lundi 6 novembre 2017

Il ferait beau, voir...









Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail." (emprunt à Simone, jeune fille rangée.)




Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je vais laisser pousser ma moustache, décida-t-il" (emprunt à Jean-Paul, celui qui écrit sur le mur.)






« Je suis née à quatre heures du matin, le neuf janvier mil-neuf-cent-huit, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail. »
Oui j’aurais pu commencer ainsi mes mémoires, mais d’abord, je suis encore un peu jeune pour me retourner sur ma vie, et puis, je suis née plus tard, beaucoup plus tard, et dans un deux-pièces où mes parents s’aimaient comme deux pigeons, qui donnait sur le Garlaban couronné de chèvres de Pagnol. Et pour te dire toute la vérité, je n’ai jamais été trop rangée… 

Ah Simone, si tu savais comme être une femme libre est toujours aussi compliqué. Palpitant, certes, émouvant, formidable, tout ce que tu voudras, mais compliqué.
Et encore, je ne me plains pas. J’aurais pu naître au Yémen, ou en Afghanistan sous les talibans, ou au fin fond de l’Afrique, pilant le mil en regardant tomber mes seins vidés comme des outres en peau de zébu.
J’aurais pu être pute sur un trottoir à Manille ou à Tanger, pour d’autres colonies de vacances…J’aurais pu être exposée en vitrine à Amsterdam, ou vendue à la sauvette dans les bas-fonds de Fortalerza. Interdite d’études, de conduite, de téléphone, murée dans un sac, enfermée derrière un grillage, mariée de force à huit ans, violée, excisée, et lapidée ou brûlée vive pour me punir d’adultère…

 Mais je suis née comme toi, dans le pays des Lumières, et ton Deuxième Sexe a bercé mon adolescence de rêves flous et beaux. J’avais des fleurs dans le cœur et les cheveux, Hare Krishna à mort, le guide du routard dans la poche. Je fumais des gauloises bleues, la la la…les beaux jours…
C’était bien chez Laurette. Alors je sais, parfois on est un peu difficiles à comprendre (ou à supporter) avec nos hormones en dents de scie, nos lunatismes, notre encombrante féminité. Mais ça devrait pouvoir se régler entre gens de bonne volonté. Je connais des hommes tellement merveilleux, et si soucieux de cet équilibre fragile sur lequel repose l'avenir de notre engeance…
Eh bien, imagine-toi, chère Simone, que plus de cent ans après ta naissance, on est pourtant encore en train de se battre pour ne pas être prises pour des gourdes, des objets, des poupées. Encore en train de crier « ni putes ni soumises » encore indignées, révoltées contre des choses que tu pensais en passe de se résoudre, et dont je t'épargne la liste…
Alors elle est où la sortie de secours, Simone, pour les femmes, et surtout pour celles victimes de violence, tombant sous le joug d’un crétin allumé par son cerveau reptilien ? Faudra-t-il que, comme le disait Jean-Sol Partre, ton vieux complice, nous en soyons réduites, pour qu’on nous respecte, à déclarer :

 « Je vais laisser pousser ma moustache » ?  

¸¸.•*¨*• ☆

Sur une consigne de Lakevio
Et pour les Impromptus Littéraires, sur le thème de la sortie de secours.
Merci à quelques humains de sexe mâle formidables, Renaud, Yves Simon, Pierre Perret, Pagnol, Maxime Le Forestier, Delpech...etc





149 commentaires:

  1. Réponses
    1. hi hi hi ! mort de rire.
      Bon je vais voir...c'est vrai que c'est de l'entretien, c'est du boulot...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Bien joué. Un texte plein d'à-propos et dans l'air du temps !ça secoue fort dans les branches en ce moment! C'est presque la lutte finale !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme j'aimerais que tu dises vrai, mon petit daniel, toi qui fais partie de ces hommes merveilleux dont je parle dans mon billet...Mais je crois que la lutte devra durer encore de nombreuses années...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. C'est peut-être la première fois que je te laisse un commentaire, même si je te rends visite assez souvent... Ton texte m'a bouleversée ! Nous oublions que nous les Occidentales, sommes des privilégiées au regard de trop de femmes comme tu les décris.
    Merci de nous l'avoir rappelé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de savoir que tu me rends visite souvent. Tu étais déjà venue (j'ai vérifié sur mon totem) mais tu avais le pseudo de La Bourlingueuse...J'avais perdu ta trace...
      Merci pour ta phrase qui me touche beaucoup.
      A tout bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Comme la Joconde de Marcel Duchamp alors ?

    Epaté par ce coup double.. et ce revers lifté !

    Oserai je ajouter : "Pilosité missa est" ?
    J'ai osé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra expliquer à Antonio que c'est Duchamp qui a enmoustaché la Joconde...
      Sinon, j'adore quand tu oses. J'en ris encore de ce jeu de mots...
      Excellentissime !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. bravo, Célestine! magnifique! j'applaudis et j'admire :-)
    (et comme tu le sais, mes compliments sont rares donc vrais :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je le sais. Et donc, je te laisse imaginer combien je goûte la chose !
      Cela illumine une soirée grise et neigeuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ah mais c'est très bon ça, très très bien tissé! Comment les femmes des pays qui les étouffent, les écrasent, peuvent espérer s'en sortir quand on en est encore, nous, à lutter pour tant de choses? Car c'est aussi pour elles que nous ne lâchons rien, jamais!

    Elle nous l'avait pourtant dit, Simone, qu'on n'avait pas fini d'en baver des ronds de chapeau, qu'il nous faudrait rester vigilantes, toujours, que l'acquis n'était pas à l'ordre du jour, ni du lendemain!

    Deux liens pour toi, tiens, cadeau: http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/11/05/francoise-heritier-j-ai-toujours-dit-a-mes-etudiantes-osez-foncez_5210397_3224.html?utm_campaign=Lehuit&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

    https://youtu.be/pPH2GEB7-X0

    Une femme qui a presque l'âge de ma mère, un jeune homme. Les 2 (que tu connais peut-être) réchauffent le cœur et l'esprit!

    Merci pour ce texte qui se lit à bride abattue, et se relit avec gourmandise!

    Bises féminines ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais, chez toi aussi, le petit clin d'œil à Vian, j'adore!

      Supprimer
    2. Je voudrais te remercier du fond du coeur pour tes deux liens, que je m'empresse de rendre cliquables afin que consultables plus facilement.
      D'abord l'excellente interview de Françoise Héritier.
      Fabuleuse déconstruction de certains mythes, y compris la différence morphologique homme/femme qui serait peu à peu devenue culturelle et induite. Fascinant.

      Ensuite Tout le monde s’en fout titre très ironique et video délicieuse sur la «culture du viol»

      Oh comme ça fait du bien, tu as raison. Un vrai rayon de soleil....
      Bisous joyeux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. PS. L'Ecume des Jours est un de mes livres-cultes...ceci explique peut-être cela...

      Supprimer
    4. Oui enfin, dans mon enthousiasme, je me rends compte que ça m'arrache un peu le foie d'écrire « délicieuse » à côté de « culture du viol »
      Alors disons que l'auteur de la video est délicieux et réjouissant. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'abonde, je ne peux dire que ça, j'abonde. Mais la consigne de Lakevio permet-elle de commencer ainsi "je suis né à quatre heures du matin"?
    Bises Angel Baby. Je n'ai jamais envisagé la moustache. ATTB.

    Ton ami Edualc, un homme tellement merveilleux, et si soucieux de cet équilibre fragile sur lequel repose l'avenir de votre engeance… Et si, modeste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à rajouter à cette abondance de bien.
      Une toute petite rectification : j'ai écrit « notre engeance ».
      En parlant de l'humanité toute entière.
      Tu peux donc laisser le « notre » même si tu mets la phrase au masculin.
      Kisses my sweet friend
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est noté chère toi. Fais-je le calembour sur l'engeance qui est un plat qui se mange froid? ET bien oui, j'ose. Kisses my dear Lady. ATTB.

      Supprimer
    3. Il aurait été dommage que tu te privasses d'un jeu de mots aussi drôle...
      Que dis-je ? Que tu nous privasses... ;-)

      Supprimer
  8. ohhh .... pauvre Léonard de Vinci!! :) :)
    douce soirèe, chère Cèlestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Leonard, il faut s'en prendre à Marcel Duchamp, auteur de ce tableau en forme de clin d'oeil...
      Belle soirée à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Il faut se battre comme des femmes intelligentes que nous sommes, Simone a dit :"Se vouloir libre, c'est aussi vouloir les autres libres", plutôt que la guerre des sexes, je souhaiterais un rapprochement des sexes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr. C'est pourquoi je parlais de tous les hommes avec qui il est possible de se rapprocher pour construire un autre paradigme.
      Des hommes merveilleux, comme celui que tu as épousé. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Dame Céleste, le bonsoir. Je vous lis toujours, vous savez. Je vais tenter l'effort et l'exploit de chercher et trouver le bon raccord que voici ! Promis-juré, rien n'est moins sûr que l'incertain... Ce qui d'une certaine façon l'est ou pas, ou à peu près.
    Bises, biz, biz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! Le savoir me comble d'aise, cher Rod.
      Positivement.
      Et réciproquement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Apparemment, "L'écume des jours" a inspiré aujourd'hui.

    Et j'aime beaucoup ton devoir.
    J'agrée totalement à ta vision.
    Sauf un détail.
    Un léger détail.

    Les femmes ne devraient pas dire « Je vais laisser pousser ma moustache »
    Parce que ça finit par arriver... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur un plan strictement philosophique, et dans l'optique de la déconstruction des mythes et des croyances tenaces chères à Françoise Héritier, pourquoi une femme à moustache serait-elle moins agréable à embrasser qu'un homme à moustache ? Non parce que je ne sais pas si tu le sais, mais embrasser une moustache tient parfois du supplice...
      Bon l'essentiel est quand même que blague à part, tu sois un homme merveilleux. De ceux dont à propos desquels que je causais avec ta chère et tendre. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne sais pas si embrasser une moustache tient ou non du supplice.
      Cela dit, on peut trouver des équivalences...
      Personnellement, si je n'ai pas de goût pour la moustache, ses équivalences ne me déplaisent pas du tout.
      Et si j'adhère tout à fait à certaines idées de Mme Héritier, je n'adhère pas à toutes.
      Notamment à la déconstruction systématique de tous les mythes.
      Vider la mythologie est tout bêtement ramener l'espèce humaine à son destin uniquement animal : se reproduire.
      Elle-même en aurait été gênée elle aussi et n'aurait probablement pas pu exercer sa liberté de choix comme elle l'a fait car les préjugés n'ont nul besoin de fondations mythologiques pour faire leurs dégâts...
      Mais ce n'est que mon avis.

      Supprimer
    3. Déconstruire le mythe selon lequel les hommes seraient physiquement « plus forts » que les femmes, me semble être un grand pas au contraire vers l'égalité des sexes.
      Regarde combien il est impossible, à moins d'y regarder de près, de distinguer une jument d'un cheval ... Et je ne sache pas qu'une jument soit moins forte ou courre moins vite que son homologue masculin...
      Alors, oui, ce n'est que ton avis, et Françoise Héritier ne fait pas de déconstruction systématique. Elle tente d'éclairer le débat sous des jours nouveaux.
      Je sais que tu n'es pas le mauvais cheval, et que tu comprendras ce que je veux dire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Pour les juments, je ne suis pas expert mais il me semble bien qu'il faut surtout regarder par derrière et que là, la différence saute aux yeux.

      Il y a un chapitre intéressant dans un vieux bouquin ("Le singe, l'Afrique et l'Homme" de Coppens)qui justement aborde le sujet du dimorphisme sexuel chez les mammifères d'une façon différente de celle couramment entendue.
      Ça m'avait assez convaincu de l'utilité de l'amour dans la perpétuation de certaines espèces.
      (et c'est là que ça se gâte parce que jusqu'à nouvel ordre, maltraiter les femmes n'est pas la plus preuve d'amour qu'on puisse leur donner, quant à prendre de force ce qu'elles ne veulent pas donner ou donner à quelqu'un d'autre est tout à fait incompréhensible pour moi. Ma moitié préférée m'a dit tout à l'heure "rien que l'égalité des salaires serait un grand pas vers l'égalité des droits" ajoutant "au moins les femmes pourraient se payer des cours de karaté". Evidemment j'ai eu tort de remarque que s'il y avait réelle égalité des droits, les femmes n'auraient pas besoin de cours de karaté". Je n'avais pas pensé au viol, qui se fout de l'égalité des droits... )

      Supprimer
    5. Ta première phrase abonde dans mon sens en fait : quand on voit un cheval courir, on ne sait pas si c'est un mâle ou une femelle. Et un des plus mythiques chevaux de course de tous les temps, fut Une de Mai, une jument. D'ailleurs, au tiercé, les chevaux et les juments courent dans les mêmes courses, c'est quand même dingue de se dire que les chevaux sont meilleurs que nous sur ce plan-là. Et c'est là qu'intervient le mythe de la soi-disant "faiblesse physique naturelle de la femme" Quand on voit certaines lanceuses de poids ou haltérophiles, on se dit qu'on n'aimerait pas se les mettre à dos...
      Et toute femme " élevée et entraînée comme un mec" devient "aussi forte" qu'un mec.
      D'ailleurs la meilleure preuve, c'est que pour savoir si un bébé qui vient de naître est un garçon ou une fille, on fait comme toi pour les chevaux...

      J'aime beaucoup ton dernier paragraphe.
      D'autant que tu "n'avais pas pensé au viol" c'est tout à ton honneur, moi je ne passe pas un jour sans y penser, pour des raisons personnelles.
      Quant à ta moitié d'orange (supposant que tu es l'autre moitié) c'est une belle expression très poétique, mais elle est souvent interprétée par les machos comme l'équation un homme = deux femmes...
      Pfffffff...y a encore du boulot.... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    6. Je ne voudrais pas troubler la sauce, mais je crois que l’hippisme est la seule discipline sportive unisexe.
      Ce Sidi, il n'y a rien de dégradant à avoir des performances physiques différentes entre hommes et femmes.
      Ce que les femmes n'ont pas en tonus instantané elles le retrouvent en endurance et, si j'ose.... en grâce. Ce dernier particularisme me semblant d'ailleurs plus séduisant que des biscotos de déménageurs...
      Je préfère parler équivalence plutôt que d'égalité.
      Egalité des droits ça me semble aller de soi bien sûr, mais pas l'identité morphologique. Ni d'ailleurs la similitude du mode de pensée.
      L'homme agit et pense différemment de la femme et c'est, à mon sens, heureux car nous avons besoin des deux modes de fonctionnement. La personne qui serait capable de s'auto-suffire totalement doit être bien seule et bien triste.

      A l'origine, l'expression "ma moitié" devait s'entendre: "Mon autre moitié". On pourrait dire maintenant: Ma part manquante"; et ça concerne les couples fusionnels.

      Baci Carrissima

      Supprimer
    7. Eh bien ...tu lies la sauce plutôt que de la troubler...
      Et c'est évidemment en terme d'équi(ne)valence que je tire mon chapeau aux juments qui ont su me démontrer qu'un autre monde c'était possible.
      La grâce dis-tu ? Celle de Noureev me semble beaucoup plus évidente que celle d' Angela Merkel...Tout est relatif comme disait mon vieux pote Albert...
      «performances physiques différentes » dis-tu encore ...Evidemment, mais pourquoi avoir bâti tout un système socio-politique depuis des millénaires en s'appuyant sur ces différences et en en faisant une supériorité ?
      Quant au mot moitié, tu es ma moitié d'orange intellectuelle, Blutchiamo. Mon hémisphère nord. Ne l'oublie jamais. Je suis ton pile et toi mon face...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. C'est évidemment con de trouver un motif de supériorité dans la brutalité... C'est juste un détournement de plus contre l'Humanité.

      Notre vieux pote ne t'a pas dit si Noureev était vraiment un homme et si Merkel est bien une femme ou un clone de Brutus...
      Heu... dois-je t'appeler Wonder? :-D
      Il vaut mieux en effet pile et face que file ou passe...
      L'expression est belle et reflète bien notre complicité
      Ti voglio bene

      Supprimer
    9. @ Blutch Je me demande en quoi Noureev aurait pu ne pas être un homme... Reste qu'en matière d'alliance harmonieuse de puissance et de grâce, les danseurs et les danseuses classiques sont une éclatante démonstration. Les chevaux et les juments aussi, d'ailleurs, à bien y penser ;-)
      Enfin ma moitié d'orange et moi-même, l'autre moitié, sommes les deux complémentaires nécessaires pour que l'orange soit entière, mais pas fusionnels pour autant (heureusement); il a sa vie, j'ai la mienne, très distinctes. C'est juste que ces deux vies ont toujours autant de plaisir à cohabiter dans la même orange :-)
      La fusion, c'est un peu la dissolution de l'un dans l'autre... c'est terrifiant!

      Bises indépendantes, gracieuses et musclées


      Supprimer
    10. A voir cette photo, pas de doute... ;-)
      Je serais assez de ton avis concernant la fusion...mais tous les goûts sont dans la nature, les indépendants et les fusionnels...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. @ La Baladine
      Faut-il donner le mode d'emploi d'une culture du mauvais esprit au 2e degré ? :-)
      Du moins en ce qui concerne Noureev, car pour la chancelière, c'est juste un constat concernant son action politique...

      N'étant pas dans un couple "fusionnel", je préfère parler de ma compagne. En couple parce qu'on se sent bien d'être à deux pour partager un mode d'existence, mais pas amputés non plus de ne pas être ensemble.
      Bises d'un même tonneau, mais toutes fois un peu moins dans la grâce :-)

      Supprimer
    12. Hum... il me semble que le mauvais esprit fait fi de la subtilité que requiert le second degré ;-)

      Supprimer
    13. @ La Baladine
      Comme disait Coluche: Dégout et des couleuvres, ça se discute pas.. :-)

      Supprimer
    14. Le mauvais esprit de Charlie hebdo est pourtant bien du second degré... mais à notre époque, ça devient difficile d'exercer le métier d'irrévérencieux...Ils sont où, les Coluche, les Dac, les Desproges et les Professeur Choron ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. Je ne vois pas de mauvais esprit chez Charlie, mais de l'outrance. Il y a dans le mauvais esprit une notion de malveillance qui n'est pas Charlie... Les gens que tu cites ne se moquaient (à outrance) que de ce qu'ils dénonçaient, me semble-t-il; Dieudonné, par contre, pratique le mauvais esprit.
      Bises qui aiment rire

      Supprimer
    16. Et j'ajouterai que ce qu'il y a de bien avec l'outrance, c'est qu'elle n'est pas forcément exempte de finesse ;-)
      Jérémy Ferrari aujourd'hui?

      Supprimer
    17. En fait je comprends mieux ce que tu voulais dire.
      Je voulais dire la même chose que toi, sauf que je prenais le mot "mauvais esprit" au second degré : dans le sens indiscipline, insoumission...irrévérence donc. On m'a souvent dit que je faisais du mauvais esprit ou que j'étais insolente, ou que je "raisonnais" alors que j'exprimais simplement que je n'avais pas envie d'être un mouton qui accepte tout...
      Tout est toujours une question de mots...
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Elle n'est pas bête comme idée…
    et puis cela nous changerait de la femme à barbe…
    Rends-toi compte : tu deviendrais la Conchita Wurst Française des blogs…
    encore plus fort que la Française des jeux…
    ;-)
    La femme est une moustachue comme les autres…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve la beauté de Conchita Wurst absolument époustouflante.
      Entre nous.
      Simone aurait à écrire de nos jours « le Troisième Sexe ». Parce que là aussi il y a du boulot pour faire admettre à la société que les LGBT sont des êtres humains comme les autres.
      ¸¸.•*¨*• ☆
      Je prends ta dernière phrase comme une expression militante de ton féminisme solidaire.

      Supprimer
    2. Je suis pour un féminisme indifférent aux différences de sexe… ce qui pour autant ne me rend pas indifférent aux différences…

      Supprimer
    3. Je te répondrai que l'homme est une femme comme les autres. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Frida Kahlo n'était pas mal non plus ;-)

      Supprimer
    5. L'androgynie a toujours inquiété les esprits obtus qui aiment bien les choses dites « normales »...

      Supprimer
  13. C'est excellent.
    Rien à ajouter à cette lettre magnifique...
    Et soyons optimiste.
    Il y a de ces femmes moins chanceuses que nous qui tentent de faire avancer les choses...
    Et pour nous non plus ce n'est pas facile... Mais tout dépend un peu du milieu...

    Pivoine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pivoine
      Je comprends ton commentaire chez toi.
      Oui, n'oublions pas que nous avons la chance d'être des femmes en occident...
      Et soyons optimistes, oui.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Soit dit en passant il y a des féministes qui se battent pour qu'on fiche la paix aux femmes avec leurs poils... Enfin j'aime bien les barbus sans doute à cause du look années 70, mais parler poils me couper quand même un peu l'appétit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui...la mode des poils...des barbes, des torses lisses et de l'épilation du maillot...
      Effectivement, les diktats sont nombreux !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Joli billet Célestine, un bill:et qui aurait plu à Simone De Beauvoir . Quel que soit le pays d'origine , une femme se doit d’être respectée et aimée !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta formulation: « une femme se doit »
      Je dirais plutôt qu' « un homme se doit de respecter et aimer une femme ».
      mais j'aime l'idée que Simone eût apprécié mon texte.
      merci Jerry !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J’avais 20 ans et c’était en 1959. Insomniaques, un ami et moi devisions sur la connerie de la guerre qui nous mettait en kaki, sous le beau ciel kabyle étoilé. Puis il est parti, se marier. Et m’a laissé un livre tout défraîchi : « Le deuxième sexe », avec son annotation en page de garde : « Guerre = Folie d’un monde sans femmes »... Et c’est dans ces circonstances que je suis né à nouveau, ai pris du poil d’homme pacifiste-féministe (c’était avant-avant-hier-nuit... on peut naître un certain nombre de fois, avant et après sa naissance biologique!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. erreur : Ce n'est pas "le deuxième sexe" mais bien "souvenirs d'une jeune fille rangée" dont il s'agissait...

      Supprimer
    2. Ton témoignage est très fort et émouvant, Rem.
      j'aime beaucoup l'idée des naissances successives, j'ai l'impression depuis toujours d'abandonner des mues successives sur le bord du chemin...
      J'aime bien ton "poil pacifiste-féministe".
      Merci !!!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Deuxième Sexe ou Mémoires d'une jeune fille rangée, c'est toujours du Beauvoir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Excellent, que dis-je? Excellentissime!!!

    C'est vrai que nous, les femmes Françaises ne nous rendons pas forcément compte de la chance que nous avons, comparées à d'autres, ailleurs. Surtout certaines qui adoptent des accoutrements aussi exotiques que moyenâgeux au nom de leur libre choix (tu parles! Mais bon chacune est libre de choisir son bonheur dans la soumission...).

    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine que le choix de ces femmes soit un choix réellement libre et éclairé.
      le poids de l'éducation et de la tradition doit les conditionner à accepter de façon plus ou moins fataliste ce destin.
      Nous avons de la chance, oui, mais il ne faut rien lâcher...
      Gros bisous belle jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bonsoir Célestine,
      J'aurais dû mettre un smiley derrière mon commentaire car quand j'ai parlé de "libre choix", c'était du second degré.
      En fait, je suis du même avis que toi.
      Bisous,
      Mo

      Supprimer
    3. Ah oui, je préfère ça !
      Le second degré s'impose en effet...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Voilà une belle envolée lyrique comme je les aime: fougueuse et captivante.

    Avec Simone, Jean-Paul et les autres, on a vécu des lendemains qui chantaient. Maintenant, ils déchantent pour tous.
    Dans la Turquie d'Ataturk, le voile était banni. Dans la Tunisie de Bourguiba, les femmes n'étaient pas sous la tutelle des maris et elles pouvaient divorcer.
    Les Juifs avaient de l'humour et savaient se moquer d'eux-mêmes...
    Mais il y avait aussi et surtout une foi en un avenir meilleur.
    Les intégrismes religieux et financier ont tout balayé et tout est à refaire...

    https://www.youtube.com/watch?v=YajAf5sRHtE

    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie la chanson de Chelon. En voilà un qui avait de beaux textes passés un peu inaperçus...
      Merci pour tes mots fougueux et captivants.
      J'essaie de garder un peu d'optimisme en un avenir meilleur.
      j'ai un ami qui me dit toujours qu'il est trop tard pour être pessimiste...
      D'ailleurs ses grandes envolées lyriques me manquent un peu, ainsi que ses dialogues débridés avec Candide et Bizak qui sont partis je ne sais où...
      Bref c'est novembre...
      Le moral descend comme un baromètre sur un porte avion biélorusse.
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'étais tombé sur un texte chez Erby Kessako qui mériterait d'être largement diffusé...

      http://erbykezako.blogspot.fr/2015/09/ne-pas-confondre.html

      De fait, le voile n'est pas une "prescription" de Mahomet mais une tradition tribale dévoyée pour asservir la femme.

      Faut dire aussi que les conards qui voilent leurs femmes ont une sainte chiasse de se la faire piquer car elle aurait très peu de risques de pouvoir tomber plus mal...

      Les curetons ne font pas mieux avec leurs nonnettes :-( et en plus elles doivent se compresser les seins...
      La chasse aux impurs, aux hérétiques, aux apostats n'est pas, non plus, une nouveauté islamiste... Les Salafistes n'ont rien inventé de pire que l'Inquisition catho.
      On peut sortir de tout ce merdier en refusant de le cautionner par son silence et en refusant d'alimenter leurs systèmes.
      L'Humanité sortira de ce bourbier car elle n'a pas d'autre alternative. Elle le fera d'autant plus vite si on cesse d'alimenter le système.
      Il y a d'autres combats beaucoup plus importants que l'anti-islamisme.
      Les infections nosocomiales tuent deux fois plus que la bagnole, pourtant le principal responsable est identifié: Le manque de personnel qualifié.

      Le bon côté des choses, c'est qu'on peut (encore) s'exprimer et que si on a pu se sortir du servage et que la femme européenne a, en droit à défaut d'être toujours dans les faits, un statut "enviable" sur l'échelle internationale, c'est la preuve que tout est possible.
      Notre démarche de Colibris peut déjà être de choisir d'où vient ce qu'on a envie d'acheter et de savoir renoncer à ce qui se produit dans des pays-salauds qui ne respectent pas leur population et/ou leurs voisins.

      Je suis assez vieux pour me rappeler les campagnes de boycott US à cause de la guerre au Viet-nam. Vas savoir pourquoi, mais la vindicte populaire s'était figée sur Coca. 30% de perte de marché en Europe, le PDG de Caca-Collé avait réclamé (et obtenu) l'arrêt de cette guerre à Nixon.
      Même s'il y a maintenant des lois anti-boycott, on peut récidiver avec n'importe quelle nation.

      Même s'il apponte trop brutalement, le baromètre se fera pas sombrer le porte-avion, vu sa position géostratégique dans l'ex-URSS :-)
      Ti abbraccio e TVB

      Supprimer
    3. Ah bon ? il y a des lois anti-boycott ? Pourtant ça fait des années que je boycotte certains produits issus de la mondialisation galopante (la bande à Monsanto) et je n'ai toujours pas été arrêtée...
      J'ai ça dans ma cuisine en guise de pense-bête.
      Le texte d' Erby est vraiment intéressant, car il montre à quel point les « ouailles » sont manipulées par des croyances idiotes et jamais remises en question.
      Un peu comme les consommateurs d'ailleurs. Le dieu argent a aussi ses prêtres et ses dogmes...
      Tout est à refaire, donc, mais tu es plus optimiste qu'hier. Allez, on va dire qu'on y arrivera.
      Grazie mille per tutti
      Baci e tvb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Il est interdit en France d'appeler à boycotter Israël, sous peine de délit d'anti-sémitisme et de toute la panoplie de sanctions qui vont avec...
      Parce que pour ce pays particulier, critiquer l'action gouvernementale, c'est s'en prendre à leur dignité religieuse...
      Plainte avait été déposée contre le Juif Stéphane Hessel pour anti-sémitisme car il avait osé critiquer vertement les actions de l'armée de ce pays et appelé à ne pas le soutenir commercialement...

      On voit de moins en moins de produits estampillés "Israël" car trop de gens les boudent. Alors (en violation avec les lois sur l'origine des produits) ces produits entrent dans l'appellation "Provenance non-UE", sans plus de spécification...
      Mais bonne nouvelle, on peut appeler à boycotter la non-provenance UE sans se faire assaillir par la LICRA...
      Ti bacio forte

      Supprimer
    5. On ne peut que bouder les produits non-locaux, si on a une conscience écologique...ça n'a rien à voir avec l'antisémitisme...
      Mais les comportements humains sont si bizarres...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Acheter bio et local tient parfois de la sinécure, et si je ne trouve pas à satisfaire aux deux critères, je privilégie le bio parce que, selon le toxicologue JF Narbonne, manger 4 fruits ou légumes, en culture non bio,augmente le risque de Parkinson de 40%.
      Un certain nombre de denrées ne sont pas produites en France, ça me parait une excuse acceptable de ne pas acheter local lorsqu'on veut varier un quotidien un peu trop morne, perdu entre patates et choux...
      Dattes, Avocats, gingembre, curcuma, bananes et tant de choses qu'il est bon, parfois, d'octroyer à nos papilles gustatives...

      Supprimer
    7. Sans blague, tu ne culpabilises pas un peu de faire venir tout ça en avion, de Pétaouchnoque ?
      Moi si, beaucoup, et si je m'octroie de temps en temps un petit délice papillesque, je n'en suis pas fière...
      baci caro ma sono sul culo... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Que veux-tu, nobody is perfect (que je traduis habituellement par: Sans body c'est parfait.)
      En fait, avocats, gingembre et curcuma sont des alicaments et je t'avoue n'avoir aucune honte à ne pas leur préférer les poisons de Sanofi...
      Buona notte e molto baci

      Supprimer
    9. Bon j'enlève mon body et je m'enduis de curcuma, tu viens ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. MDR !
      J'arriiiiiiiiiiive ! :-D

      Supprimer
  19. Il est gai, joli et vrai, ton texte, Célestine.

    Comme toi, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces trois adjectifs vont très bien ensemble, je prends pour moi avec plaisir !
      Je ne suis pas certaine néanmoins que tout soit gai et joli dans mon texte.
      Mais un jour viendra...un jour couleur d'orange...
      Bises cher Aldor
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Coucou Dame Céleste. J'aime bien la petite dame du haut qui regarde la mer sous son grand chapeau. ;-)
    J'aimerais bien aller voir la mer et me vider la tête. Mais ce n'est pas encore le moment.

    Tu as raison, être née dans le pays des Lumières est une chance. Une très grande chance. Je n'y suis pas née mais les lumières de ton pays éclaboussent le mien pas très loin. Pourtant, il reste de grandes zones d'ombre et même si je considère que je suis une femme émancipée et que j'ai de la chance, je ne cesse de rencontrer des hommes qui ne sont pas du tout éclairés du chapeau et qui reproduisent à l'infini la domination, crasse et bête bien souvent.
    Tiens, me revient en mémoire un discours de mon ancien directeur . Il parlait de sa boîte comme étant une entreprise qui engageait beaucoup de femmes et disait en retirer de la fierté. Quand une petite voix a surgi dans l'assemblée et cette petite voix a dit: "ah bon, il y a des femmes dans l'état-major (déjà le terme pour désigner les membres de la direction est tout à fait inapproprié, tu en conviendras...) et ce cher monsieur répond: "mais oui, il y a la secrétaire de direction".
    Et là, plein de petites voix féministes ont rugi et ri car ce cher monsieur n'a toujours pas compris que les postes de dirigeants étaient dévolus aux hommes et exclusivement à eux et que la secrétaire de direction ne faisait que prendre les PV de réunions inintéressantes et inutiles. Toutes les femmes engagées l'étaient dans des postes subalternes, moins bien payées que les hommes et victimes de remarques sexistes à longueur de temps.
    Depuis, on a forcé ladite petite voix à se taire et la boîte n'engage presque plus de femmes! Bref.
    C'était une petite anecdote mais bien révélatrice.
    Enfin, heureusement que les petites voix continuent de rugir ailleurs et ton article...est au poil.
    Bises alpines fraîches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dédé pour cette anecdote qui vient grossir le flot des petites exactions ordinaires de certains hommes qui ne sont ni des violeurs ni des harceleurs au sens de la loi, mais qui diffusent néanmoins l'idée que les femmes sont subalternes, et doivent être cantonnées dans des rôles moins gratifiants que les hommes.
      C'est l'histoire du type qui ne se dit pas macho parce qu'il « aide sa femme » à faire le ménage. Mais non, monsieur, le ménage n'est pas une « tâche de femme » à laquelle vous daignez contribuer.
      Le ménage est l'entretien par tous des lieux utilisés par tous.
      On n'est plus dans les années soixante...
      Il faudra que quelqu'un ait l'audace de le rappeler à ton ancien directeur...
      En attendant, profitons du fait d'avoir le droit de le dire.
      Et veillons jalousement sur ce droit.
      Je t'embrasse ma Dédé
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme l'avait très bien dit Virginia Woolf, cette autre pionnière du féminisme (et pas pour autant ennemie des hommes): "L'histoire de la résistance des hommes à l'émancipation des femmes est encore plus instructive que l'histoire de l'émancipation des femmes."

      Supprimer
    3. Tout à fait, oui, certaines réactions au débat actuel sont assez édifiantes, même de la part de femmes comme N. Polony (que j'apprécie) et qui a écrit une déclaration d'amour à son soi-disant "macho" ...C'est pathétique. Un macho qui la laisse quand même avoir une vie libre et une activité intellectuelle...
      M'est avis que Jacqueline Sauvage ne s'est pas retrouvée dans sa description... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Au fait Dédé, ravie que tu aimes aussi ma bannière...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Je plussoie. La qualification/justification par Polony de son compagnon ("c'est un homme un vrai") comme si le but était de faire un procès à la gent masculine (c'est marrant, à y repenser, cette "féminité" du mot "gent"), que dire... Je ne comprends toujours pas comment on peut faire un amalgame entre combat pour l'égalité et combat contre un sexe. Et cette façon de s'ériger en défense de son mec, comme pour montrer qu'on peut inverser les valeurs, quand le dessein n'est que paix et harmonie, surtout pas domination d'un genre sur l'autre! Mais bon...

      Supprimer
    6. C'est d'autant plus ennuyeux que cela floute le débat en jetant le discrédit sur certaines luttes féministes.
      dans cette longue marche vers l'égalité, les femmes sont parfois les pires ennemies des femmes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Merci Célestine !
    Chouette à lire, comme toujours.
    Tiens malgré la gravité du sujet, j'en ai le sourire au lèvres (c'est mieux que la moustache !)
    Bises de Bretagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La gravité de la situation n'a jamais empêché l'humour, comme disait mon cher père...
      Et tout va tellement mieux avec le sourire.
      Bises du Mercantour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. J'ai conservé une lettre écrite par une femme écrivain à propos de la Femme. Elle pousse un cri de désespoir et de rage contre ces hommes très (trop) nombreux encore qui au nom de ce misérable bout de tripe qu'ils ont au bas-ventre (pour dire l'absurdité du truc quand même) oppriment les femmes d'une manière inique et violente. Je ne sais plus où je l'ai rangé dès que je la trouve je te la transmet. En substance elle dit qu'elle a la sensation d'une véritable guerre menée contre les femmes et ce, depuis la nuit des temps. Le mot m'a presque renversée tant il me parait approprié, la femme est désirée mais semble à la fois profondément haïe, combattue dans bien des sociétés humaines. Et je m'interroge depuis: pourquoi tant de haine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...Désirée, j'aimerais bien lire ce texte, j'espère que tu le retrouveras...
      Oui j'avoue que cette question me taraude depuis que je suis en âge de poser deux réflexions sur un sujet: Pourquoi tant de haine ? D'où vient cette haine farouche de l'autre en général, et pas seulement des femmes.
      Comme je l'ai écrit quelque part, que s'est-il passé, pour que l'on s'invente des différences, et que l'on en fasse des glaives, des lances, des pals ? Pour que l'on en fasse émerger la peur et la mort ?
      A partir de là, on s'est muré dans des forteresses, défendues à coup de poix brûlante et de hargne. Alors que l'on sait très bien le mal de chien que fait une brûlure de peau.
      Oui au départ, on aurait pu simplement se dire que l'autre, en face là, le barbare, le wisigoth, était comme nous.
      Il n'en reste pas moins que le femmes sont toujours en première ligne dans les « butins de guerre » et que pour elles, en plus de se faire massacrer, il faut passer aussi par la case viol. Insupportable.
      Bisous chère Désirée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. "N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant." Une citation plus que jamais d'actualité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait. D'ailleurs tu auras peut-être remarqué qu'un des "libellés" de ce billet porte le titre "restons vigilants"
      Elle a dit aussi : ""La femme est tout ce que l’homme appelle et tout ce qu’il n’atteint pas."
      Les hommes qui sont capables d'être d'accord avec cette phrase sont les meilleurs amis des femmes dans leur lutte pour leurs droits. Car cette phrase raconte la peur ancestrale que les hommes ont des femmes, et qu'ils n'ont su juguler qu'en jugulant les femmes elles-mêmes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'aime cette quatrième version de texte entre ces deux parenthèses que je lis, chacun est tellement différent. Mais tu m'as fait penser à une anecdote d'il y a longtemps, lorsque je partageais mon palier d'immeuble avec "Ma Dalton" (une dame qui avait des fils aux mines patibulaires), "Cocaïne" (une fille BCBG qui revenait de ses courses avec un caddy qui grinçait et qu'avec mes voisins homo on disait rempli de cocaïne...). Elle ne savait pas que mon voisin était homo, et s'arrangeait pour errer en pyjama sur le palier quand elle l'entendait, et m'a dit un jour que "ça ne lui faisait rien de la voir ainsi en pyjama, qu'il n'avait pas l'air de réagir" (et pour cause)... Je lui ai dit "vous devriez essayer de laisser pousser une moustache" :D Toujours amie avec mes amis homos, nous en parlons quelquefois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton anecdote est très drôle, et racontée avec ton talent habituel.
      Même si elle n'est pas tout à fait à l'avantage de ta copine cocaïne...
      Ce n'est quand même pas très fin de se promener en pyjama pour attirer l'attention d'un homme. haha !
      baci sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Une nuisette légère et transparente semblerait plus appropriée...

      Supprimer
    3. Je pensais plutôt à un regard ou un sourire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. L'un n'empêchant pas l'autre, et il faut bien un détail marquant pour que le monsieur se retourne...
      Tu me diras que s'il tente d'interpréter ce qu'il y a sous la nuisette, il a peu de chance de croiser son regard ou son sourire.... Ce qui ne serait, évidemment, pas faux non plus... Mais alors, où serait le débat? :-D
      Baci cara mia

      Supprimer
  25. Un coup de gueule très élégant céleste Célestine.C'est un peu triste la vie, on a l'impression d'avancer, de s'ouvrir à d'autres réalités et puis pof, ça nous tombe dessus, l'ancien monde nous envahit et l'on a l'impression de faire dix pas en arrière... Mais ne cédons pas à la tentation du désespoir, cela mettrait la balle dans le camp de ces malades et risquerait de voiler un univers parallèle certes mais qui existe vraiment, un univers sans bassesse animale, un univers respectueux de l'autre. Lumineuse journée à toi. brigitte
    Quel beau tableau, j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le terme même de « bassesse animale » a été inventé par les hommes, mais les animaux se comportent souvent de façon moins horribles que les hommes...
      Alors oui, mon coup de gueule n'est ni le premier ni le dernier, et j'essaie d'être élégante...
      Très belle soirée ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. On a Bauvoir, on a beau faire, le Castor quoi qu'on en dise ça fait pas toujours barrage....Simone est un exemple d'ouverture....et j'te parle pas de la miennequ'elle fit avec le Jean-Paul quand je passais chez eux rue Bonaparte !
    Te dire, que tu m'ébranles ne suffirait pas ma Céleste ........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu les as connus en vrai pour de vrai ?
      Wouaou mon zoizo, ça c'est une sacrée nouvelle, alors...
      Bouleversant.
      Tu me raconteras ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. C'est épatant ! J'aime beaucoup ces exercices d'écriture et évidement tu t'en es brillamment sortie, même ton titre.... et puis le fond de ton texte, le triste fond....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci miss !
      Les contraintes d'écriture me stimulent, tu sais bien...
      Allez, on y croit, et on ne se laisse pas abattre. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Au vu des dérives étalées dans les infos ces derniers jours, les femmes sont certes libérées mais se font encore toujours harceler, toucher, intimider et instrumentaliser par les hommes. Enfin, certains hommes... Elles ont bataillé ferme pour être libres, il leur reste à présent à batailler pour être respectées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, certains hommes. Pas tous, fort heureusement.
      Et si seulement les violeurs savaient de quoi ils se privent en ne prenant les femmes que par la violence...
      Un manque flagrant d'éducation au plaisir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Bonjour
    Formidable ton texte!
    C'est encore plus difficile d'écrire en plus quand on donne des consignes pour l'écriture et qu'on n'est pas "libre" de le commencé ou de le terminé!
    Tu as déjà pensé à écrire?
    C'est vrai que dans un sens on a la chance d'être ne où l'on est née... Ca aurait pu être pire, bien pire!
    On se bat pour les droits des femmes parce qu'on veut notre indépendance mais dans un sens, on en a de la chance!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Penser à écrire ? Oui tout le temps...une vraie obsession.
      Un jour, le prix Femina, peut-être ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En tout cas tu es très douée!

      Supprimer
    3. Merci pour ce soleil du matin, c'est très gentil, Wolfe
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. être une femme libérée, c'est pas si facile... c'est donc toi qui as posé ici ? (j'avais reconnu tes beaux yeux) http://network-womenup.com/a-marseille-womenup-sinterroge-sur-ce-quest-le-feminisme/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que la photo soit floue.
      Mais merci pour les beaux yeux ^^
      Bisous emma
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Superbe. Oui, il suffit de si peu de choses pour que le sort d'une femme soit ou merveilleux ou horrible. Et certaines s'ennuient en trouvant trop fade une vie "normale" ! Une vie faite de bonheurs et de douleurs, de satisfaction et de désenchantement. Révolte en ce moment, la parole se libère disent les médias, comme si tout cela était un scoop.
    Pourquoi n'ont-elles pas parlé plus tôt ? Elles auraient pu éviter à d'autres de se faire piéger. Quel dommage que ce scandale n'ait pas éclaté depuis longtemps.
    Je jouais ce matin avec 3 hommes, nous avons parlé de tout cela. Ah je les aime, mes partenaires, ils ne sont pas de cet acabit...l'un deux, plus "tactile" que les deux autres, m'a faite rire. Il m'a demandé la permission avant de me claquer les deux bises habituelles. Et il a ri également quand je lui ai dit : la bise ok mais je te préviens, si tu me donnes un coup de raquette sur les fesses quand on change de côté, je te dénonce !
    Il faut peut-être dédramatiser certains gestes car nous n'oserons plus regarder dans les yeux un mec et vice-versa !
    Mon partenaire me parlait de sa nièce : pas de harcèlement sexuel au boulot mais un patron qui se permet de vérifier si la jeune femme a des cigarettes dans son sac. Et bien entendu, elle n'ose rien dire. Ces sal...s-là devraient être dénoncés également. Comme la vie est compliquée pour beaucoup, ça me fait mal.
    Bisous céleste Célestine. Je suis allée lire le texte de LAKEVIO, ça chauffe ! :D Superbe également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois avec ton témoignage, tu poses toi-même la limite naturelle entre le jeu, la séduction les sentiments d'un côté, et le harcèlement de l'autre.
      La différence est simple: elle s'appelle le consentement.
      Tant que tu es d'accord pour que ton pote te taquine avec sa raquette, tout va bien.
      Dès que tu n'es plus d'accord, et qu'il ne s'arrête pas, cela devient du harcèlement.
      Regarder quelqu'un dans les yeux peut être soit très agréable, soit très intrusif.
      Tout est alors affaire de feeling...
      Le harcèlement au boulot, c'est vrai que c'est petit d'utiliser son autorité hiérarchique pour réduire une femme...
      C'est tellement petit et lâche...
      Bisous ma belle, et merci pour ton super témoignage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. J'ai une aversion pour Simone....
    Mais pas pour ton post, si vrai, si cruel aussi. Car effectivement, nous avons une chance folle d'être nées ici, d'avoir eu une éducation, d'être protégées dans nos environnements de vie.
    Néanmoins, il y a encore tant et tant à faire, que parfois c'en est décourageant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me dirais pourquoi une telle aversion pour Simone de Beauvoir ?
      Se décourager ? jamais. Même si la tentation est grande d'y céder, parfois...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai lu des témoignages de femmes éprises de Simone, qu'elle jetait dans les bras de Sartre. D'une manière cruelle et violente.
      Aussi, je me dis que l'on peut farouchement défendre la cause des femmes et porter en soi quelque chose qui relève de l'immonde.
      C'est ainsi que je la vois aujourd'hui, ayant appris qu'une de ces femmes avait longtemps flirté avec la mort à la suite de sa déconvenue avec Simone...

      Supprimer
    3. Oui je comprends.
      je ne suis pas certaine qu'il reste grand monde si on élimine de l'art et de la littérature tous les pères indignes, les époux volages, les pervers, les collabos, les escrocs, les antisémites, les abandonneurs d'enfants, les alcooliques, les assassins, les violeurs...
      Le dernier en date est Cantat...
      Mais je comprends quand même ton point de vue.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Je ne suis pas né de la dernière pluie,fut-elle du neuf janvier mille neuf cent huit.D'ailleurs le réchauffement climatique était à peine amorcé et donc cela devait être de la neige.
    Je ne suis pas né le neuf janvier,trop...Neuf!
    Je ne suis pas né en mille neuf cent huit,trop...Tôt!
    Je suis né le même mois,le même siècle,dans le même pays des lumières et je constate que cent ans après elle,quelques années après toi,je vis dans un nouveau siècle où il n'y a pas de lumière à tous les étages...
    Je suis né homme,dans un monde d'hommes,fait par et pour les hommes.Évidemment,c'est plus facile!Mais pas forcément.Cette façon de traiter les femmes comme des biens de consommation me déplaît au possible.C'est comme cette expression,aussi:" se battre pour plus d'égalité". En mathématiques,il n'y a pas plus ou moins d'égalité,il y a égalité,point.
    Bon,c'est un de mes défauts,j'aime que les choses soient claires.

    Sais-tu qu'avant ma naissance,mes parents attendaient une fille(encore).
    Marie-France aurait été mon prénom,j'aurai déjà sûrement "essuyé" des blagues salaces,des allusions douteuses,des propos graveleux,,des mains baladeuses et d'autres choses encore que je ne veux pas imaginer.
    Je suis né garçon, dans un chou,comme on disait à la campagne!
    J'ai grandi dans un milieu très féminin,une mère,cinq sœurs,des nièces,plusieurs maîtresses d'école...

    Je sais donc que le respect de la gent féminine est venu par l'éducation.C'est le B A-ba et puis aussi,mes sœurs avaient la "main leste" et du coup,l'éducation portait davantage.
    Tiens!Petite anecdote,C'est mon père qui a appris à tricoter à ma sœur ainée!
    Quant à cet attribut masculin,aucun garçon chez nous ne porte ou n'a porté la moustache,alors la barbe? encore moins!

    Bises masculines et féministes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En te lisant, je sens des larmes me monter aux yeux, et je ne peux m'empêcher de me demander: pourquoi tous les hommes ne sont-ils pas comme cela ? Délicats et convaincus que les femmes ne sont pas des objets...
      Je t'écris en regardant le film qui relate la vie de Flavie Flament, et le traumatisme de son viol par David Hamilton...
      Et je me dis que tu fais partie de ces hommes merveilleux dont je parle dans mon billet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merveilleux! Tu exagères,simplement normal,enfin j'essaie!Moi aussi j'ai regardé ce film dont j'ai entendu parlé ce matin sur France inter,bouleversant...Le débat, passionnant.

      Supprimer
    3. Merveilleux, j'insiste.
      Parce que le décalage avec les « gros bourrins » prédateurs est tellement grand...qu'il faut trouver un mot à la mesure de ce décalage.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Alors va pour "merveilleux",je prends,merci.Mais je ne suis qu'un homme,rien qu'un homme
      Qui traine sa vie aux quatre vents
      Qui rêve d'été et de printemps
      Lorsque vient l'automne et les tourments
      ......
      Je ne suis qu'un homme, rien qu'un homme
      Et j'aime la vie si je m'en défends
      Elle le sait bien cette poltronne
      Qui donne toujours et toujours reprend
      Et qu'on me pardonne, me pardonne
      Si je n'y crois plus que de temps en temps
      Je sais que personne, non personne
      N'a jamais su dire le chemin des vents
      Je ne suis qu'un homme, rien qu'un homme
      Et je vais ma vie au gré des vents
      Je crie, je tempête et je tonne
      Puis je m'extasie au premier printemps

      https://www.youtube.com/watch?v=L4HEvjWxLTE

      Supprimer
    5. https://youtu.be/3PlTlHjg_P4

      :-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. https://www.youtube.com/watch?v=c6o9ayY8Oz8

      ^^

      Supprimer
    7. Sans blague ? euh ? non ? ! ? !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Ben non,quand même pas! d'ailleurs:
      https://www.youtube.com/watch?v=T2juywozmD4

      Supprimer
    9. Pas très joyeux tout ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Oui c'est vrai,j'aurai dû rester fixer sur la première qui trotte dans ma tête depuis le début de la semaine et je ne sais pas pourquoi(peut-être parce que je l'aime bien,tout simplement). J’adore la voix de Diane tell,cette chanson est belle.

      Supprimer
    11. Oui je l'adore aussi...
      Belle nuit cher Didier. Merci pour ce dialogue nocturne dont tu as le secret...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Belle et douce nuit aussi,je t'embrasse.

      Supprimer
  34. Ah ! Simone de Beauvoir... j'ai commencé à la découvrir au moment de mon adolescence, celle qui osait écrire, à, et pour l'époque, différemment des autres écrivaines, écrivains,... je pressentais... je sentais déjà sa plume brillante, raffinée et gracieuse, limpide, poindre avec son engagement social et philosophique, la construction de son identité, son cheminement personnel, ce qui nous permettait surtout et d'une belle manière notre propre cheminement... un guide elle était pour nous....... nous étions dans les années 60, diantre, et tout n'était pas si simple ! Mémoires d'une jeune fille rangée, suivies de la Force de l'âge, la Force des choses, tout compte fait, et puis une Mort si douce, des autobiographies qui la racontaient avec son vif désir d'indépendance, et avec cette idée qu'écrire, doit servir à quelque chose. D'elle à nous, les femmes, et pourtant avec une chance inouïe de pouvoir s'exprimer non pas que subir dans un va-et-vient incessant...

    "En écrivant une œuvre nourrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l'humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres? Je m'intéressais à la fois à moi et aux autres ; j'acceptais mon "incarnation" mais je ne voulais pas renoncer à l'universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s'étaient développées en moi au cours de ces quinze années.»

    Merci Célestine pour ce texte remuant, comme le film hier soir dont il est fait écho ici, tout en pudeur et pourtant si violent pour cette jeune fille.
    Rien à rajouter.
    Tout est dit, ressenti.
    Douce journée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette merveilleuse et longue réponse, Den.
      Je vois que tu connais très bien les écrits de Simone de Beauvoir. Moi je n'ai lu que le Deuxième Sexe, mais ce livre m'a éblouie c'est vrai, et a changé ma façon de considérer la place de la femme dans la société.
      Merci pour l'extrait que tu as cité, et qui résume bien comment l'écriture est un moyen de libération fantastique.
      merci pour être toi, grande soeur !
      Belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Réponses
    1. Merci et Bienvenue sur mon totem, Colombine.
      Joli pseudo.
      Pardon pour ma réaction à ton texte, j'espère que tu as compris qu'il se téléscopait avec le mien.
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Joli !
    Cela me fait penser à Madame Sartre, dans le sketch de Dupontel...
    On est à l'heure du troisième sexe et en effet, la place des femmes est encore loin d'être la bonne, même dans nos pays riches et occidentaux...il faut du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas le sketch de Dupontel, mais j'adore icelui, je vais m'empresser d'aller voir ce qu'il en est.
      Oui, c'est peu de dire qu'il faut du temps...
      On ne le verra sans doute pas, cet âge d'or. Ça me rend triste...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu l'as là : http://www.dailymotion.com/video/xz0dq mais tu as déjà dû le trouver ?

      Supprimer
  37. Excellent ton texte ! je mesure chaque jour la grande chance d'être née ici ! Même si bien des choses sont encore à mettre au point, nous avons, pour beaucoup, échappé au pire .... du moins il me semble ! ce qui ne veut pas dire qu'il faille se contenter de notre position actuelle, il ne faut jamais renoncer à faire mieux !
    Je viens te lire quelquefois, sans commenter .... tous tes commentateurs sont tellement brillants que je n'ose pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue à toi aussi, Colette.
      Mes commentateurs sont brillants, certes, mais tu l'es aussi, et j'accueille chaque être humaoin qui me fait l'honneur de venir me rendre visite avec la même courtoisie et bienveillance.
      Mets toi à l'aise, prends un palmito !
      Et reviens quand tu veux, chère Colette. Tu as un prénom littéraire qui m'est très cher.
      je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Pour cette égalité des femmes tant réclamée à juste titre, il faudrait en premier commencer par le respect. Une étape incontournable. Ensuite, un peu d’intelligemment ferait le reste.
    Mais il reste du chemin à parcourir, et pas question de le faire en espadrille...
    bises solidaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, surtout qu' espadrilles, on a l'air d'un.... ;-)
      Rhôô Célestine !
      ben quoi, si on peut plus rigoler...
      Mais cher Etienne, ton message est quand même très beau. Pardon !
      Bisous solidaires aussi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Merci ma belle, c'est tellement justement écrit avec juste une pincée d'humour pour ce sujet périlleux... la juste mesure du féminisme et de la féminité... bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Super bien vu chère Brizou
      Equilibre entre féminisme et féminité...tout est dans l'art de le trouver...
      Quant à l'humour, tu commences à me connaître...
      Bizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. C'est un texte qui tombe pile poil au bon moment.... ;-) C'est vrai que l'on a de la chance par rapport à certains pays où la condition de la femme est bafouée. Néanmoins, il reste de sales individus, des tristes sires qui ne savent pas ce que NON veut dire... Quand on voit les phrases imposées, on ne s'attend pas à ce cheminement dans le texte, c'est bien trouvé, bravo! La moustache, je l'ai déjà portée avec un canotier... ;-)
    bisous et à bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison.
      Non et Oui sont pourtant des mots que l'on ne peut absolument pas confondre, dans aucune langue...
      Ces tristes sires n'ont donc aucune excuse.
      Tu devais être très joli garçon, en canotier avec une moustache...
      Un petit air de Proust, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Chère Céleste,

    Il ferait beau voir les êtres peuplant cette Belle bleue tous unis dans un
    même élan d'échanges sincères .
    Il ferait beau voir notre espèce , parmi les autres, respecter chacune et
    chacun sans tenir compte de ces différences qui font notre richesse.....
    "Soeur, frère , ta différence ne me blesse point, bien au contraire elle
    m'enrichit"
    Pour cela nul besoin de me ravaler au rang de canibale qui absorbe l'autre en
    vain espoir d'y gagner ma richesse d'être
    Oui, il ferait beau voir cette humanité délivrée enfin de tous ses préjugés qui
    ne servent qu'à justifier tous abus sur la personne de l'Autre
    Il ferait beau voir une humanité enfin adulte , c'est à dire responsable
    La noblesse de l'humain c'est quand il admet sa part personnelle de
    responsabilité dans le déroulement de son existence
    Notre organisation sociale depuis la nuit des temps prétend formater chaque
    être en vue de son insertion dans le groupe
    Le rôle de chaque être est ensuite de dépasser ce formatage pour se
    construire dans l'épanouissement de ce qu'il est en vérité
    Mais cette démarche de construction de soi passe nécessairement par l'aide
    généreuse de tous les enseignants que nous sommes un jour ou l'autre
    Il ferait beau voir le mépris de l'Autre supplanté par le respect de l' Autre
    Il ferait beau voir des êtres Femmes et Hommes non plus concurrents, mais
    Partenaires respectueux des unes et des autres
    Ni patriarcat , ni matriarcat , mais une harmonieuse convergence dans le
    respect des unes et des autres
    Il est temps de sortir de l'obscurité des cavernes primitives et de préférer
    l'entraide aux rivalités mortifères.

    Alors il fera beau voir une humanité adulte et responsable d'elle même

    Chère Céleste , je te remercie de m'avoir donné l'occasion à travers ton beau
    texte sur le combat de la Femme de lancer cet appel à toutes et à tous
    Sortons enfin de l'habitude de compter uniquement sur l'Autre pour tout faire
    et tout changer à notre profit.
    Le combat pour la libération de la Femme est le combat naturel de tout être
    qui se respecte; une société harmonieuse est blessée quand l'un de ses
    membres femme ou homme est blessé.
    C'est donc tout autant mon combat que le tien

    Bisous d'un humain qui ne fait pas de différence entre les unes ou les autres
    pour le respect que je vous dois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un magnifique manifeste pour la paix et l'harmonie dans le monde, une belle incantation à laquelle je souscris.
      Le seul petit bémol: ne crains-tu pas que tes paroles "ni matriarcat, ni patriarcat" ne soit interprétées par les ennemis du féminisme comme un argument ? Tant d'hommes essaient de faire croire que les femmes souhaitent simplement renverser les rôles, et ne pensent qu'en terme de relations "dominant/dominé"...
      Et quand tu parles de "concurrents", et de "rivalités mortifères" n'as-tu pas un peu l'impression que partout dans le monde, les femmes sont tellement bafouées qu'elles ne risquent même pas d'être considérées comme des concurrentes ou des rivales...
      Mais rêver à un monde meilleur, ah oui... :-)
      Merci pour ce magnifique plaidoyer Petrus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Alors, moi, je suis née un 9 janvier, à quatre heures de l'après-midi mais pas en 1908. N'empêche, j'ai toujours été très fière d'être née le même jour que cette jeune fille bien rangée.... :-)
    Je sors d'un repas débat houleux entre mes hommes (pourtant si féministes) et mes filles sur LE sujet chaud du moment et je sens que je vais aussi me faire la pousser la moustache !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un débat houleux...après ce que tu as vécu, ma Myo. Ils n'ont pas de pitié ces jeunes !
      Tu es mignonne avec ou sans moustache de toute façon.
      Et je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Oh oui ! La femme de 2017 doit encore mener de très nombreux combats... Rendez-vous dans cent ans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois hélas, Chère Véro, que c'est l'humanité toute entière (sauf quelques prédateurs) qui doit encore mener de nombreux combats et le plus sage est encore de le faire ensemble, femmes et hommes...

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.