samedi 1 juillet 2017

Je veille, sans me mettre en veilleuse...















Tout là-bas, vous ne voyez pas trembloter une petite loupiote dans une nuit de lait, étoile tombée de sommeil sur la terre ? 
Mais qui veille donc ainsi sur la mer et sur le ballet silencieux des astres ? Qui écoute sans jamais de lassitude, mais toujours avec bonheur, le bruit des vagues taper aux carreaux, et le vent siffler sur les ailes des mouettes ? 
C'est moi. Je suis votre veilleuse céleste, votre quinquet, votre lanterne, je garde la nuit de peur qu'elle ne se sauve. Je garde la baraque pendant votre absence. Je donne à manger au chat et j'arrose les fleurs.
Parce que la nuit m'inspire. J'écris. Pour moi, pour vous. Pour dire les choses avant qu'elles ne s'effacent. Pour répondre à la question de cet ami qui se glisse dans un pourquoi. 
J'écris, sans cesse, penchée sur mon écritoire virtuelle, le dos un peu fourbu, la main hâtive. Pressée par cette urgence de prendre mon temps. Le coeur battant,  toujours picoté par les éclats de diamant de la vie. Même quand ils font mal.
Et pour fêter juillet, je vous offre un billet par jour. Ce sont mes soldes d'été. Qui m'aime me suive.

¸¸.•*¨*•


Musique: 
 Début, Melanie Laurent.

94 commentaires:

  1. C'est bien de veiller sur nous. Comme une étoile qui nous conduira vers un monde meilleur. Je te suis donc de près et de loin aussi. Bises alpines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un monde meilleur je ne sais pas, mais en tous cas un regard sur les petites choses de l'été...
      Bises célestes, chère Dédé, qui te lèves aux premières lueurs comme l'étoile.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Merci de veiller pour nous et sur nous. Serais-tu la nouvelle forme d'un ange numérique et attentif ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ...qui sait ? peut-être que les anges se modernisent, eux aussi... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ça va faire du peuple dans ce cortège !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais que du beau linge... ;-)
      Je t'y compte ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dans le cortège ou dans le beau linge ? Sois précise, on dirait Raymond ! :o)

      Supprimer
    3. On dirait Raymond ?
      Ouh pinaise ! l'insulte, dans ton auguste bouche...
      Dans les deux, mon capitaine, j'ai envie de dire... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ouf elle a quand même gardé une fleur dans les cheveux. Juillet sera beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et puis elle reviendra, ta bannière fleurie, ma douce.
      Pas d'inquiétude là-dessus.
      Merci pour ta présence
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci madame, j'aime l'idée de les raconter au jour le jour.
      Ce n'est pas à toi que je vais en remontrer, toi qui écris un billet par jour depuis des lustres...
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Je m’abonne. Un abonnement de vacances. Comme Perlimpinpin dans mon enfance. Pour le recevoir à la plage, au camping des flots bleus, à mon hôtel avec vue sur la Meije, au bord du GR caillouteux entre les gentianes, dans les vieux quartiers baroques de villes étrangères, sur la lune où je cherche la Sérénité, l’Ingénuité et les Écumes. Que jamais cela ne cesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entré ta fiche dans mon fichier céleste : monsieur Bricabrac, un abonnement quotidien, tu auras droit à un cadeau de fidélité à la fin du mois.
      De perlimpinpin, j'ai la poudre.
      Je vais essayer d'en enrubanner mes écrits.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Loin, là-bas, sous la lumière de cette loupiote où le ciel avec grâce touche la mer dans un parfum d'oranger, j'ai une amie formidable. Même si je canarde moins avec mes gloses, les billets amis, je les lis, je les veille mais ne m’en veuillez point... ! Je suis astreint à un labeur beau, magnifique mais tellement astreignant. Bisous lointains

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, Prince du désert, mon commentaire vient juste à la suite du tien me donnant ici l'occasion de te dire combien j'ai hâte que , toi aussi, tu sois en vacances et reprennes la route poétique qui nous mène jusqu'à toi.Pensées estivales et chaleureuses.

      Supprimer
    2. @Bizak
      Je sais que toi aussi, tu veilles comme une petite oasis dans le désert, et que ton absence n'est qu'apparente et temporaire. Et l'on ne t'en veut point de traduire les chefs d'oeuvre de la littérature pour que davantage de gens puissent les lire...
      Tendres pensées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @ Céleste et Chinou: Prince du désert! Oasis ! que de mots enguirlandés dans de la soie qui atténue en moi, l'inclémence des siroccos qui mordent les visages quand ils sont démunis de chèches. Mes amitiés chaleur-heureuses.

      Supprimer
    4. Prends soin de toi dans la tempête, cher poète.
      Le sirocco est un vent dangereux, me suis-je laissé dire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Un texte par jour chez Célestine, une photo par jour chez Daddyrogers, chez Espiguette, un bavardage chez les Caphys. Que vous êtes courageux mes amis ou plutôt quelle inspiration ! Bravo.
    Bises flemmardes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas du courage, c'est comme respirer...
      Un besoin vital de partage.
      Douces bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Eh bien tu nous gâtes Celestine ! Très belle photo, et merveilleux texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un joli compliment, merci du coeur.
      Mais attends de voir ! Tu seras peut-être déçue ? Ou lassée ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Un billet par jour ? Tu as un distributeur à proximité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours avec moi, c'est un distributeur portatif.
      Bisou doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Lu hier: Simone s'en est allée, les femmes continuent la veille....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu !
      Simone ne veille plus, mais la lumière n'est pas éteinte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Donc je te suis donc ...
    D'ailleurs, comment pourrais-je faire autrement puisque rien que dans cette introduction tu exprimes tant de ce que je ressens ?
    Pressé par cette urgence de prendre mon temps, c'est exactement ce paradoxe qui me plombe. Parce que jusqu'à aujourd'hui, je regarde toutes ces choses qui se sont effacées parce que je ne les ai pas écrites. Et comme je regrette un temps où dans mon souvenir, j'écrivais sans cesse.
    Donc à demain donc youpi !!!
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne regrette pas, ne sais-tu pas qu'aujourd'hui est le premier jour du reste de ta vie ?
      Tout commence aujourd'hui.
      Youpi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Surtout continue, petit quinquet qui me rend un peu moins inquiet, petite étincelle à mes ocelles, phare quand je m'égare, loupiote quand je cahote, lanterne quand je frise l"en berne". Surtout continue. Je lirai, je lirai. Bises Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je continue, rien que pour t'entendre égrener tes rimes l'air de rien, dont toi seul a le secret.
      Kisses and atttttb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. N'oublie pas de prendre des vacances quand même, Farébalise ! Il faut reposer les retraitées hyperactives de temps en temps ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hyperactive n'est pas forcément l'adjectif auquel je pense pour moi-même...
      Moi qui ai de longues phases contemplatives où je tiens davantage du bulot ou de la moule anémiée que de la femme d'affaires survoltée.
      J'ai eu ma période Erin Brockovich, mais c'est loin derrière.
      Farébalise j'aime bien.
      Bisous mon oncle. Prends soin de toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est avec grand plaisir Célestine que je vais te suivre chaque jour par n'importe quel temps. Ce sera un beau mois de juillet :-) Superbe photo et de bien jolis mots.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bonheur !Je sais que tu es déjà, toi-même une petite étoile quotidienne sur mon chemin, et tes photos sont des ravissements que j'attends avec impatience
      Bisous belle rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Du fin fond de la nuit, j'en suis ; guetteur invétéré, gardien du sommeil du commun des mortels. Mon soleil s'appelle la lune, et mon bleu azur est dans mes yeux. Les étoiles visibles ou pas sont là, quelque part au-dessus de moi. Je te vois parfois dans l’interstice de mes nuages...
    AI-je besoin de dire que je suis là quotidiennement, dans l'ombre de tes sommeils ?...
    Bises estivales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je ne suis plus "hyoutoko", j'avais oublié...
      ;-)

      Supprimer
    2. Ravie d'être une petite éclaircie, une trouée à travers tes nuages de nuit.
      Tu n'es plus hyoutoko ?
      Quel que soit le nom que tu prends (et j'en compte une bonne demi-douzaine depuis que je te connais)
      je te reconnais. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je te suivrai avec plaisir autant que je le pourrai, Célestine.
    Gros bisous ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas chère Françoise.
      Même s'il n'y a aucune obligation.
      je veux juste être "celle qui reste" quand la blogosphère se met à ronronner dans la suave quiétude de l'été...
      M'offrir à lire à mes lecteurs.
      Gros bisous en retour, belle d'âme.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je me réjouis de te voir promettre un billet quotidien. Je te suivrai fidèlement… comme le reste de l'année. Et cette première photo me convient tout à fait : tes écrits sont comme un phare dont je guette l'éclat chaque jour.

    Pour ce qui est du "pourquoi", auquel tu réponds sans hésiter, je pourrais presque dire que je t'envie. Je me souviens des temps où mes mots coulaient à flot continu. Ce n'est plus le cas, du moins actuellement. Peut-être reviendront-ils, en une période plus propice au partage que j'affectionne ? En tout cas ton défi m'inspire et je pourrais peut-être me rallier à toi ;o)

    Bises inspirées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être n'es-tu pas tout à fait étranger à ce défi que je me lance aujourd'hui...
      Nous avons en nous une énergie qui circule, tout le monde s'accorde à le reconnaître. Cette énergie vitale nous vient de l'extérieur, coule en nous et ressort : en somme nous ne sommes que des vecteurs d'énergie. Enfin, pas tout à fait seulement. Nous sommes aussi des transformateurs d'énergie. Lorsqu'elle ressort de nous, elle peut le faire sous forme de mouvement, de rayonnement, de chaleur, mais aussi d'expression artistique, de paroles, d'écriture, de création.
      Ainsi, en considérant que nous choisissons le mode d'expression qui nous correspond le mieux, si nous optons pour l'écriture, il faut considérer celle-ci comme une énergie. Tu as donc raison de parler de "flot". Ce flot continu doit être nourri, puisé quelque part à l'extérieur de toi.
      Peut-être dans un défi lancé innocemment par une amie ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah oui, tu as certainement raison : une question de flux d'énergie ! La capter, la transformer, la restituer.

      Alors peut-être n'est-ce qu'une question d'adéquation : être au plus près de la source qui nous convient, quitte à en changer éventuellement si elle ne donne plus satisfaction, aller vers celle qui, pour soi, serait la plus régénératrice. Et aussi diversifier les apports, pour ne pas risquer la panne :)

      Supprimer
    3. Absolument.
      Rien n'est figé. Peut-être aussi que le vecteur "écriture " ne te convient plus ?
      Mais cela m'étonnerait beaucoup ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Ça c'est un cri du coeur, mes bestioles adorées !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Ha les phares, quoi de plus beau en Brtagne (entre autre).
    Juillet actif alors côté blog, c'est bien aussi, l'été beaucoup de choses ferment ou tournent au ralenti !
    Bonne veille alors et bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne crois pas si bien dire...Il est des centre-villes complètement morts, si morts que c'en est déprimant...
      J'en ai fait l'expérience aujourd'hui même...
      Je sais que tu seras là autant que tu le pourras, Mind.
      Même si je ne suis plus dans ton top six.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Cela va apaiser mes nuits de te savoir bienveillante dans la source d'étoiles, dans le faisceau des phares, lanterne inspirée en train de danser immobile avec les mots pour nous offrir une poésie de phrases tendres, fleuries,salées/sucrées, acidulées, soyeuses, duveteuses, musicales,d'air et de terre, de feu et d'eau...
    Ah que je vais bien dormir cette nuit, certaine que demain un cadeau d'écriture se dévoilera à mon âme.
    Merci Madame La Fée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Suzame, ton commentaire me tire des larmes.
      C'est tellement beau ce que tu écris. j'en suis toute ravigotée !
      Merci à toi, je suis fière de t'aider à apaiser tes nuits.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je cherchais mon ange gardien....Je l'ai trouvé !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es trop chou, Daniel !
      Tu exagères, mais t'es trop chou.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Avec ton regard qui illumine nos pages et nos coeurs, tu surveilles le large, entre mer et étoiles, jusqu'au bout de ta nuit qui console, comme la vigie ne ferme pas ses yeux, fidèle sentinelle au milieu du silence, de ta hune, tu veilles sur l'horizon et guettes alentours qu'aucun voyageur ne s'égare, toi petite lumière pour notre bonheur et notre sommeil sur le beaupré hissé du grand mât, de ta tour de contrôle, ton aéron bien placé, au milieu de nulle part, à toute heure et à fleur de temps matelote isolée sur la page, tu partages si bien tes mots, tes musiques, tes images et tes heures, déposés sur ton Âmie-câle (pas sèche, rhoo !), tes voiles élevées radieuses !...

    Merci Célestine pour ta bienveillance, pour ta présence quotidienne -qui éclairera notre été- que j'attends déjà.

    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne saurais me faire davantage plaisir, Den, qu'en développant cette magnifique métaphore marine, où j'apprends le mot "aéron"mais je ne le trouve pas dans le dictionnaire.
      A fleur de temps c'est tellement joli cette expression...
      Je tâcherai d'être à la hauteur de tes attentes.
      Bisous chère poétesse¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'aéron : "partie supérieure de la tour de contrôle ou du bloc technique disposant de parois vitrées permettant la vision directe des aéronefs évoluant sur l'aérodrome et à ses abords (ind. 1986).....

      bzzzzzz

      Supprimer
    3. Wouauh ! J'ai l'aéron tout ébouriffé !
      Merci Den, je suis moins bête qu'hier.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Pâle étoile du soir, messagère lointaine,c'est donc toi qui veilles sur le monde, dormez en paix braves gens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le monde, peut-être pas...mais sur mon blog, oui...
      Merci de ton passage, ella.
      Je t'ajoute à mon totem.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Drôlement assidue, la Célestine !
    Ça force le respect, bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que je ne force que le respect, ça va...tu restes libre de venir ou pas ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je suis fan !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
  27. La nuit a bien de la chance d'être gardée par une si charmante et non moins talentueuse gardienne sans fard!
    je subodore des textes écrits à l'encre de ses yeux... Pas de ses yeux bleus pleurant sous la pluie...Des textes écrits sur papier d’harmonie...
    Des billets plus poétiques que les billets de banque...
    Des soldes d'été,que je vais suivre...
    Il n'y a qu'une petite ombre au tableau!Bon,suivre,OK!Mais vais-je arriver à rédiger un commentaire par jour? C'est bien connu,quelquefois les soldes sont un vrai marathon!

    Petite loupiote tombé du ciel à travers les nuages
    quel heureux présage pour un aiguilleur du ciel
    Voilé de mystère sous mon regard ébloui...

    Je vais devoir revisiter mes classiques!Cabrel,Mayereau, Higelin... Et tous les autres...
    Enfin,ceux que je connais.

    Tu sais la nuit fait peur à ceux qui sont petits
    Alors on se garde un peu de lumière
    je veux un rayon de soleil après ma vie
    Un veilleuse dans la nuit... Linda Lemay
    https://www.youtube.com/watch?v=u00ftjSNmp4

    Je te demande de bien vouloir me pardonner si jamais je...si cette chanson te tire une larme.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chansons de Lynda me tirent toujours des larmes. Et celle-là n'échappe pas à la tradition...
      Mais les larmes font partie de moi, je ne les refuse jamais quand elles arrivent.
      Merci pour ce commentaire formidable, qui m'encourage dans mon défifou.
      Higelin, Cabrel, Mayereau, je vais me régaler...
      mais tu n'es pas obligé d'écrire, je te le rappelle, cela ne doit être qu'un plaisir.
      Alors pas d'ombre au tableau. Juste de la lumière et de la joie de partager.
      C'est l'été, non ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Plutôt un nuage dans le ciel,mais bien trop inoffensif!Écrire un commentaire chez toi est toujours un plaisir! je n'aime pas être obligé de... Moi aussi ,je vais me régaler! Voila l'été:-)
      https://www.youtube.com/watch?v=zLTG3Vn7MN0

      Supprimer
    3. Ouhh !!!! les Négresses vertes...ça sent vraiment les vacances, là !

      Supprimer
  28. Un billet par jour.... aurais-tu renoué tes relations épistolaires avec le papa de Zazie...
    Dans ma vie d'itinérant tiraillé entre les îles grecques, la Bourgogne et l'Aveyron, je tenterai de te suivre, copain-clopant...
    Pour l'heure et à trois, nous sommes écrasés par le soleil au point de regretter de ne pas avoir plus de renforts pour le supporter.

    Ti bacio e a domani

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que les cent mots furent une expérience extrêmement enrichissante..
      T'inquiète, je te sais très occupé, et je ne tiendrai pas les comptes de tes commentaires...
      Ce sont les vacances, chacun vaque. Je dis juste que moi, je serai là.
      Voilà.
      Ecrasé de soleil ? Bof...finalement je ne sais pas si je regrette...J'ai déjà chaud ici...
      baci e a domani caro mio

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Joli billet, comme toujours à l'indescriptible rencontre de la poésie, de l'onirique et du viscéral, ton territoire de prédilection, ta marque de fabrique...
    La musique s'arrête, dommage, j'aimais bien. Quoique... En mode mineur elle favorise le vagal/âme. Et ce soir j'en ai pas trop besoin, j'ai un peu, juste un peu rassure-toi, le coeur en chaussettes... Un p'tit coup de dodo devrait remettre ça d'aplomb, t'as vu l'heure, un BB de mon âge devrait être couché depuis longtemps !
    ;oD
    Bon, si j'ai bien compris le projet, on se dit à bientôt !
    Bizouillàtous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mettrai « la bonne du curé » la prochaine fois comme musique... :-P
      Plus sérieusement, j'aime beaucoup ton analyse de mon « territoire de prédilection » poésie, onirique et viscéral, ouais, pas mal, vraiment pas mal.
      Bon ben à demain alors, bébé.
      Dors bien

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. En voilà une bonne nouvelle. J'aime ce que tu écris. C'est un rendez-vous toujours surprenant.
    Et je t'admire d'y arriver pendant un mois entier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne le sais peut-être pas, Kangourou, mais je l'ai fait pendant un an...Alors un mois, c'est de la roupette de chansonnier...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Merci, Célestine, de veiller sur nous.

    RépondreSupprimer
  32. Quelle jolie photo, aussi. Magnifique, plutôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est le phare rouge des Sables d'Olonne.
      Un endroit magnifique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Chère Céleste,

    Ce billet qui manifeste qui tu es
    Un phare dans la nuit
    qui veille sur notre sécurité et nous éclaire de tes billets brillants et charmants pour nous éviter de chuter dans la déprime.....

    La , comme tous les navigateurs solitaires nous t'en remercions infiniment.

    La seule chose dans tout cela qui pourrait nous inquiéter, C'est le rythme des soldes d'été que tu te donnes comme horizon :
    Par ce rythme accru tu te mets toi-même une certaine pression: plus de billets plus de commentaires plus de réponses.
    Et pour chacune ou chacun d'entre nous cela signifie que peux moins consacrer de temps à chacun ......


    Mais c'est bien tu remplis ta vocation d'éclaireuse et de fée....

    Bisous
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune pression, juste un cadeau. Je m'offre à lire, et je ne tiens pas un état comptable des participations de chacun. Tu viens, tu ne viens pas, tu commentes, tu ne commentes pas.
      Je dis juste que je suis là.
      On ne dit pas forcément tout le bien que l'on pense d'elle à une lanterne qui nous éclaire.
      On devrait, remarque, peut-être ?
      Merci pour tes mots en tous cas. Et sois tranquille, je ne pointe pas les présents.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Tu as remarqué comme les nuits n'ont pas le même goût en fonction des saisons! C'est bien la nuit, l'été, c'est chaud, c'est doux, c'est tendre... et inspirant.
    Je ne suis pas régulière, il m'arrive d'avoir du retard, mais je finis toujours pas venir ;-)
    Bisou doux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai remarqué cela...le goût et l'odeur des saisons...
      Et comme on est surpris quand, après un orage en plein été, les odeurs d'automne viennent nous caresser subrepticement les narines.
      L'hiver et son odeur si particulière d'âtre et de bois mort...
      Pas d'inquiétude, comme je le dis à Pétrus juste au-dessus, je ne tiens pas les comptes.
      Tu viens quand tu veux et tu repars de même.
      Bisous la belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ha ha! J'ai écrit "pas venir"... NON! Il ne s'agit pas d'un lapsus révélateur, je suis formelle! Et sache que je ne viens jamais par obligation, seul le plaisir est mon guide (ou le plaisir est mon seul guide, pas moyen de décider lequel est le plus juste)!

      Supprimer
    3. Ou seul, mon guide est le plaisir. Ou mon plaisir, seul, est mon guide... ;-)
      D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Réponses
    1. J'essaie...
      Il est vrai que je dors peu. Et la nuit est mon amie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. C'est curieux, je pensais avoir commenté hier, j'ai dû rater quelque chose, un clic malencontreux ou absent?
    Ce que je voulais dire c'est que ce phare me fait penser à une bougie. Il est très joli.
    J'ajouterai que j'admire ta créativité : un billet par jour!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être revenue, Mo. C'est vrai qu'il est beau ce phare. Il ressemble à une bougie, ou à ces balises qui délimitent les croisement de route, et que, quand nous étions petits, nous appelions justement des bougies, mes frères et moi...
      On avait déjà l'âme poétique...
      Je vais essayer de tenir mon cap.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Réponses
    1. De même chère Cathy. Courage, la fin approche !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Est-ce le bleu sombre du ciel ou la lumière de la nuit qui t'inspirent de si jolis mots, berceuse tendre pour nos heures grises et lasses ? En retour, voilà déjà un sourire offert et la joie de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Balaline.
      Peut-être un peu des deux...et puis l'été, la longue courbe du jour qui frôle les points cardinaux, la course des étoiles et tant de choses encore.
      merci pour ce sourire que je prends en plein coeur...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.