare et parfumée. D'ailleurs j'ai hâte de te revoir.
      En attendant (beau dos) je te souhaite la plus douce des journées. 💜
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Alors ce spammeur il va arrêter de nous les briser menu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu comme je lui ai rivé son clou, à ce blanc-bec ?
      Avec l'indulgence de mes lecteurs qui acceptent de jouer le jeu de la modération pendant quelque temps...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Je pense que nous avons besoin de contemplation mais aussi de tumulte, ils sont complémentaires. Les périodes tumultueuses sont parfois douloureuses également, alors la contemplation nous calme et nous soigne...
    Un bien joli billet, dame Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as exactement tout dit, belle d'âme.
      Merci beaucoup, et pardon pour la modération (voir plus haut)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Jolie prose et lumineux sujet, quel cadeau une fois encore céleste Célestine. Bises miroitantes. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cadeau que j'aime faire à mes lecteurs, ma belle plume !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. T'aimer sur le bord du lac, ton cœur sur mon corps qui respire... ;-)
    Quel joli texte tu as écrit une fois de plus.C'est plein de poésie, l'eau dormante qui incite à la contemplation, à la rêverie, les oiseaux sauvages qui le survolent, la nature qui l'entoure...et l'être qui se fond dans cette plénitude, ça fait rêver...
    Merci pour ce beau texte apaisant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine quelques uns de tes personnages blottis sous les roseaux au bord de ce lac superbe...
      Des petites princesses et des rois grenouilles.
      Merci à toi d'être passée, Maryline.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. C'est un très beau texte, Célestine, je commence à reconnaître ton "style", ta "voix" ...
    J'aurais voulu participer à cette consigne, mais je n'en ai pas eu le temps.
    J'aime beaucoup les Impromptus que je suis fidèlement depuis le début.
    J'ai plus de mal avec les guirlandes... o;)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est extrêmement flatteur ce que tu dis là.
      Merci beaucoup.
      J'ai participé à l'enguirlandage, tu as vu ?
      Au sens propre...
      Bisous ma belle Pivoine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. J'ai un lac près de chez moi et j'y vais souvent ....
    C'est un besoin ....Tout me parle également comme de jolis échos ...A bientôt Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et Bienvenue sur mon totem, Betty... Harmony !
      A bientôt.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. S'extasier devant un lac.... et voici que l'imagination de Célestine s'enflamme, ses mots s'envolent pour nourrir la nôtre.
    Beaucoup de lacs par ici dont un , dans le Queyras, qui porte le nom de "Miroir" !
    Belle journée lumière
    Nicmo

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.